Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconÉglise
line break icon

Le voile islamique: symbole religieux, tradition culturelle ou instrument de discrimination?

© Izabela Zaremba SHUTTERSTOCK

Joven árabe se cubre con el velo

María Angeles Corpas - Publié le 21/05/13

Son utilisation soulève un vif débat en Occident et dans les pays musulmans

Le voile dans l’Islam transcende largement la tradition vestimentaire. Son utilisation possède une haute  valeur symbolique. L’apparence des femmes constitue un langage non verbal qui transmet, selon un certain code, des messages très variés. Il renvoie à des questions cruciales, donnant une indication de l’identité d’origine, la croyance religieuse, le milieu familial ou le statut social.
Dans les pays musulmans, le voile se réfère à la transformation de son rôle comme pilier pour la reproduction de la famille musulmane traditionnelle. En Occident, cette polysémie du voile est source de polémiques qui renvoient à  la capacité de l’Islam à prendre en marche le train de la modernité. Et à son rôle  consistant à  précipiter la transformation des structures de l’Etat.

  1. Le voile dans l’Islam

 Dans l’histoire, le voile musulman n’est pas le seul exemple dans lequel la femme se couvre pour des motifs religieux. Il n’en est pas moins significatif, car il révèle des problèmes essentiels de l’Islam  et de la façon dont il a évolué, en s’adaptant à des situations culturelles différentes.

Dans son origine coranique, la modestie vestimentaire remplissait une fonction précise, à savoir montrer que l’aspect extérieur correspond à la croyance intérieure. Cette cohérence manifestée par la modestie de la tenue, concerne également les hommes: « Dis aux croyants de baisser leurs regards (…) et de garder leur chasteté.. C’est plus pur pour eux. (…) Et dis aux croyantes (…) qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent pas leurs atours » (Sourate 24, 30-31).

C’est ainsi que le voile ou  hijab ( (littéralement " rideau ") est devenu une façon d’identifier et de protéger la femme musulmane. Dès leur puberté, les petites filles se couvraient la tête. Le concept englobait également l’usage de vêtements  amples, pas trop fins, qui devaient couvrir la tête, en laissant à découvert les mains et la figure. « Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. » (Sourate 33, 59).

A partir de là, va se développer une variété de types ou versions de hiyab. Au Pakistan, le voile sera une sorte de foulard de mousseline, de couleurs vives, qui laisse à découvert une partie de la chevelure. Au Magreb, le foulard est plus épais, de couleurs discrètes. Le tchador  désigne le tissu couvrant la tête et l’ensemble du corps des femmes musulmanes chiites, en particulier en Iran. Cette pièce de vêtement peut être ouverte devant et laisse le visage à découvert. Le Niqab saoudien ne montre que les yeux. La Burqa traditionnelle, utilisée surtout en Afghanistan et au Yémen, est un vêtement qui couvre le corps de la tête aux pieds, avec une grille au niveau des yeux permettant de voir sans être vu. Il existe d’autres variétés régionales comme le Shayla, al-amira, le litam ou le khimar.

  1. Pourquoi les femmes musulmanes se voilent-elles?


Comme on l’a vu plus haut,  de ce commandement coranique se dégage un concept de femme musulmane idéale. Cette pudeur extérieure doit être cohérente avec une attitude d’engagement de fidèle croyante. Elle ne doit pas devenir une contrainte. Le port du voile est un acte volontaire conforme à une décision prise en toute liberté, en application du verset coranique « Nulle contrainte en religion!” (sourate. 2, 256). C’est également un acte de protection. Une manière d’identifier l’appartenance de la femme à la communauté de croyants,  l’Oumma ou umma, espace collectif   au sein duquel lui est assigné un rôle particulier, qui implique certaines reconnaissances et des obligations.

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
Islam
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement