Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Moines de Tibhirine : le dernier survivant souffle ses 90 bougies

Bruno ROTIVAL/CIRIC
Mars 2012: le P. Jean Pierre SCHUMACHER, dernier survivant du monastère de Tibhirine, posant devant la liste des 7 frères assassinés, prieuré Note Dame de l'Atlas, Midelt, Maroc.
Partager

« Ne me prenez surtout pas pour un saint », déclare Frère Jean-Pierre Schumacher au Progrès de Lyon. 18 ans après l’assassinat de ses frères moines, son émotion reste entière.

17/02/2014

Frère Jean-Pierre SCHUMACHER est le dernier survivant des moines de Tibhirine (Algérie), dont sept avaient été enlevés et tués en 1996.
 
Samedi dernier, 15 février, il a fêté ses 90 ans. Le Progrès a pu le joindre au téléphone de façon très exceptionnelle durant quelques minutes : « J’ai reçu depuis hier (vendredi), beaucoup d’appels, de lettres et d’e-mails pour me souhaiter un bon anniversaire. Je suis très ému et touché, en particulier par une lettre du cardinal Barbarin : de voir qu’il connaît bien notre histoire, cela m’a fait plaisir», a-t-il déclaré à nos confrères de Lyon. »
 
Lire la suite : ICI
 
Frère Jean-Pierre était portier de nuit au monastère de Tibhirine, non loin d’Alger. C’est lui qui, en fin d'après-midi du 26 mars 1996, avait verrouillé les portes qui ne devaient être réouvertes qu’à 7h30 le lendemain. Il est 1h15 du matin quand il est tiré de son sommeil par une discussion en arabe dans l’enceinte du monastère. Il reconnaît aussi la voix de Dom Christian le prieur qui parle couramment l’arabe. Lorsque le calme est revenu, frère Amédée (décédé en juillet 2008) sort de sa chambre et retrouve Jean-Pierre à la porterie. Hébétés. Ils ne sont plus que tous les deux. Les sept autres moines ont été enlevés par des islamistes. (cf. Janine Tissot)
 
A l’annonce de l'assassinat des sept frères, le 26 mai 1996, Frère Jean-Pierre devient successeur de Christian de Chergé, jusqu’en 1999, terme de son mandat, ayant atteint l’âge limite de 75 ans. Il est au monastère Notre-Dame de l’Atlas au Maroc.
 
Seules les têtes des religieux ont été retrouvées, au bord d'une route de montagne. Les corps n’ont jamais été retrouvés, laissant songer que l’on avait tenté de dissimuler les circonstances de leur mort. Le juge antiterroriste Marc Trévidic s’est rendu à Alger en novembre dernier pour une réunion préparatoire à une nouvelle enquête sur leur mort entourée encore de nombreuses zones d’ombre. (cf. Aleteia)

Sources: Le Progrès – Janine Tissot

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]