Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/8
Ana Varela Iquitos, né en 1963, est un professeur et journaliste péruvien de la ville d’Iquitos, représentante et défenseur de l'Amazonie péruvienne, une région marginalisée par la culture officielle et le reste du monde.

''Nombreux sont les arbres où la torture a vécu, et vastes les forêts achetées au milieu de mille morts''.
2/8
Jorge Vega Marquez, né en 1953, est un écrivain et dirigeant syndical bolivien. Ses poèmes dénoncent en particulier l’immobilité et l’inaction du gouvernement face aux luttes, tensions, et ravages qui détruisent la région amazonienne.

''Les bûcherons possèdent des parlementaires et notre Amazonie, personne ne la défend [...]. Les perroquets et les singes sont exilés [...] la récolte des châtaignes ne sera plus la même''.
3/8
Yana Lucila Lema, né en 1974, est une traductrice, poète, narratrice équatorienne. Elle a rédigé son recueil de poèmes Tamayahuan Shamakupani  dans sa langue natale, le quichua, dans une poésie voluptueuse, héritière de ses origines autochtones.

''Cette étoile du matin s'approche, les colibris battent des ailes, plus que la chute d'eau, mon cœur bat. Avec tes lèvres, j'arroserai la terre que le vent joue en nous''.
4/8
Juan Carlos Galeano, né en 1958, est un professeur, poète et écrivain né en Colombie. Ses poèmes parlent de paysages amazoniens et des cultures indigènes présentes sur le territoire.

''Il était une fois un paysage qui se dévoilait avec son fleuve, ses animaux, ses nuages et ses arbres. Mais parfois, quand on ne voyait nulle part le paysage avec son fleuve et ses arbres, il fallait que les choses sortent de l’imagination d'un garçon''.

''Ceux qui pensaient que le fleuve était une corde à jouer se trompaient. Le fleuve est une veine très fine à la surface de la terre. [...] Le fleuve est une corde à laquelle s’attachent les animaux et les arbres. Si vous tiriez trop fort, le fleuve pourrait déborder. Il pourrait déborder et nous laver le visage avec l'eau et le sang''.
5/8
Javier Yglesias est un poète de la littérature amazonienne, faisant partie de ceux qui n'hésitent pas d'écrire dans ses poèmes la vérité sur l'environnement et la situation des peuples autochtones en Amazonie.

''De la rivière, fais ton sang [...] Ensuite, plante-toi, germe et croîs. Que ta racine s’accroche à la terre pour toujours et à jamais. Et enfin, sois un canoë, une barque, un radeau, une liane, une jarre, un enclos et un homme''.
6/8
Euclides Da Cunha (1866-1909) est un écrivain, sociologue et journaliste brésilien. Il devient l’un des maîtres de la littérature brésilienne et a rendu compte dans un ouvrage d’une exploration menée en Amazonie.

''Là, en plein cœur des étés torrides, quand les dernières rafales du vent d’est se diluent dans l’air stagnant, l’hygromètre remplace le thermomètre pour définir le climat. Les êtres vivants sont soumis aux flux et reflux des grands fleuves : affligeante alternative. Les crues s’élèvent d’une façon effrayante. L’Amazone s’enfle, sort de son lit, hausse en quelques jours le niveau de ses eaux [...]. L’inondation est une pause dans la vie. Pris dans les mailles des igarapés, l’homme attend alors, avec un stoïcisme rare devant cette fatalité inéluctable, la fin de cet hiver paradoxal, aux températures élevées. Reflux et été sont synonymes."
7/8
Pablo Neruda (1904-1976) est un poète, écrivain, diplomate, et homme politique chilien. Il est considéré comme un des grands poètes de la littérature hispanophone. Il dénonce dans certains de ses poèmes les ravages causés à l’Amazonie.

''Amazone capitale des syllabes de l’eau, père patriarche, tu es la mystérieuse éternité des fécondations, les fleuves choient en toi comme des vols d’oiseaux...".
8/8
Pedro Casaldaliga, né en 1928, est un évêque catholique espagnol naturalisé brésilien. Il est particulièrement engagé pour la défense des indiens d’Amazonie.

"Mon ombre flotte, au milieu des bois morts. Mais l’étoile est née sans reproche sur les mains de cet enfant, expertes, qui conquièrent les eaux et la nuit. Il doit me suffire de savoir que tu me connais tout entier, bien avant ma naissance".