Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 23 novembre |
Saint Clément Ier
home iconActualités
line break icon

Les chrétiens en Europe sont-ils « discriminés » ?

aleteia - Publié le 06/11/13

Attention aux mots que nous employons ! A proprement parler, c’est faux. Et demander à être toléré, c’est renoncer à être compris et donc à témoigner.


C’est un fait que les chrétiens ont de plus en plus de difficultés à vivre dans la société occidentale.
Tout d’abord, il y a un climat d’hostilité croissante envers le christianisme qui se manifeste notamment par les attaques verbales, blasphèmes et profanations qui sont devenus innombrables.
En outre, de nombreuses personnes, et en particulier les chrétiens, se heurtent de plus en plus à des normes sociales auxquelles ils ne peuvent consentir en conscience. Ces normes portent sur la morale.
On observe un phénomène croissant en Europe de limitation des droits des chrétiens. Leur liberté d’expression est limitée par des normes incriminant l’incitation à la haine ou à la discrimination ; leur liberté de manifestation (par exemple contre l’avortement) est réduite ; leurs droits parentaux éducatifs sont empiétés par l’État.

La spécificité des églises est contestée : elles sont parfois considérées comme de simples employeurs privés n’ayant pas le droit d’effectuer une sélection de leur personnel selon des critères religieux ; on conteste aux cliniques et praticiens catholiques le droit de refuser la pratique de l’avortement ; des salariés et fonctionnaires sont licenciés en raison de leur conviction qu’une famille ne peut être fondée que sur l’union d’un homme et d’une femme ; les agences catholiques d’adoption au Royaume Uni doivent fermer pour ce même motif ; la République française prétend imposer l’inscription de sa devise sur le fronton des écoles confessionnelles, etc.

L’avortement et l’homosexualité sont les principaux motifs, mais non les seuls, de conflit entre les chrétiens et le pouvoir politique.

Pourtant, est-ce de la discrimination ?

La discrimination (dans le sens contemporain) est une violation du principe d’égalité, c’est le fait de priver une personne d’un droit ou d’un bien en raison d’un caractère particulier, par rapport à une autre personne placée dans la même situation. L’exemple typique est le fait de refuser d’embaucher une personne au seul motif de son sexe ou de sa religion, alors que rien ne prouve que ces caractères personnels puissent faire obstacle à la bonne réalisation de son travail. Le refus d’embaucher un musulman pratiquant dans une charcuterie ne serait pas une discrimination, mais le deviendrait dans le cas d’une librairie généraliste.

Alors, peut-on dire que les chrétiens européens font l’objet de discriminations ? Sont-ils privés de certains biens ou de l’exercice de certains droits en raison de leur religion ? Certainement, mais de façon insidieuse et rarement officielle. De vraies discriminations contre les catholiques, comme ce fut le cas lors de la crise anticléricale de la IIIè République, il en reste peu dans le droit français. J’en vois une : l’interdiction faite aux religieux d’enseigner dans les établissements publics du premier degré. C’est bien là une rupture de l’égalité en raison de la religion. Il n’est pas prouvé qu’un religieux incapable d’enseigner.

Disons le clairement : la laïcité et la liberté religieuse, en mettant toutes les religions à égalité ont plutôt eu pour effet de supprimer les discriminations en fonction de la religion. A part le cas mentionné plus haut, en théorie, toute personne peut accéder aux fonctions administratives et électives quelle que soit sa religion. Par contre, que ses convictions morales ou religieuses l’empêchent d’assumer l’ensemble de ses obligations professionnelles, c’est une autre question.

En réalité ce sont plutôt les chrétiens qui souhaitent pouvoir discriminer, et qui sont sanctionnés pour ce fait. Plus généralement, les chrétiens, comme les adeptes d’autres religions, aimeraient ne pas avoir à respecter certaines lois contraires à leur religion ou qui heurtent leur conscience. Une jeune musulmane exclue de l’école publique parce qu’elle porte le voile est-elle discriminée ? N’est-ce pas plutôt elle qui se prive du bien de l’instruction en refusant de se conformer à « l’égalité » imposée par la laïcité ? Un objecteur peut-il se prévaloir de ses propres conceptions morales et religieuses pour refuser l’application de la loi ? Peut-il se prétendre discriminé si la loi lui est appliquée, comme à toute autre personne ? L’égalité n’est-elle pas dans l’application uniforme de la loi républicaine ?

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
discriminationEuropepersécutions
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Messe publique en France - Lyon
Agnès Pinard Legry
Reprise des messes : ce que l'on sait du futu...
Henri Quantin
Face à l’épidémie, êtes-vous thespien ou bocc...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement