9 / 11
ANTONIA DE MIOLLIS : Ses montures de lunettes safran semblent réfléchir le feu qui embrase son coeur. Antonia, 25 ans, psychologue de formation, va régulièrement avec un petit groupe à la rencontre de femmes en situation de prostitution. Elle aussi a voulu quitter son fauteuil moelleux à l’appel choc du pape François. “Je n’avais pas reçu pour ne rien donner à mon tour“, raconte-t-elle. Rendez-vous est donc pris chaque jeudi soir pour aller à la rencontre de femmes prostituées sur les trottoirs qui jouxtent la gare d’Angers. “Certaines sont travesties. Souvent, on en a peur. Et pourtant, j’ai envie de dire qu’on peut créer des liens d’amitié ensemble. On a vraiment de beaux échanges”. Et elle ajoute : “Tout ça, je ne l’ai pas fait toute seule. C’est quelque chose qu’on vit entre amis”.
+

© Matthieu Lefrançois