Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
1/10

Dans les pas de Charles de Foucauld

Béatifié par Benoit XVI en 2005, Charles de Foucauld, assassiné au début du XXe siècle dans le Sahara algérien, sera bientôt canonisé. Une occasion de découvrir tous les lieux qui témoignent de la vie d’un homme d’aventure et d’exploration, mais aussi de solitude et de prière. Lui dont le seul et unique modèle était Jésus-Christ :
2/10

Sa maison de Nancy où il passé une partie de son enfance

Charles de Foucauld naît le 15 septembre 1858 à Strasbourg dans une famille de veille noblesse remontant aux Croisades. Avec sa sœur cadette Marie, ils deviennent orphelins en 1864. Quelques années plus tard, en 1870, il déménage dans cette maison à Nancy où il passe quelques années de sa jeunesse. C'est dans cette ville qu'il fera sa première communion en 1872. Une rue et un lycée portent son nom.
3/10

L'église Saint-Augustin à Paris où il s'est convertit

C'est dans l'église Saint-Augustin à Paris que Charles de Foucauld se convertit en se confessant à l'abbé Huvelin en octobre 1889. Ce jour Charles de Foucauld entre dans l'église pour parler avec l'abbé. Mais celui-ci ne veut rien entendre et lui dit de se confesser, ce qui va bouleverser le futur saint.
4/10
5/10

Le Grand séminaire de Viviers où il a été ordonné prêtre

Charles de Foucauld souhaite fonder un ordre religieux. En 1896, il va à Rome pour compléter ses études, puis retourne en Palestine à Nazareth et s'installe comme jardinier chez les Clarisses. À Pâques 1900, il décide de devenir prêtre. Il est ordonné le 9 juin 1901 par Mgr Montéty au Grand séminaire de Viviers, en Ardèche.
6/10

La grotte de la Sainte-Baume, où il se rendait souvent en pélerinage

Prêtre depuis quelques mois, Charles de Foucauld, en 1902, emprunte le chemin vers la grotte de la Sainte-Baume, où Marie-Madeleine vécut en ermite. Ayant une dévotion particulière envers elle, il y laissera trois témoignages de sa « filiale reconnaissance ».
7/10

L'abbaye de Notre-Dame-des-Neiges, où il entre en 1890

Charles de Foucauld après sa conversion spirituelle, cherche un ordre religieux. L'abbé Huvelin lui conseille de faire d'abord un pèlerinage en Terre sainte où il passe Noël 1888. Charles se décide alors pour la Trappe et entre à la trappe de Notre-Dame-des-Neiges, en Ardèche, en 1890, puis dans la même année à celle d'Akbès-ACheikhlé en Syrie.
8/10

L'ermitage de Béni-Abbès

En 1901, Charles de Foucauld repart eb Afrique et s'installe dans un ermitage à Béni-Abbès sur la rive gauche de la Saoura, l’une des plus attrayantes oasis de ce que l’on appelle alors « la rue des palmiers » au sud-ouest d'Alger. Il y rencontre et soigne des légionnaires. Il fonde également sa première fraternité.
9/10

L'ermitage de Tamanrasset

En juin 1903, l'évêque du Sahara passe quelques jours à Béni Abbès. Il vient du sud ou il a visité les touaregs. Charles de Foucauld se sent attiré par ces gens qui vivent au cœur du désert à Tamanrasset, sur le plateau de l'Assekrem en Algérie. Comme il n'y a pas de prêtres disponibles pour aller là-bas, Charles décide d'y séjourner régulièrement à partir de 1905. Il y construit un ermitage.
10/10

Le fortin où il a été assasiné

Le père Charles de Foucauld après son dernier séjour en France, revient encore à Tamanrasset. Le général Laperrine lui demande d'y rester pour prévenir le soulèvement des tribus. L'armée lui construit alors un fortin avec vivres et munitions pour le protéger. Le soir du 1er décembre 1916, le père de Foucauld est seul. Un habitué lui fait croire qu'il a un message important du fort vosin. Il décide d'ouvrir la porte. Il est assassiné sur le coup.