Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/5

"Aussi vrai que vit le Seigneur mon Dieu, tu ne marcheras pas sur cette terre jusqu'à ce que je te conduise au Temple du Seigneur."

La Présentation de la Vierge au temple par Le Tintoret (1552-1553) figure dans l'église de la Madonna dell'Orto à Venise. La scène est grandiose, et représente trois étapes de l'ascension de l'escalier par la petite Marie qui apparaît tout à droite encore bébé, dans les bras de sa mère, en bas au centre, encouragée par celle-ci, puis en haut, seule et en pleine lumière, aux pieds du grand prêtre, embrassant son destin divin.

 
2/5

Et ses parents descendirent, admirant et louant Dieu de ce que l'enfant ne s'était pas retournée vers eux."

La Présentation de Marie au Temple du Titien (1534-1538) est une toile monumentale conservée à Venise. Les deux formes noires qui se découpent en bas du tableau marquent l'emplacement de deux portes. La petite Marie, auréolée de lumière, tend la main vers le grand prêtre en haut des marches. Cette représentation est fidèle au texte, où Anna et Joachim se réjouissent de ce que l'enfant ne se retourne pas.
3/5

"Le prince des prêtres reçut l'enfant et il l'embrassa et il dit : “Marie, le Seigneur a donné de la grandeur à ton nom dans toutes les générations, et, à la fin des jours, le Seigneur manifestera en toi le prix de la rédemption des fils d'Israël.“

Cette Présentation de la Vierge de Vittore Carpaccio fait partie d'un cycle de trois tableaux dédiés à la vie de Marie décrite dans l'Évangile de saint Jacques peints entre 1504 et 1508. Le tableau représente avec sobriété Marie gravissant les marches du temple, visiblement plus âgée que dans le récit. Une discrète auréole entoure sa tête baissée dans une posture d'humilité. Plus grave que la Marie du Tintoret, celle-ci semble mesurer avec solennité le rôle grandiose qui lui est échu.  En haut des marches, le prêtre lui tend les mains, prêt à lui donner sa bénédiction.
4/5

"Marie demeurait dans le Temple du Seigneur comme une colombe et recevait de la nourriture de la main d'un ange."

La Présentation de Marie par Giovanni Andrea Sirani (vers 1643) est la plus "surnaturelle" de toutes les représentations en ce qu'elle fait figurer plusieurs anges aux côtés de Marie, soulignant sa grande sainteté et sa pureté. Le texte la compare d'ailleurs à une colombe, qui est dans les Évangiles le symbole du Saint-Esprit.

 
5/5
Dans la Présentation de Marie au Temple de Domenico Ghirlandaio (1485), Marie semble presque adulte, et plus désinvolte : elle n'est pas tournée vers le prêtre vers qui elle s'avance, mais vers le spectateur, conférant à la scène une certaine théâtralité. Le décor fait davantage penser à un palais florentin qu'au Temple de Jérusalem, mais les auréoles qui couronnent la tête de Marie et de ses parents, en bas de l'escalier, rappellent leur sainteté.