Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 30 novembre |
Saint André
home iconActualités
line break icon

Repos dominical : un enjeu de société

KENZO TRIBOUILLARD

Marine Soreau - Publié le 30/09/13

14 enseignes Castorama et Leroy-Merlin provoquent un vaste débat sur le travail dominical en ouvrant le dimanche malgré la loi.

« Les magasins doivent-ils pouvoir ouvrir le dimanche ? » : c’est la question posée par Europe1 au lendemain de l’ouverture, le dimanche 29 septembre, de 14 magasins Castorama et Leroy Merlin en Ile de France, et ce malgré l’interdiction de la justice. 72 % des votants y sont favorables contre 26 % qui y sont opposés et 3 % sans opinion.

Une question qui divise la classe politique, à droite comme à gauche. Dès lundi matin, le Premier Ministre annonçait une réunion à Matignon sur ce thème épineux pour « faire évoluer les choses », affirmait Marisol Touraine ce dimanche sur France 5. Mais pour le ministre du travail, c’est non : « pas question » de toucher au « principe du repos dominical », a-t-il affirmé juste avant la tenue de cette réunion.

Pour Michel Sapin, c’est plus la loi qui pose problème : « le sujet n’est pas le travail du dimanche », mais « comment on met fin aux incohérences législatives et parlementaires de la loi de 2009 ». Cette loi « ouvre sans l’ouvrir », « il faut qu’on clarifie cela », a-t-il affirmé.

Ce que confirme l’Eglise de France qui, par la voix de son porte-parole Mgr Podvin, évoque une législation « très complexe », voire « incompréhensible » et invite à une « réflexion de fond » sur le sujet. « Même si la crise économique frappe durement, il ne faut pas que l’économie ait le dessus sur notre équilibre global », affirme Mgr Podvin sur BFMTV.

Le dimanche « a une valeur spirituelle mais aussi une valeur d’équilibre pour l’être humain », ajoute-t-il. « C’est un ressourcement qui n’est pas seulement religieux, c’est un ressourcement général, pour la famille, pour la culture, pour toutes les relations. C’est un point d’équilibre pour toute la société ». Banaliser le dimanche, souligne-t-il, c’est donner raison « à l’économie et à la consommation sur l’être humain ».

Du côté des syndicats, la CFTC s’oppose aussi à la remise en cause du travail dominical. « Le travail le dimanche est destructeur d’emplois, de vie sociale, de vie associative et de vie spirituelle », affirme à La CroixJoseph Thouvenel, Vice-Président confédéral de la CFTC.

Avant toute nouvelle décision, la CFTC demande aussi une étude d’impact portant notamment sur l’emploi ; les conséquences sur la vie des salariés concernés et de leur famille ; les répercussions sur le commerce de proximité ; la portée de l’ouverture en terme de développement durable (consommation  énergétique et rejets de polluants).

Pour Alexandre Delaigue, professeur d’économie à Saint Cyr, ce sujet-débat apparaît « comme une diversion », car on n’observe pas « d’effet important de l'extension de l'ouverture des commerces » le dimanche. « Les quelques gains d'emploi observés sont le plus souvent accompagnés de hausses des prix de vente; au bout du compte, les consommateurs paient pour avoir des commerces ouverts plus longtemps ».

« On n'aime rien tant en France que se lancer régulièrement dans les mêmes débats dont la passion est inversement proportionnelle aux enjeux », affirme-t-il encore. La preuve… au temps du curé d’Ars (1786-1859), ce sujet était déjà d’actualité :

« Oh! comme il se trompe dans ses calculs, celui qui se démène le dimanche avec la pensée qu’il va gagner plus d’argent ou faire plus d’ouvrage! ». « Que vous revient-il d’avoir travaillé le dimanche ? »… « Mes frères, il faudrait mourir le dimanche et ressusciter le lundi. Le dimanche, c’est le bien du bon Dieu ; c’est son jour à lui, le jour du Seigneur. Il a fait tous les jours de la semaine ; il pouvait tous les garder, il vous en a donné six, il ne s’est réservé que le septième ; il veut qu’en ce jour, vous ne travailliez nullement, pas plus que si vous étiez à l’agonie. De quel droit touchez-vous à ce qui ne vous appartient pas ? Vous savez que le bien volé ne profite jamais. Le jour que vous volez au Seigneur ne vous profitera pas non plus. Je connais deux moyens bien sûrs de devenir pauvre : c’est de travailler le dimanche et de prendre le bien d’autrui. Vous avez travaillé en ce saint jour ? Donnez aux pauvres une aumône qui surpassera le profit que vous aurez fait ». 

Tags:
travail le dimanche
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
CHURCH
Agnès Pinard Legry
Une messe dimanche... trois scénarios possibl...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
messe avec masques
Agnès Pinard Legry
Les églises sont "des lieux de contamination"...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement