Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/10

Abbaye de Marcilhac-sur-Célé (Occitanie)

Du 6 juillet au 25 août, l’abbaye Saint-Pierre de Marcilhac-sur-Célé, dans le Lot, propose aux jeunes de plus de 16 ans de venir y passer quelques jours pour aider à redonner vie au lieu. Quatre missions principales leur seront proposées : le déblaiement d’un couloir menant du rez-de-chaussée au premier étage dans l’église de Blars (ancien prieuré de Marcilhac), la création de sanitaires dans la Maison des Jeunes Bénévoles, la réalisation d’une œuvre d’art pour le projet Land’Art de la Vallée du Célé et, enfin, l’animation de l’abbaye de Marcilhac au travers des visites guidées, des offices et des diverses manifestations. Alors, prêt(e)s à relever le défi ?
2/10

Abbaye Saint-Martin-du-Canigou (Pyrénées Orientales)

« Située sur un nid d’aigle au cœur des Pyrénées Orientales, à 1h30 de la Méditerranée, l’Abbaye Saint-Martin-du-Canigou est d’une beauté extraordinaire », précise la communauté des Béatitudes qui y est installée depuis 1988. De juin à septembre, elle propose aux jeunes âgées de 18 à 35 ans de venir y passer quinze jours à un mois en tant que bénévoles afin d’« accueillir les touristes et tous ceux qui veulent venir se ressourcer dans ce lieu de prière millénaire ». Après un temps d’apprentissage, ils feront découvrir aux visiteurs son abbaye, son cloître et ses deux églises. En dehors des visites (2 ou 3 par jour d’une durée d’une heure), ils pourront aider à l’entretien des lieux d’accueil des touristes, à la maison ou au jardin. Les bénévoles sont nourris et logés sur place et leurs frais de voyage sont remboursés.
3/10

Monastère de l’Annonciade (Centre-Val de Loire)

C’est à Saint-Doulchard, à 3 kilomètres de Bourges et deux heures de Paris, que les sœurs de l’Annonciade proposent aux jeunes filles âgées de 18 à 30 ans de venir passer une à quatre semaines (de juin à septembre) dans leur monastère. « Elles nous aident efficacement et joyeusement à nos travaux variés : confitures (actuellement gelée de groseilles), pâtes de fruits, peintures dans la maison d’accueil, jardinage… » confie à Aleteia sœur Marie Ber. Si elles le désirent, les bénévoles peuvent assister aux temps de prière. En fin de journée, une sœur leur fait un topo spirituel.
4/10

Sanctuaire Sainte Anne d’Auray (Bretagne)

Du 1er juin au 30 septembre le sanctuaire sainte Anne d’Auray, en Bretagne, se propose d’accueillir de jeunes volontaires âgés de 17 à 25 ans. En échange du gîte et du couvert ils seront mis à contribution pour accueillir les nombreux visiteurs et pèlerins. « Accueil, visites-guidées, animation liturgique… mais aussi bons moments partagés leur permettront de trouver un vrai sens à leurs vacances », soulignent le père Gwenaël Maurey, recteur de la basilique et le père Joël Bernard, jeune prêtre haïtien au service de la basilique et de la pastorale des jeunes du secteur, à l’origine de cette proposition.
5/10

Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse (Occitanie)

Située sur la commune de Lagrasse, l’abbaye Sainte-Marie est habitée par des chanoines depuis 2005. Du 13 juillet au 17 août, ces derniers invitent étudiants et jeunes pro à devenir volontaires « pour trois jours, une semaine ou davantage » à l’abbaye. Aux ‘classiques’ des vacances que sont les promenades, la baignade ou encore la sieste, les chanoines proposent aux bénévoles, en fonction de leurs talents, d’« accueillir et évangéliser les nombreux touristes désirant découvrir une abbaye millénaire : accueil à l’entrée de l’abbaye, visites guidées, évangélisation, chant, théâtre… ». L’hébergement et les repas des volontaires sont assurés par l’abbaye.
6/10

Abbaye de Saint-Wandrille (Normandie)

