Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

25 novembre : les « catherinettes » coiffent sainte Catherine

© DR
Partager

Cette fête traditionnelle en honneur des jeunes femmes de 25 ans encore célibataires peut paraître désuète. Mais elle est un hommage rendu tant au mariage qu’à la virginité.


A l’origine, il y a sainte Catherine d’Alexandrie, martyre du IVe siècle, devenue la sainte patronne des jeunes filles célibataires. Elle a donné son nom aux « catherinettes », ces jeunes femmes de 25 ans qui n’ont pas encore trouvé l’âme sœur et qui, comme le veut une tradition un peu désuète, « coiffent sainte Catherine » le jour de sa fête, le 25 novembre.

« Cette coutume, à travers laquelle les jeunes filles faisaient des vœux pour un prompt mariage, ne s'est conservée, sous une forme altérée, que dans le milieu des couturières et de la mode où on apporte traditionnellement un soin particulier à la confection du chapeau des “catherinettes”. Les couleurs traditionnelles du chapeau sont jaune et vert, deux couleurs ne s'accordant pas », nous apprend Wikipedia.

Le blog Jeunes Cathos revient aussi, en quelques mots, sur la vie de la sainte, et sur cette tradition amusante. Nous reprenons ci-après leurs explications :

« La célébration des Catherinettes remonte au XVIème siècle. Selon la légende, sainte Catherine d’Alexandrie fut demandée en mariage par l’empereur romain Maxence au IVème siècle. L’empereur lui ordonna par la même occasion de renier sa foi en Jésus-Christ. Comme Catherine d’Alexandrie refusa les deux demandes de l’empereur, celui-ci lui fit subir le supplice de la roue. La légende raconte qu’elle fut décapitée et qu’un ange vint sauver son âme.

Sainte Catherine devint la seule Sainte à qui l’Eglise décerna trois auréoles. Les couleurs des trois auréoles de sainte Catherine ont des significations particulières. La première auréole est verte et elle symbolise la connaissance, la seconde est rouge et rappelle que sainte Catherine fut martyre, la troisième auréole est de couleur blanche et symbolise la virginité. Une confrérie de jeunes filles vénéra sainte Catherine et faisait coiffer à la plus âgée d’entre elles, la statue de la sainte.

La célébration des Catherinettes eut lieu ensuite pour vénérer la mémoire du martyre de sainte Catherine d’Alexandrie. On disait à l’époque que lorsqu’une fille n’était pas encore mariée à 25 ans, elle se mariait à l’aiguille. Par extension, la journée devint celle des couturiers et des modistes.

La fête des Catherinettes est l’occasion pour les modistes de fabriquer de nouveaux chapeaux et d’en coiffer les Catherinettes, c’est-à-dire les jeunes femmes âgées de 25 ans, encore célibataires. Plusieurs modèles et décorations de chapeaux sont créés pour l’occasion. Les modistes rivalisent de créativité pour offrir aux Catherinettes des couvre-chefs à leur image ».

A voir enfin, cet épisode de KTO : « Pourquoi dit-on “coiffer Sainte-Catherine” ? »

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]