Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Baptême : parrain, marraine, juste pour « la galerie » ?

Bébé se faisant baptisé
© Shutterstock
Partager

Le choix du parrain et de la marraine d’un futur baptisé ne doit pas être dicté par des considérations sociales et familiales, mais par le bien spirituel de l’enfant…

Je me souviens avec joie et gratitude du temps où j’étais curé de paroisse. J’ai connu des moments très gratifiants, et même émouvants. Lorsque je parlais avec les parents venus demander le baptême de leur enfant nouveau-né, je percevais en eux l’émotion d’être parents et, parfois, ils ne trouvaient pas les mots pour exprimer ce qu’ils ressentaient.

C’est un moment fort pour la famille, et j’essayais de leur réserver l’accueil le plus chaleureux possible. Après les félicitations d’usage, je leur exposais le programme de préparation mis au point par la paroisse pour les parents et les parrains-marraines à un moment crucial dans la vie des enfants. Ils acceptaient quasiment tous la proposition et réglaient les éventuelles difficultés d’horaires pour assister aux réunions.

Il y en avait, cependant, qui ne comprenaient pas la nécessité d’une préparation des parents, encore moins des parrains ou marraines. Certains avaient prévu des parrains qui n’étaient pas confirmés ou n’avaient pas l’expérience de la foi, indispensable pour accomplir la mission que l’Eglise confie à un parrain ou marraine de baptême, et j’avais du mal à le leur faire comprendre.

Quand les prêtres et les catéchistes me parlent des difficultés qu’ils rencontrent dans la pastorale pré-baptismale, je les comprends parfaitement. Avec cette lettre, je veux les encourager à soigner ce moment d’évangélisation que représente la catéchèse préparatoire à ce sacrement et à d’autres.

Il convient de garder présent à l’esprit les critères et orientations que l’Eglise a indiqués pour recevoir les sacrements et, tout particulièrement, ce que signifie être parrain ou marraine de baptême. Au cours de la célébration baptismale, les parents s’engagent à transmettre la foi à leurs enfants, avec l’aide du parrain-marraine. Parents et parrains-marraines devront donner l’exemple d’une vie chrétienne à l’enfant baptisé, en participant à la vie de l’Eglise, surtout à l’Eucharistie dominicale. C’est la raison pour laquelle la Paroisse propose cette formation, que sont les catéchèses pré-baptismales, et rappelle aux parents leur devoir de choisir des parrains-marraines aptes, en raison tant de leur maturité sur le plan humains que de leur volonté de collaborer avec eux dans la croissance de la foi du baptisé.

Concrètement, les conditions pour être parrain ou marraine  sont les suivantes : appartenir à l’Eglise catholique, être confirmé, avoir fait sa première communion, mener une vie conforme à la foi et à la mission qu’il ou elle aura acceptée, et ne pas s’être écarté de l’Eglise par un acte formel d’apostasie.

J’invite les parents à informer la paroisse de leur désir de baptiser leurs enfants suffisamment à l’avance afin qu’ils puissent s’organiser et participer aux catéchèses pré-baptismales. Ce serait bien, et cela les aiderait beaucoup à vivre la naissance de leur enfant comme un don de Dieu, s’ils participaient à ces catéchèses avant la naissance de l’enfant.

Je suis sûr que vous, prêtres, continuerez à accueillir cordialement les parents et que vous les aiderez à surmonter les éventuelles situations de conflit. Invitez aussi es paroissiens adultes qui ne sont pas confirmés à recevoir ce sacrement, qui complète le baptême et donne le don de l’Esprit Saint pour grandir dans la vie chrétienne.

 Article traduit de l’édition espagnole d’Aleteia par Elisabeth de Lavigne

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]