Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/13

1987 : Buenos Aires (Argentine)

1 million de participants

« Nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous et nous y avons cru » (Jn 4,16)

Le choix des premières JMJ à l’extérieur de Rome était très politique. Le pays vient de sortir de sept années de dictature militaire et ses 30.000 disparus. Sur place, Jean Paul II prononce un discours articulé autour de 21 questions posées par des jeunes.
2/13

1991 : Czestochowa (Pologne)

1,6 million de participants

« Vous avez reçu un esprit de fils » (Rm 8, 15)

Seulement deux ans après la chute du mur de Berlin et la fin du communiste, les Journées mondiales de la jeunesse ont eu lieu en Pologne. Les jeunes se rassemblent à Czestochowa, un haut lieu de pèlerinage dédié à la Vierge noire depuis plus de 600 ans. Le pape Jean Paul II souligne que : « L’Église en Europe peut enfin respirer avec ses deux poumons ». Une jeune soudanaise témoigne du drame vécu par les chrétiens dans son pays. Au cours de son allocution elle part se réfugier dans les bras du Saint-Père.
3/13

1989 : St-Jacques de Compostelle (Espagne)

500.000 participants

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14,6)

Alors que la presse espagnole évoque un "nouveau Woodstock", le pape Jean Paul II prêche que c’est "auprès de la tombe de saint Jacques que l’on désire apprendre et redécouvrir que notre foi est fondée sur des bases historiques, et qu’elle n’est pas un phénomène indéfini et éphémère". Un fait touchant des JMJ fut la quête spontanée des participants au cours de la messe dominicale pour aider les habitants de Bolivie, d'Inde et de Tanzanie.
4/13

1993 : Denver (États-Unis)

700.000 participants

« Moi, je suis venu pour qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance » (Jn 10, 10)

La ville de Denver "a été changée par cette jeune foule priante, qui a envahi durant plusieurs jours ses rues", se réjouit l'évêque de la ville. Jean Paul II déclare aux jeunes présents : « N’ayez pas peur d’aller dans les rues et les endroits où se recueillent les gens, afin de prêcher l’existence du Christ et la Bonne Nouvelle ». Le traditionnel chemin de croix, devenu une tradition des JMJ, là-bas.
5/13

1995 : Manille (Philippines)

5 millions de participants

« Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » (Jn 20, 21)

Considéré à l’époque comme le plus grand rassemblement chrétien de l'histoire, les JMJ de Manille correspondent au 63e déplacement à l’étranger de Jean Paul II. Dans un pays marqué par la pauvreté, le Pape, présent tout au long de l'évènement, répond à de nombreuses reprises et de manières spontanées aux questions des jeunes. Une chanson écrite pour cette journée, "Tell the world of his love", est reprise par la foule et rythmée par Jean Paul II avec son crucifix.
6/13

1997 : Paris (France)

1,2 million de participants

« Maître, où demeures-tu ? – Venez et voyez » (Jn 1, 38-39)

Retournement de situation pour les JMJ de 1997. Alors que les prévisions du nombre de participants étaient en berne, le rassemblement final sur l’hippodrome de Longchamp fait le plein avec probablement un million de personnes. La surprise est générale. À Paris, Jean Paul II béatifie Frédéric Ozanam, un exemple de sainteté pour des jeunes. Un hommage silencieux et discret à Jérôme Lejeune a également lieu pendant le séjour du saint père ainsi qu’une « chaîne humaine de la fraternité » de 36 km avec des jeunes du monde entier. C'est à Paris aussi que naissent les journées dans les diocèses. Les jeunes découvrent ainsi la foi des habitants du pays.
7/13

2000 : Rome (Italie)

2,2 millions de participants

« Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous » (Jn 1, 14)

Les JMJ de Rome sont vivement attendus après trois ans d’attente contre deux jusque là. Un retard recherché pour que les JMJ coïncident avec le Grand Jubilé de l’An 2000. Pendant l'été, les jeunes peuvent ainsi passer la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre. Le Saint-Père, quant à lui, passa à Tor Vergata lieu de rassemblement final une porte symbolique avec des jeunes de chaque continent. Le Saint-Père confie aux jeunes cette phrase de sainte Catherine de Sienne : « Si vous êtes ce que vous devez être, vous mettrez le feu au monde. »
8/13

2002 : Toronto (Canada)

800.000 participants

« Vous êtes le sel de la terre… Vous êtes la lumière du monde » (Mt 5, 13-14)

Âgé de 82 ans, Jean Paul II arrive en hélicoptère, malgré son état de santé fragile, pour ce qui fut ses dernières JMJ. Le rassemblement avait lieu quelques mois après les attentats du 11 septembre. L’occasion pour le souverain pontife d’inviter les jeunes "à servir la cause de la paix et de la solidarité humaine".
9/13

2005 : Cologne (Allemagne)

1,2 million de participants

« Nous sommes venus l’adorer » (Mt 2, 2)

Le premier voyage à l’étranger de Benoît XVI tout juste élu Pape fut pour les JMJ. Arrivé en bateau sur le Rhin, son voyage fut marqué par une visite à la synagogue de Cologne et une rencontre avec des représentants des communautés protestante et musulmane. Avant de se rassembler à Marienfeld, un ancien site minier à 27 km de Cologne, pour le point d’orgue des JMJ, les jeunes ont pu se recueillir sur les reliques des trois Rois mages.
10/13

2008 : Sydney (Australie)

500.000 participants

« Vous recevrez une force quand l’Esprit saint viendra sur vous. Alors Vous serez alors mes témoins » (Ac 1, 8)

Ce rendez-vous est le premier en Océanie et le premier voyage de Benoît XVI en Australie. Après une arrivée remarquée en bateau dans la baie de Sydney, le Saint-Père invite à combattre les "fausses idoles" de notre société de consommation et alerte sur la protection de notre planète. Ces JMJ sont considérées comme étant à la pointe de la technologie en 2008. Les pèlerins ont en effet reçu des sms "spirituels" du Pape pendant la semaine.
11/13

2011 Madrid (Espagne) - 2 000 000 participants « Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi » (Col 2,7)

Les troisièmes JMJ du pape Benoît XVI après Cologne et Sydney se sont ouvertes avec une actualité morose, celle de la crise économique. Quelques contre manifestations ont eu lieu au cours de l’évènement.
Malgré cela près de deux millions de pèlerins se sont retrouvé sur l’aéroport militaire de Cuatro Vientos, près de Madrid, pour une veillée de prière et une messe avec le Pape après une nuit orageuse.
La semaine fut, quant à elle, rythmée par des catéchèses organisées dans la ville.
12/13

2013 : Rio (Brésil)

3,7 millions de participants

« Allez ! De toutes les nations, faites des disciples » (Mt 28, 19)

Les Journées mondiales de la jeunesse de Rio ont une tonalité particulière. Il s’agit des premières JMJ du pape François ainsi que son premier déplacement hors du Vatican depuis son élection le 13 mars 2013. Les jeunes se rassemblent sur un lieu emblématique, la célèbre plage de Copacabana. Un poignant chemin de croix y eu lieu.
13/13

2016 : Cracovie (Pologne)

3 millions de participants

"Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde" (Mt 5, 7)

L'édition 2016 des JMJ est un retour aux sources. Lancé par le pape Jean Paul II, le rendez-met ses pas dans ceux de Karol Wojtla, ancien archevêque de Cracovie avant de devenir Pape en 1978. Temps fort de la semaine, la visite du pape François dans le camp d’Auschwitz.