Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
1/9

Premier mois – la Vierge Marie

Le plus probable, c’est que vous n’êtes pas encore consciente qu’une vie nouvelle commence à grandir en vous. Et même si vous l’êtes, vous avez besoin d’une protection supplémentaire. Priez la mère de toutes les mères pour son amour, sa protection et son soutien, au moment où vous entamez le chemin merveilleux de devenir mère à votre tour.
2/9

Deuxième mois - saint Joseph

Vous avez toutes les chances que votre grossesse soit confirmée au cours de ce second mois. C’est un grand moment d’espérance pour la nouvelle vie qui grandit en vous, et pour la famille qui prend forme. Si vous avez déjà votre saint patron, vous pouvez aussi vous pencher sur le père terrestre de Jésus, et lui demander son amour et sa protection pour tous les membres de votre famille, à commencer par celui qui, à vos côtés, va devenir père. Pour qu’il entame au mieux son chemin vers une paternité responsable et joyeuse.

 
3/9

Troisième mois – sainte Thérèse de Lisieux

Ce premier trimestre est certainement épuisant pour vous. Les jours où les fatigues vous accablent, apprenez de la bien aimée petite fleur de Jésus. Celle qui s’est si souvent endormie malgré elle alors qu’elle était en train de prier dans la chapelle de son couvent.
4/9

Quatrième mois – saint François d’Assise

On associe rarement ce saint si populaire aux aspects les plus courants de la vie familiale, comme la grossesse. Mais n’est-il pas celui qui exprime avec tant d’intensité la gratitude, alors qu’il souffrait des stigmates et même de cécité à la fin de sa vie ? Malgré tout, il a toujours été entièrement donné à la prière et à la gratitude envers Dieu. Maintenant que vous avez dépassé les douze premières semaines de votre grossesse, et que celle-ci, par bonheur, se développe bien sans aucune maladie en vue, n’oubliez pas de dire merci pour ce miracle qui s’accomplit en vous.
5/9

Cinquième mois – sainte Jeanne Berretta Molla

Les examens de santé se poursuivent, et vous pouvez à tout moment prendre peur pour la santé de votre bébé. Priez cette sainte italienne, épouse et mère, qui a décidé d’ignorer les conseils de son médecin. Elle a donné suite à une grossesse qui mettait sa propre vie en danger, pour mourir une semaine après l’accouchement. Demandez son intercession afin qu’elle vous aide, vous et l’enfant qui est en vous.
6/9

Sixième mois – sainte Dymphne de Geel

Tandis que les mois se succèdent, vous pouvez rencontrer des moments de peur et d’angoisse pour vous et pour votre bébé. Demandez l’intercession de cette sainte irlandaise du VIIe siècle. Celle qui est connue pour aider ceux qui traversent des troubles psychologiques vous aidera certainement à vous apaiser, vous permettant de vous consacrer pleinement au dernier trimestre de votre grossesse.
7/9

Huitième mois – sainte Monique

Pour beaucoup de femmes, l’impatience grandit quand la grossesse touche à son terme. Si c’est votre cas, priez alors la mère de Saint Augustin. Elle a fait preuve d’une immense patience avec son propre fils. Sa persévérance est un exemple, surtout lorsque viennent les épreuves. Sainte Monique est une sainte efficace pour intercéder au cours de la croissance de votre enfant.
8/9

Septième mois – votre ange gardien

L’instinct maternel s’éveille, vous ne cessez maintenant de préparer la venue de votre bébé. Même s’il s’agit de préparatifs réjouissants, gardez toujours en tête de faire des achats raisonnables. Prier votre ange gardien vous aidera. Il est celui qui protège tous les aspects de votre vie, y compris contre les achats compulsifs !
9/9

Neuvième mois – saint Gérard Majella

L’accouchement approche, ce qui est une source d’angoisse pour la plupart des futures mères. Il y a beaucoup d’inconnu, autant pour le bébé à naître que pour le déroulement de l’accouchement en lui-même. Une femme en plein travail d’accouchement, dont la vie était menacée, a posé sur son ventre le mouchoir de ce saint italien du XVIIIe siècle. La naissance s’est déroulée sans aucun problème pour le bébé comme pour la mère.