La communauté bénédictine de Saint-Wandrille propose chaque année, aux mois de juillet et août et pour une durée de dix jours minimum, à des jeunes de 18 à 30 ans de vivre « une expérience personnelle passionnante sur le plan culturel et spirituel », en devenant guides bénévoles de l’abbaye. Accueillis à l’hôtellerie, nourris et logés gratuitement par la communauté, ils reçoivent sur place une formation sur l’histoire monastique, la Règle de saint Benoît et la vie bénédictine actuelle donnée par un moine et assurent les visites guidées. Une occasion de « rendre service en aidant à l’accueil des touristes », « avoir l’occasion de parler en public et de faire partager l’art et la culture chrétiens » et, enfin, de « profiter d’un lieu et d’un cadre chargés de beauté et de spiritualité ». Petit plus : vous aurez certainement l’occasion de déguster leur délicieuse bière…
7/10

Sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour (Vallée de la Dordogne)

Plus de 500.000 visiteurs passent durant les mois de juillet et d’août sur ce lieu de pèlerinage consacré à Notre-Dame de Rocamadour. « Leur ‘durée de vie’ dans ce lieu est de deux minutes, sauf s’ils « rencontrent » une proposition d’animation », précise le sanctuaire. Et cette proposition passe incontestablement par les bénévoles ! Concrètement, ce bénévolat s’adresse aux jeunes âgés de 18 à 30 ans qui sont disponibles une semaine minimum (en été). « Être bénévole, c’est accepter l’aventure de la rencontre, de l’écoute, du partage réciproque et de la collaboration avec les personnes accueillies », précise encore le sanctuaire. Et pas question de chômer ici : les jeunes s’engagent à prier (assister aux offices, aider à l’animation…), à servir (offrir quelques heures de service par jour pour la vie du Sanctuaire), à évangéliser en accueillant pèlerins et touristes et à vivre des temps de partage avec les autres bénévoles.
8/10

Monastère Notre-Dame de Chalais (Isère)

Moins connu que le monastère de la Grande Chartreuse, le monastère Notre-Dame de Chalais, près de Voreppe (Isère) dispose lui aussi d’un cadre paisible et propice à la méditation. Tenu par des dominicaines, le monastère propose à celles et ceux qui le désirent, sans limite d’âge, un séjour « d’au moins une à quatre semaines » en échange de service « alliant travail, loisirs, partage de la vie de prière ». Si le travail en question comprend du jardinage et du ménage, les gourmands en auront aussi pour leur compte : les religieuses ont une biscuiterie, la biscuiterie Saint-Dominique, qui perpétue la tradition du biscuit sec.
9/10

Couvent Saint-Dominique (Corse)

Celle qu’on surnomme l’Île de Beauté vous fait rêver ? Si tel est le cas, peut-être pousserez-vous la porte du couvent de Corbara, en Balagne (nord-ouest de la Corse). Tenu par des frères franciscains, il propose plusieurs types de bénévolat. Le premier est un camp chantier pour la restauration du patrimoine : cette année il a lieu la dernière semaine d’août et concerna la restauration du cloître. « Le matin on travaille et l’après-midi c’est découverte de la région », précise frère Louis Marie. « On propose aux participants de partager la vie des frères : un office par jour, les repas et le travail ». Le monastère accueille également des bénévoles toute l’année « prêt à donner quatre heures par jour de travail ». Ces derniers sont logés et nourris mais prennent eux-mêmes en charge leur déplacement.
10/10

Sanctuaire de la Sainte-Baume (Provence-Alpes-Côte d’Azur)

C’est au cœur de la Provence que les frères dominicains de la Sainte-Baume invitent chaque été les étudiants et jeunes pros, de 18 à 30 ans, à les rejoindre comme volontaires. Concrètement, vous pouvez profiter du gîte et du couvert pour un tarif très bas (12,75 euros) en contrepartie duquel vous vous rendez disponible pour servir le sanctuaire à certaines heures. « Le week-end, un frère dominicain se rend disponible pour un enseignement », indique le sanctuaire qui précise : « Il faudrait aussi parler du traditionnel verre d’après-Complies du samedi soir, mais on vous laisse découvrir les choses par vous-même ».