Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les trois leçons de l’affaire Kerviel

Alexander Kalina
Partager

Jeune trader accusé d'une perte frauduleuse de quasiment cinq milliards d'euros, Jérôme Kerviel se définit lui-même comme « le monstre créé et recraché par la finance ». Trois constats à la veille de son procès.

Alors qu'il se prépare à affronter son dernier procès, qui pourrait l'amener à purger cinq ans de prison et faire de lui l'homme le plus endetté de la planète (5 milliards d'euros !), Aleteia.org a rencontré Jérôme Kerviel.  Notre commentaire de cette interview exclusive de Aleteia : trois leçons dont le monde devrait prendre urgemment conscience.

Première leçon : le réveil éthique suit l'alarme sur les bénéfices

Tant que les investissements de Jérôme Kerviel engendraient des bénéfices, personne dans le système ne se préoccupait de savoir s'il était ou non éthique de spéculer contre des entreprises (et l'emploi de ses salariés) ou contre des monnaies (et les habitants de ces pays). Mais quand ses paris ont provoqué des pertes astronomiques, alors, soudain, le jugement éthique du système s'est adapté à la dimension de la catastrophe.

Seconde leçon : tout le monde critique, personne n'agit

Comme l'explique Jérôme Kerviel, après le déclenchement de la crise financière mondiale, la réaction du monde politique et économique s'est limitée à des critiques et des condamnations.  L'ex trader star fait d'ailleurs le parallèle avec la crise écologique : "Tout le monde comprend que nous courrons à la catastrophe sans être capable de mobiliser l’énergie suffisante permettant un sursaut collectif et des réformes en profondeur." Jérôme Kerviel reconnaît ses fautes et sa responsabilité, mais il serait puéril de penser que le fait de condamner le bouc émissaire suffise pour résoudre le problème.

Troisième leçon : le Pape nous montre la voie

Jérôme Kerviel a choisi un média catholique pour diffuser cette interview, car il considérait qu'à ce moment de sa vie, le Pape constituait la seule autorité morale dont les paroles soient en cohérence avec les actes, afin de tirer les leçons de cette crise éthique, à l'origine de la crise financière mondiale.
Dans l'interview exclusive publiée par Aleteia.org, l'ex trader fait son examen de conscience et reconnaît que sa foi vacille à l'approche de la prison. Mais le pape François représente à ses yeux "l’image d’un phare qui montre un cap, seul à même de moraliser le système et de mettre en échec l’insupportable relégation de l’humain au second plan."

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]