Aleteia

Analyse : le choix de Benoît XVI

Marcin Mazur/UK Catholic
Partager
Commenter

Il y a un an, le 28 février dernier, le pape émérite Benoît renonçait à la Chaire de Pierre. Le voici maintenant sous les feux des projecteurs. Qu’est-ce que cela signifie ?

03/03/2014

Voici un an, nous avons vu un Benoît XVI, fragile et épuisé, monter dans un hélicoptère et s’envoler au-dessus des toits de Rome pour Castel Gandolfo. Quand les gardes suisses ont fermé les battants de la porte et que le pape Benoît, d’un geste de la main, a lancé « bonne nuit » depuis le balcon, beaucoup ont pensé qu’on ne le reverrait plus en public. Tandis que certains ont suggéré qu’il était atteint d’une maladie en phase terminale.

Peu de temps après, le nouveau pape lui rendait visite, puis finalement Benoît est retourné dans sa retraite monastique au Vatican. Ensuite, il a assisté à la bénédiction d’une nouvelle statue de l’archange saint Michel, a écrit une lettre à un scientifique athée en réponse à certaines questions, et ça été tout. Puis, le week-end dernier, juste un an après son abdication historique, voilà le pape Benoît de retour.

L’air reposé et heureux, le pape émérite a assisté au récent consistoire pour l’élévation des nouveaux cardinaux. La semaine suivante, il écrivait au site internet de Vatican Insider pour couper court aux rumeurs « tout simplement absurdes » selon lesquelles  il aurait été contraint de démissionner. Les  spéculations vont bon train quant à son éventuelle prochaine apparition, qui serait encore plus publique : il serait présent aux côtés du pape François à la cérémonie de canonisation,  le 27 avril,  des papes Jean-Paul II et Jean XXIII.

Que dire du nouveau rôle qui se dessine du pape émérite Benoît XVI? Au consistoire de samedi dernier, il est apparu alerte et fort pour un homme de quatre-vingt-six ans. Est-il vraiment et complètement retiré du monde dans le monastère Mater Dei, ou le Pape Benoît a-t-il recouvré  ce rôle de «second violon» qui a été le sien tout au long du pontificat de Jean-Paul II ? Au cours de ce pontificat, celui qui était alors le cardinal Ratzinger est demeuré un soutien effacé, mais puissant, du pape polonais, le pape « chouchou » des foules. Dans son rôle de préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Joseph Ratzinger a apporté la précision théologique dont la papauté a besoin pour définir et défendre la foi.

Alors que le Pape Benoît ne joue pas ce rôle activement, il est très probable qu’il est un soutien intellectuel et spirituel pour le pape François. Le pape François est un outsider du Vatican;  le pape Benoît connaît le Vatican  de l’intérieur et de l’extérieur. Le pape François attire les foules; le pape Benoît a toujours semblé mal à l’aise et effacé avec les foules. Le Pape François est prêt à faire des déclarations prophétiques qui semblent parfois ambiguës sur le plan théologique; le pape François est précis et mesuré dans ses écrits. Benoît pourrait bien apporter équilibre et stabilité au brillant pontificat de son successeur, sans lui faire de l’ombre ni rivaliser avec lui.
 
Il y a un an, quand le pape Benoît a renoncé à sa charge, j’ai prédit qu’avec un nouveau pape, peut-être qu’émergerait un “”double pontificat””, dans lequel le Pape serait l’évangéliste mondial tandis que pape émérite serait présent comme mentor, guide et soutien, solide comme un roc.

Si c’est ce qui est en train de se faire, cela ne signifie pas que le pape Benoît jouera un rôle public. Dans une interview révélatrice accordée au Washington Post, son secrétaire Mgr Georg Gänswein a expliqué que si Benoît était présent au consistoire, c’était  en fait à l’invitation du pape François. « Le pape Benoît a réfléchi beaucoup, puis a fini par accepter», a affirmé Gänswein. "Mais cela ne signifie en aucun cas pas qu’il soit, pour ainsi dire, prêt revenir dans le jeu » et ne doit pas être pris comme un signe de sa réapparition dans la vie publique

Pages : 1 2

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]