Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
1/12

« Les migrants nous aident à lire les “signes des temps” »

« Les migrants, et spécialement ceux qui sont plus vulnérables, nous aident à lire les “signes des temps”. À travers eux, le Seigneur nous appelle à une conversion, à nous libérer des exclusions, de l’indifférence et de la culture du déchet. À travers eux, le Seigneur nous invite à nous réapproprier notre vie chrétienne dans son entier et à contribuer, chacun selon sa vocation, à l’édification d’un monde qui corresponde toujours davantage au projet de Dieu ». Message du pape François diffusé le 27 mai à l’occasion de la Journée mondiale du migrant et du réfugié (qui a lieu 4 mois plus tard).
2/12

Abou Dabi, un tournant dans le dialogue interreligieux

Bien plus qu’un simple échange de discours, la rencontre d’Abou Dabi entre le pape François et le grand imam d’Al-Azhar ce 4 février, s’est conclue par un message commun audacieux. « Le courage de l’altérité est l’âme du dialogue, qui se fonde sur la sincérité des intentions », a déclaré le pape François à cette occasion. « Le dialogue est en effet compromis par la feinte, qui augmente la distance et le soupçon: on ne peut pas proclamer la fraternité et ensuite agir en sens contraire ».
3/12

L’euthanasie traduit « une vision utilitariste de l’homme »

« La pratique de l’euthanasie, devenue légale déjà dans différents États, propose seulement en apparence d’encourager la liberté personnelle, alors qu’elle se base en réalité sur une vision utilitariste de la personne », a rappelé le pape François lors de l’audience des médecins membres d’une association italienne d’oncologie, le 2 septembre 2019. « La technologie n’est pas un service à l’Homme quand elle le réduit à une chose, quand elle distingue entre qui mérite d’être encore soigné et qui au contraire ne le mérite pas, parce qu’il est considéré seulement comme un poids. Si on choisit la mort, les problèmes sont résolus dans un certain sens, mais que d’amertume derrière ce raisonnement et quel rejet de l’espérance comporte le choix de renoncer à tout et casser tous les liens ».
4/12

Le merveilleux signe de la crèche

Alors qu’il se rendait à Greccio (Italie) pour le premier dimanche de l’Avent, à l’endroit même où saint François a créé en 1223 la première crèche vivante, le pape François a signé une magnifique lettre apostolique sur la crèche. « En naissant dans la crèche, Dieu lui-même commence la seule véritable révolution qui donne espoir et dignité aux non désirés, aux marginalisés : la révolution de l’amour, la révolution de la tendresse. De la crèche, Jésus a proclamé, avec une douce puissance, l’appel à partager avec les plus petits ce chemin vers un monde plus humain et plus fraternel, où personne n’est exclu ni marginalisé ».
5/12

L’Esprit Saint, artisan de la communion

Sacré mystère que celui de la Trinité. « L’Esprit Saint est l’artisan de la communion, il est l’artiste de la réconciliation qui sait ôter les barrières entre juifs et grecs, entre esclaves et hommes libres, pour en faire un seul corps », a assuré le souverain pontife lors de l’audience générale du 19 juin 2019. « Il édifie la communauté des croyants en harmonisant l’unité du corps et la multiplicité des membres. Il fait grandir l’Église en l’aidant à aller au-delà des limites humaines, des péchés et de tout scandale ».
6/12

Au chevet du Soudan du Sud

Pendant deux jours, les 10 et 11 avril, le président sud-soudanais Salva Kiir et son rival Riek Machar, chef rebelle, ont été invités par au Vatican pour une « retraite spirituelle ». Un événement œcuménique et diplomatique tout autant qu’un exercice inédit pour engager le début de réconciliation et de paix dans ce pays déchiré par la guerre. À l’issue de cette rencontre, il s’est agenouillé le 11 avril devant eux pour leur embrasser les pieds, les suppliant de réconcilier leur peuple. « Je vous le demande en frère, restez dans la paix. Je vous le demande de tout mon cœur. Allons de l’avant », leur a-t-il dit.
7/12

Un péché contre la Nature

« Quand j’administre le sacrement de réconciliation (la confession) - et aussi quand je le faisais avant -, c’est rare que quelqu’un s’accuse d’avoir fait violence à la nature, à la Terre, à la Création », a déclaré le Pape en recevant des experts en théologie morale samedi 9 février 2019. « Nous n’avons pas encore conscience de ce type de péchés », a-t-il regretté, en évoquant « le cri de la Terre, violée et blessée de mille manières par une exploitation égoïste ». « La dimension écologique est une composante imprescriptible de la responsabilité de chaque personne et de chaque nation ».
8/12

« L’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires est […] un crime contre l’homme »

« L’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires est aujourd’hui plus que jamais un crime, non seulement contre l’homme et sa dignité, mais aussi contre toute possibilité d’avenir dans notre maison commune », a assuré le pape François dimanche 24 novembre lors de son déplacement au Mémorial de la paix de Hiroshima, l’une des deux villes japonaises frappées par des bombes atomiques en 1945.
9/12

La protection des mineurs dans l’Église

Le 24 février 2019, au terme d’une rencontre inédite au Vatican sur « la protection des mineurs dans l’Église », le pape François a prononcé un discours de conclusion des travaux. « L’inhumanité du phénomène au niveau mondial devient encore plus grave et plus scandaleuse dans l’Église, parce qu’en contradiction avec son autorité morale et sa crédibilité éthique. La personne consacrée, choisi par Dieu pour guider les âmes vers le Salut, se laisse asservir par sa propre fragilité humaine, ou sa propre maladie, devenant ainsi un instrument de Satan. »
10/12

La mission, cœur de l’Église universelle

« Notre appartenance filiale à Dieu n’est jamais un acte individuel mais un acte toujours ecclésial : de la communion avec Dieu, Père, Fils et Esprit saint, naît une vie nouvelle avec beaucoup d’autres frères et sœurs », a assuré le pape François pour le mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019. « Et cette vie divine n’est pas un produit à vendre — nous ne faisons pas de prosélytisme — mais il s’agit d’une richesse à donner, à communiquer, à annoncer : voilà le sens de la mission ».
11/12

Chers prêtres…

« Merci pour la joie avec laquelle vous avez su donner vos vies, révélant un cœur qui au cours des années, a lutté et lutte pour ne pas se rétrécir et s’aigrir mais pour être, au contraire, chaque jour élargi par l’amour de Dieu et de son peuple, un cœur que le temps n’a pas rendu aigre mais a bonifié toujours davantage, comme le bon vin, car “éternelle est sa miséricorde”", a assuré le pape François dans une lettre adressée aux prêtres, à l’occasion des 160 ans de la mort de saint Jean Marie Vianney, le 5 août 2019.
12/12

Relancer l’humanisme de la vie

« De nos jours, l’Église est appelée à relancer avec force l’humanisme de la vie qui surgit de cette passion de Dieu pour la créature humaine », a assuré le pape François dans une lettre au président de l’Académie pontificale pour la vie à l’occasion du XXVe anniversaire de son institution. « L’engagement à comprendre, à promouvoir et à défendre la vie de tout être humain prend son élan de cet amour inconditionnel de Dieu. C’est la beauté et l’attrait de l’Évangile qui ne réduit pas l’amour du prochain à l’application de critères de convenance économique et politique ni à “quelques accents doctrinaux ou moraux qui procèdent d’options idéologiques déterminées” ».