Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 31 juillet |
Saint Ignace de Loyola
home iconActualités
line break icon

Centrafrique : une missionnaire dénonce les massacres qui se poursuivent

Isabelle Cousturié - Publié le 13/12/13

Sœur Elvira Tutolo, spiritaine, note jour après jour les massacres et exactions commis contre les habitants de la région de Berberati, exclue de l’opération de désarmement « Sangaris ». Une exclusion « absurde » dit-elle dans un entretien sur RTL.

12/12/2013

Sœur Elvira Tutolo, responsable d’une ONG (Kizito) en faveur des enfants, à Berberati, non loin de la frontière avec le Cameroun, est de ces religieuses qui ont choisi de rester en Centrafrique pour témoigner des massacres et des exactions.

Depuis le mois de mars dernier, cette religieuse italienne de la congrégation des Sœurs de la charité tient, dans la deuxième ville de Centrafrique, Berberati, un journal de bord sur les massacres et exactions commis autour d’elle ( publié le 7 décembre dernier dans le Journal du dimanche ).

Dans un entretien sur RTL, elle dit accueillir avec beaucoup de soulagement l’opération française de désarmement « Sangaris » sur le territoire, mais également beaucoup d’angoisse car elle saurait que la région, contrôlée aujourd’hui par les ex-rebelles de la Séléka,  n’entre pas dans les projets de l’opération, jugée «pas concernée par le conflit ».

Or, à Berberati, dit-elle, « Les ex-rebelles sont très puissants, c’est un peu leur fief. Leur général est très influent et contrôle tous les points stratégiques. « Leur seul but, selon elle, c’est « l’argent, le sexe,  et exploiter les habitants » sous multiples formes. Quant aux milices d’autodéfense, les anti-balaka (anti-machettes), elles sont ici « invisibles…  Ils sont tous en brousse, on ne les voit pas. C’est la Séléka qui dirige », affirme-t-elle.

La religieuse rappelle sur RTL que la Séléka est un ensemble de plusieurs groupes chapeautés par un général qui fait la pluie et le beau temps. A Berberati, «  Tout le monde prend la fuite vers la forêt, les écoles sont fermées ainsi que les banques…  les gens ont peur », insiste-t-elle. 

Le Journal de bord de sœur Elvira a pour origine les massacres de fin mars-début avril dernier, où à Berberati, les Séleka on tiré sur une foule de jeunes lors d’une petite manifestation pour protester contre de fausses accusations émises contre eux. Bilan : une quarantaine de blessés et une dizaine de morts !

Puis les événements se sont enchainés : Son journal de bord est truffé de détails : noms, âges, des victimes et nature des sévices commis sur eux, que la religieuse a transmis au tribunal de Bangui, à la commission Justice et Paix, à l’archevêque de Bangui…

Voici quelques extraits :

« Cyncilia Gbai avait 4 ans. Le 21 mars, elle a succombé à une balle perdue lors de heurts entre jeunes chrétiens de la ville et des éléments de l’ex-Seleka devant une station-service….  Les jeunes ont voulu se soulever contre les rebelles musulmans pour exprimer leur colère. Ils ont été violemment réprimés, on a ouvert le feu sur eux. »

« Il y a aussi ce jeune commerçant pourchassé par un pick-up des ex-rebelles alors qu’il roulait à moto près de notre église. Il a essayé de fuir, de les semer, poussant au maximum la puissance de son deux-roues. Mais les ex-rebelles avides de sang l’ont rattrapé et ont renversé sa moto. Après une nuit de souffrances, ce jeune est mort. »

Et : « Nabio Valentine, 25 ans, violée le 1/6/13 à minuit par un Seleka du colonel… Jeune fille de 13 ans violée par le capitaine du Seleka, octobre 2013.”

La religieuse commente entre deux : «  Les ex-rebelles de la Séléka font preuve d’une violence irrationnelle, d’agressions gratuites. Ils s’en prennent aux jeunes non-musulmans sous des prétextes fallacieux et tuent sans aucune raison. J’ai vu deux de ces jeunes être torturés en place publique. Ils sont morts… »

Plus de détails sur le site du JDD : http://www.lejdd.fr/International/Afrique/Centrafrique-les-preuves-de-soeur-Elvira-642635

Et l’entretien de RTL avec Soeur Elvira ICI

Tags:
Afriquebangui
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
2
ELDERLY MAN
Philip Kosloski
Ce psaume qui souligne avec justesse la beauté de la vieillesse
3
HIDILYN DIAZ
La rédaction d'Aleteia
Jeux Olympiques : la médaille miraculeuse sur le podium !
4
MARIAGE
Timothée Dhellemmes
Pass sanitaire : quelles sont les règles pour les mariages ?
5
Martin Steffens
Martin Steffens : « Le pass sanitaire est une défaite de la moral...
6
SCROVEGNI
Agnès Pinard Legry
Les splendides fresques de Giotto désormais au patrimoine mondial...
7
Caroline Becker
Les cierges de Notre-Dame de Paris brûlaient-ils toujours au lend...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement