8 / 11
Comme le veut la tradition, les fidèles parcourent les 28 marches à genoux. L’ascension est longue et douloureuse, d’autant que le marbre est creusé en rigoles qui écrasent la peau entre la pierre et les os. Ce contact avec la douleur, détaille le recteur du sanctuaire, permet d’entrer en contact avec la souffrance au-dedans de soi.
+

© Antoine Mekary | ALETEIA | i.MEDIA