Aleteia
Dimanche 25 octobre |
Saints Crépin et Crépinien
Église

Le nouveau pape ? Qu’il réforme la Curie et l’Eglise universelle !

© CATHOLICPRESSPHOTO/P OOL

Silvia Gattas - Publié le 05/03/13

« Les congrégations générales sont nécessaires pour comprendre la personnalité des cardinaux », soulignent les médias italiens

Une des tâches principales du nouveau pape sera de réformer la Curie romaine et l’Eglise. C’est ce que l’on entend dire le plus en cette période de pré conclave, durant laquelle les cardinaux ont commencé à se réunir pour analyser les sujets qu’ils devront affronter en priorité et pour mieux faire connaissance.



L’un des cardinaux électeurs, le cardinal Walter Kasper, l’a d’ailleurs bien expliqué : L’objectif de leurs rencontres est celui de découvrir la personnalité des divers prélats, beaucoup plus importante que leur âge ou leur nationalité.

Il ne s’agit pas de « petits conciliabules », comme on entend souvent dire, et il ne s’agit pas non plus de sceller des accords, une chose de toute façon totalement « interdite ». Il s’agit de parler les uns avec les autres, de faire connaissance  et puis de se faire une idée peu à peu de la personnalité de chacun. C’est d’ailleurs pour cela, a dit le cardinal Kasper que certains cardinaux, comme lui-même,  ne souhaitent pas trop avancer la date du conclave. Il estime que « faire connaissance » est important et que cela demande du temps ».

Le pape que tout le monde attend est un pape « réformateur ».  Car, sans changement décisif à divers niveaux de la vie de l’Eglise et de ses institutions, la reprise de l’évangélisation « ne peut pas décoller », lit-on dans la presse italienne.  En effet, disent la plupart des commentateurs, dans beaucoup de pays, « certains aspects du visage de l’Eglise constituent, paradoxalement, une entrave à cette approche harmonieuse avec le monde, ils empêchent l’estime réciproque, la disponibilité au dialogue, deux éléments indispensables pour transmettre la foi aux hommes »  (Corriere della Sera, 1° marzo).



La réforme devrait partir de la Curie, où se vérifient des phénomènes que le cardinal Kasper trouve « profondément inquiétants », comme « la corruption, ou des histoires ayant trait à la sexualité, à des aspirations carriéristes ou de pouvoir ». Tous ces phénomènes sont « très humains », mais ils « ne devraient pas exister à la Curie, ou exister de manière sensiblement moins importante comparé à d’autres milieux ». Même si certaines campagnes médiatiques donnent une image « certainement faussée » de la Curie romaine, « il ne fait aucun doute que certains ecclésiastiques offrent trop souvent l’occasion d’écrire certains articles » (La Stampa, 4 mars).

 

Quoi qu’il en soit, la sainteté personnelle de ceux qui œuvrent à la tête des institutions ecclésiastiques ne résout pas le problème, car de toute façon, beaucoup de gens vivent l’Eglise sans y être vraiment, ne découvrant son visage que lors des manifestations « publiques ».  C’est en ce sens que le prieur général des camaldules, dom Alessandro Barbán, insiste sur l’importance de la « transparence » au sein de l’Eglise, « non seulement pour sa crédibilité et sa légitimité auprès des croyants, mais aussi comme ‘papier tournesol’ décisif pour ceux qui regardent l’Eglise de l’extérieur et qui ne sont pas forcément des croyants » (L’Unità, 4 mars).



Pour le directeur de « L’Osservatore Romano », Giovanni Maria Vian, « la gouvernance de l’Eglise » sera la clef de voûte du conclave. Dans ce contexte, il faudrait épurer les organismes de la curie et envisager de revenir aux rencontres régulières entre les chefs de dicastères et le pape pour que ce dernier ait plus d’impact, envisager des réunions plénières plus fréquentes (pas seulement deux ou trois fois par an), des réunions entre cardinaux avec un agenda précis, des sessions synodales en tablant sur un ou deux thèmes spécifiques et non des assemblées générales sur des questions très vastes comme la nouvelle évangélisation (Il Fatto Quotidiano, 3 mars)
.



Pour que cette réforme ait lieu, le cardinal pense qu’il faut un pape doté « d’une grande volonté et d’une bonne résistance » : «  celui-ci ne peut se limiter à dire : à partir de demain nous faisons autrement. Il doit aussi s’imposer ».

  • 1
  • 2
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
cardinauxconclavecurieÉglise
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
pope francis with a mask
I.Media
Ce que le pape François a vraiment dit sur l'...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Domitille Farret d'Astiès
"La France a un incroyable talent" : une fami...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Freira renova votos religiosos de manhã e morre à noite
La rédaction d'Aleteia
Kenya : sœur Caroline renouvelle ses vœux le ...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement