Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Les 100 premiers jours du pape François

Jeffrey Bruno
Le Pape François le jour de son élection (13 mars 2013)
Partager

Le pape est un homme « venu de loin » qui veut « mener l’Eglise loin », souligne Gérard Marier de la Communauté du Désert au Québec… Sur Arte, un documentaire sur ses premiers pas

« L'image de l'Église vient de s'éclaircir. Elle était peinte en noir. Il vient de la mettre pas nécessairement en plein soleil, mais à un nouveau jour », commente l'abbé Gérard Marier de la Communauté du Désert en se penchant sur les 100 premiers jours du règne du pape François, élu le 13 mars à la tête de l'Église catholique romaine.
 
Un article signé Claude Thibodeau dont voici quelques passages clefs, mais à lire en entier sur le site québécois  Lanouvelle.net :
 
« En choisissant François comme nouvel évêque de Rome, les cardinaux, comme il l'a dit lui-même, sont allés «le chercher loin». «Et il veut mener l'Église loin», estiment l'abbé Marier et Marie-Josée Roux de la Communauté du Désert, au Québec.

Avant même la tenue du conclave, lors de l'une des congrégations générales, François avait fait valoir auprès de ses pairs la nécessité des changements et réformes capables de transformer l'Église refermée sur elle-même en une Église évangélisatrice. « Aux cardinaux, François avait fait savoir qu'à partir de la contemplation de Jésus, l'Église devait sortir d'elle-même pour aller aux périphéries de l'existence, là où se retrouvent le mal, l'injustice, la douleur», notent le prêtre et la laïque (…).
 
« Ils (L'abbé Marier et Marie-Josée Roux) font remarquer aussi que le nouveau pape, dès sa première audience générale du mercredi, a martelé à 14 reprises le mot «sortir». Plus tard, en public, le Saint-Père livrera un plaidoyer pour une Église ouverte en disant «non» à une Église fermée préférant une Église accidentée parce qu'elle prend des risques à une Église malade, ce qui se produit quand l'Église se ferme. »
 
« (…) Avec son style papal «décontracté», il ressemble davantage à Jean XXIII, font remarquer les membres de la Communauté du Désert. «Il parle, et tout le monde comprend, disent-ils. Il a la volonté de ne pas «faire pape», mais de rester lui-même.»
 
« Là s'arrêtent les traits communs, toutefois (…) François, lui, veut faire la révolution de la révolution de Jean XXIII. «François souhaite ouvrir l'Église pour que le fidèle en sorte», soulignent Gérard et Marie-Josée. « Il s'agit d'une révolution dans l'Église. Il a été très audacieux en parlant ainsi, poursuit l'abbé Marier. Il veut que les fidèles sortent des terrains de la Fabrique, qu'ils prennent la rue. (…) François a une force de persuasion d'autant plus formidable qu'il la cache derrière la simplicité et l'humilité. C'est ce qui fait sa force, la simplicité», affirme l’abbé Marier.
 
« En 100 jours, il a fait déjà énormément pour l'Église (…) Et nous disons au pape, au nouvel évêque de Rome, venu de loin, de Buenos Aires, et qui veut conduire l'Église loin : Buen camino, bonne route!», concluent Gérard Marier et Marie-Josée Roux.
 
 
 
« Les cent jours de François » c’est aussi le titre du documentaire de 30 minutes qui sera diffusé ce soir, mardi 18 juin,  sur la chaine de télévision Arte à 21h55, pour un bilan des premiers mois du pape à la tête de l’Église catholique.
 
Quelles évolutions attend l’Église catholique de ce nouveau pontife ? Parviendra-t-il à assainir la Curie, qui a résisté jusqu’ici à toutes les tentatives de réforme ? Entendra-t-il le désir de changement exprimé par certains fidèles ? Des quartiers pauvres de Buenos Aires au Vatican en passant par l’Allemagne, le documentaire part sur les traces du nouveau pape, l’Argentin Jorge Mario Bergoglio, premier Sud-Américain et premier jésuite à occuper cette fonction.
 
Site : http://www.arte.tv/guide/fr/049894-000/les-100-jours-de-francois-1er
 
I.C