Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 22 septembre |
Saint Maurice
home iconÉglise
line break icon

Quelles sont les raisons de croire en Jésus-Christ ?

© Dennis Degnan

La rédaction d'Aleteia - Publié le 24/02/13

l’expansion miraculeuse du Christianisme, qui finit par la conversion de l’Empire romain, sans autre puissance que le témoignage des martyrs ;

Après la mort du Christ, deux faits s’offrent à la considération de l’historien et lui permettent de parler de la foi en la Résurrection :
– tout d’abord, le courage soudain et inexplicable des disciples, mûs par une foi d’une intrépidité et d’une ténacité telle, qu’elle résiste même à l’épreuve du martyre ;
– deuxièmement, le témoignage de cette foi que les intéressés, c’est-à-dire les disciples, nous ont laissée. Au moment décisif, lorsque Jésus fut arrêté et exécuté, les disciples n’étaient dans l’attente d’aucune résurrection. Ils prirent la fuite et considérèrent que le cas de Jésus était clos.

Il s’est donc bien produit quelque chose qui, en peu de temps, a non seulement provoqué le changement radical de leur état d’âme mais les a conduits à une activité complètement nouvelle et à la fondation de l’Eglise, au péril de leur vie et sans que rien, pas même la mort, la torture ou le martyre ne parvienne à faire se renier aucun d’entre eux !

Ce témoignage stupéfiant des Apôtres et des premiers disciples et l’expérience si forte de la présence du Christ vivant et agissant au milieu d’eux après la Pentecôte est à l’origine de la transmission fulgurante de la foi en Jésus dans la première Eglise.

« Je vous ai donc transmis ce que j’avais moi-même reçu, à savoir que le Christ est mort pour nos péchés selon les Ecritures, qu’il a été mis au tombeau, qu’il est ressuscité le troisième jour selon les Ecritures, qu’il est apparu à Céphas, puis aux Douze. Ensuite, il est apparu à plus de 500 frères à la fois — la plupart d’entre eux demeurent jusqu’à présent et quelques-uns se sont endormis — ensuite il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres. Et, en tout dernier lieu, il m’est apparu à moi aussi, comme à l’avorton ». (1 Co 15, 3-8).

Les disciples n’ont pas pu inventer cela : ils étaient des personnes ordinaires, des pêcheurs, loin d’être enclins à avoir des visions. Au départ, ils ne croient pas ; Jésus doit presque forcer leur résistance : « Ô cœurs… lents à croire ! ». Ils n’ont pas pu vouloir tromper les autres non plus. Tous leurs intérêts y étaient opposés ; ils auraient été les premiers à se sentir trompés par Jésus. S’il n’était pas ressuscité, à quoi cela servait-il d’affronter la persécution et la mort pour lui ? Quel avantage matériel en tiraient-ils ?

Si l’on nie le caractère historique, c’est-à-dire le caractère objectif et pas seulement subjectif de la Résurrection, la naissance de l’Eglise et de la foi devient un mystère encore plus inexplicable que celui de la résurrection elle-même. L’on a remarqué à juste titre que : « l’idée que l’imposant édifice de l’histoire du christianisme soit comme une énorme pyramide placée en équilibre sur un fait insignifiant est certainement moins crédible que l’affirmation selon laquelle l’événement dans son ensemble – c’est-à-dire l’état de fait et la signification inhérente à cet état de fait – ait réellement occupé une place dans l’histoire comparable à celle que lui attribue le Nouveau Testament » (cité par P. Cantalamessa)

Une multitude de conversions en Israël et chez les païens a répondu au témoignage des Apôtres et les nouveaux disciples faisaient eux aussi l’expérience du Christ vivant si bien que rien ni personne ne pouvait leur faire renier le Christ. Pendant les 3 premiers siècles, la foi a parfois été combattue par des persécutions effroyables, conduisant au martyre des foules de chrétiens pacifiques, et ce témoignage fut si fort que l’ensemble de l’Empire romain se convertit finalement.

Jamais dans l’histoire les débuts d’une religion ne se sont faits d’une manière aussi divine et stupéfiante et l’expansion miraculeuse du Christianisme fut, pour beaucoup dans l’histoire, un autre très important motif de crédibilité de la foi.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Tags:
croireDieuFoijesus
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
2
Cerith Gardiner
Douze dévotions mariales pour douze circonstances de la vie
3
Jeanne Larghero
Contraception : si c’est gratuit, c’est toi le produit !
4
SANKTUARIUM W LA SALETTE
Timothée Dhellemmes
Le pape François s’adresse aux pèlerins de Notre-Dame de La Salet...
5
Laurent Ottavi
Guillaume Cuchet : « Le catholicisme aura l’avenir qu’on voudra b...
6
Père Christian Lancrey-Javal
Esquiver, encaisser, répondre. La leçon de bo...
7
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement