Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
1/5

Saint Siméon le stylite

Né près de Nicopolis en Syrie, Simon est le premier et le plus célèbre des stylites. Simple berger, il entra au monastère à l'âge de 13 ans. Très pieux et pratiquant le jeûne et l'ascèse à l'extrême, les supérieurs de son couvent lui demandèrent de s’éloigner pour ne pas décourager les autres. Il se retira alors vers Antioche et se mura dans une cellule. Les pèlerins, étonnés par cet étrange personnage, venaient de très loin pour lui rendre visite. Pour leur échapper, Siméon construisit une colonne de presque 3 mètres qu'il agrandit au fil du temps jusqu'à atteindre 18 mètres. Il resta en haut de cette colonne jusqu'à sa mort en 459 et encouragea les pèlerins à pratiquer la vertu.
2/5

Saint Daniel le stylite

Moine, Daniel rencontre un jour à Antioche Siméon qui vient juste de prendre la décision de vivre au sommet d'une colonne. Intrigué, le jeune moine qui n'a pas peur des jeûnes les plus austères et de passer des heures à prier, veut imiter Siméon. Ce dernier deviendra son maître jusqu'à son décès et le jeune Daniel aura le privilège de récupérer son manteau. Il passera les 33 dernières années de sa vie assis, perché sur sa colonne.

 

 
3/5

Saint Walfroy le stylite

Apôtre des Ardennes et seul stylite connu d'Occident, le diacre Walfroy était très vénéré au XIXe siècle dans le village de Saint-Walfroy, là où se trouve encore aujourd'hui son tombeau. Originaire de Lombardie, il s'établit dans le pays d'Yvois à la fin du VIe siècle. Arrivé sur la colline où était vénérée la déesse Arduinna, le diacre installa une colonne au sommet de laquelle il s'installa pour prier jour et nuit jusqu'à réussir à faire tomber la statue de la déesse. Il construisit à la place un monastère qui rayonna dans toute la région et laissa son nom au mont Saint-Walfroy. Mort vers l'an 600, il fut enterré dans l'église qu'il avait fait construire. Au Xe siècle, ses reliques furent transférées dans la collégiale d'Yvois.
4/5

Alype le Stylite

Élevé par l'évêque Théodore et après 30 ans de service comme diacre à Andrinople (Turquie), Alype décide de se retirer dans une cellule de moine avant de s'installer au sommet d'une colonne. Attirant à lui de nombreux disciples, il fonde deux monastères, l'un réservé aux hommes et un autre pour les femmes. Paralysé des jambes après cinquante ans en position verticale, il finit sa vie allongé sur le côté jusqu'à sa mort à l'âge de 99 ans.

 
5/5

Saint Luc le stylite

Originaire de Phrygie (ancien pays d'Asie mineure) Luc était un soldat engagé dans l'armée qui défendait l'empire contre le souverain bulgare Siméon Ier à la fin du IXe siècle. Il décide un jour de quitter l'armée pour devenir moine, puis prêtre et devient alors aumônier dans l'armée impériale. Il quitte alors son pays natal et se rend au mont Olympe en Bithynie. Il rejoint alors le monastère de saint Zacharie et commence une vie d'ermite. Plus tard, il creuse une grotte et s'adonne à la contemplation pendant deux ans pour lutter contre les démons. Il finit par construire une colonne sur laquelle il demeure trois ans avant de partir en Chalcédoine pour, à nouveau, méditer en haut d'une colonne. Les dernières années de sa vie se passent dans la prière et l'oraison et il meurt à plus de 100 ans, en l'an 979.