Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/9

Notre-Dame voilée pour sa sécurité

Depuis le début des travaux, Notre-Dame se voile doucement. Un filet de sécurité a été tendu sur les parties les plus fragiles. Les ouvriers ont également installé un plancher pour permettre d'étudier de près les voûtes. Le grand échafaudage autour de la flèche, installé avant l’incendie, va être démonté. Grâce à des capteurs disséminés un peu partout dans l'édifice, il est possible d'affirmer que, pour l'instant, la cathédrale ne bouge pas.
2/9

Au plus haut de Notre-Dame, les ouvriers sont à l’œuvre

Chaque matin, entre 60 et 150 personnes œuvrent pour effacer les stigmates du sinistre. Le chantier s’annonce colossal et voir Notre-Dame debout ne confirme en rien sa stabilité. Ici, des ouvriers travaillent du haut d’un échafaudage monté sur une tour de la façade ouest.
3/9

Le pignon nord fragilisé mais toujours debout

C’est une des parties les plus fragilisées de la cathédrale. Le pignon nord est désormais recouvert d'un filet de sécurité pour prévenir les éventuelles chutes de pierres. Analogue au pignon sud, sans être identique, il surplombe le portail du cloître. La statue de saint Denis, premier évêque de Paris, qui coiffait le pignon a été déposée après l'incendie.
4/9

Un chevet ouvert aux quatre vents

À l’Est, les vitraux du chevet ont été déposés pour être mis à l'abri et seront ensuite nettoyés méticuleusement. Les poussières seront aspirées et les fragments brisés recollés avec de la résine. Les quelques fragments de verre disparus seront remplacés par des restaurateurs. La verrerie de Saint-Just, qui dispose d’un savoir-faire unique, pourra fabriquer des verres avec les techniques du Moyen Âge.
5/9

À l’Est, la structure est étayée

Les ouvertures, comme les ogives de l’extrémité du chœur, ont été renforcées par des étais. Les équipes de charpenterie et de maçonnerie sont à pied d’œuvre pour cintrer la totalité des vingt-huit arcs-boutants. Des éléments de bois vont ainsi épouser la forme des renforts pour les stabiliser. Le but est d'éviter que des morceaux de voûte ne s'effondrent.
6/9

Idem pour son frère jumeau, le pignon sud

Depuis l’incendie, la pierre finement taillée du pignon sud se trouve déstabilisée. Le verre de la petite rose et le plomb reliant les différents morceaux du vitrail participaient à l’équilibre de la structure. Les ouvriers ont donc installé une structure en bois pour soutenir l'architecture. Le pignon sud domine le portail dédié à saint Étienne. À son sommet, trois statues : le Christ, saint Étienne et saint Martin. Toutes les trois ont été déposées quelques jours après l’incendie.
7/9

Allons voir la rose et sa robe blanche au Soleil

Les ouvriers ont tendu un filet au-dessus de la rose sud, miraculeusement sauvegardée lors l’incendie du 15 avril. Offerte par le roi Saint-Louis, c'est l'un des plus grands chefs-d’œuvre de la chrétienté. La rose mesure près de treize mètres de diamètre. Elle est constituée de 24 panneaux qui illustrent le Nouveau Testament.
8/9

La nef interdite

À l’intérieur du sanctuaire, l’intégralité de la nef est protégée par un filet. À tout moment des pierres peuvent tomber de la voûte mais pour le moment le transept nord qui menaçait de s'écrouler est désormais sécurisé.
9/9

Le Wall-E de Notre-Dame

Un robot déblaye les décombres. À la croisée du transept et de la nef, là où la voûte s’est écroulée, le danger est encore trop important pour qu’un homme intervienne. Une fois évacués dans une grande tente à l’abri des regards, les débris sont récupérés, répertoriés, numérotés et analysés. Des étais renforcent également certaines colonnes trop fragilisées par l’incendie.