Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
1/10

Discerner

La sagesse du cœur ne peut s’acquérir par le seul savoir, le talent ou l’habileté. Elle nous vient dès que nous acceptons le mystère de Dieu et que nous nous laissons progressivement pénétrer par sa justice. "Sans cette sagesse qui nous apprend à distinguer le bien du mal, nous ne sommes rien. C’est elle qui conduit à la sainteté et à la justice, car elle permet (...) d’aller au-delà des apparences et de percevoir la signification la plus profonde de la vie”, expliquait Jean Paul II lors de l'audience générale du 29 janvier 2003. Demander à Dieu le don de la sagesse afin de discerner le bien du mal, comme le fait Salomon dans la Bible, c’est la clé essentielle pour "illuminer nos cœurs et nos esprits".
2/10

Obéir au réel

« Continuellement prêcher, discuter, reprendre, édifier, être disponible à tous, voilà une charge considérable, un lourd fardeau, une peine sans fin ». C’est ainsi que saint Augustin décrit sa mission, au moment où il comprend que son rêve de la vie contemplative s'est évanoui. Il comprend que la grande œuvre philosophique qu'il voulait écrire restera à jamais non-écrite... À sa place, il enseignera à tous quelque chose de plus précieux : l'Évangile traduit dans le langage de la vie quotidienne. La sagesse du cœur, c'est obéir à l'action demandée par Dieu. Être là pour tous. Donner sa vie afin que les autres puissent le trouver, Lui, la véritable vie.
3/10

Prier avec amour

Prier avec amour c'est se mettre en présence de Dieu. C’est se mettre à son écoute, pour que « le cœur parle au cœur » selon l'expression du bienheureux cardinal John Henry Newman. Toute personne est dotée de ce cœur profond où Dieu demeure en permanence. C’est le lieu de notre véritable identité, de notre unicité, de notre âme. La sagesse du cœur est celle qui nous permet de plonger en profondeur dans ce cœur intime en le débarrassant de tout ce qui l’encombre. Cet « organe » spirituel nous permet d'entrer en relation avec Dieu, pour le contempler et entendre l’appel très personnel qu’il adresse à chacun de nous.

 
4/10

Ne pas se laisser submerger par les choses à faire.

L’essentiel dans la vie n’est pas de faire le maximum de choses mais seulement ce que Dieu demande. Le but de l'action n'est pas l'action en elle-même mais Dieu. « Notre mission n’est pas seulement de donner des médicaments, mais de donner Dieu aux pauvres. Nous avons besoin de silence pour toucher les âmes. Tous nos mots sont inutiles s’ils ne viennent pas de l’intérieur… Ce qui compte, ce n’est pas ce que nous disons, c’est ce que Dieu nous dit et ce qu’il dit à travers nous », rappelait ainsi Mère Teresa. La sagesse du cœur nous apprend qu'il est essentiel de prier et de réfléchir avant d'agir. Et plus on agit, plus on doit prier. C’est comme dans une course : plus on court, plus on a besoin de respirer. Sinon, le souffle finit par manquer, jusqu’à l’écroulement. La prière est l’oxygène de l’action. Sans elle, nous risquons de perdre de vue le sens de notre vie. L’action sans la prière se réduit vite à de l’agitation.

 
5/10

Servir l'autre en rendant Dieu présent

Pour saint François d'Assise, "heureux est celui qui aimerait autant un frère malade et incapable de lui rendre service, qu'un frère bien portant qui peut lui être utile"(Admonitions). La sagesse du cœur est celle qui nous invite à servir l'autre avec humilité, avec simplicité et sous le regard de Dieu. C'est en étant attentif à l'autre ainsi qu'on rend Dieu présent. Jésus le dit : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25,40). Déjà, l’Ancien Testament nous rapporte ces paroles de Job : « J'étais les yeux de l'aveugle, les pieds du boiteux ». Rendre service à quelqu'un, c'est voir pour l'aveugle et marcher avec le boiteux. Et témoigner de façon enracinée l'amour de Jésus envers toute personne.
6/10

Être pleinement avec l'autre

Jésus l’a dit lui-même : « Et moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert » (Lc 22,27). La sagesse du cœur demande de nous consacrer complètement à l'autre. Le temps est sacré, celui que l’on passe à côté d'un proche malade, ou celui que l’on prend afin de préparer un repas pour toute la famille. C'est une louange à Dieu. Être présent à l'autre est une source de joie. Mais les œuvres de service ou de charité ne doivent jamais être détachées de la source principale de toute action : l’écoute de la Parole du Seigneur. Chaque tâche - même la plus banale - se transforme ainsi en prière.
7/10

Sortir de soi

«Il est préférable d’éclairer que de seulement briller, de même il est préférable de donner aux autres les fruits de sa contemplation que de simplement contempler » écrit saint Thomas d'Aquin dans sa Somme théologique. Prier, sortir de soi et aller vers l'autre, c’est la que réside aussi la sagesse du cœur. Laisser de côté l'urgence ou la course vers la réussite, pour s'ouvrir à une priorité essentielle : celle de la gratitude qui nous mène vers Dieu, en réponse à la gratuité du don absolu de Dieu Lui-même. Pour l'un des plus plus grands penseurs catholiques de l’histoire, la véritable clé pour mieux vivre, elle est de placer Dieu au centre de notre vie.
8/10

Prier et travailler

Saint Benoît résume le style de vie qu’il transmet à ses moines en deux mots : “ora et labora”, « prie et travaille ». Cette formule vient de sa Règle, qu’il a rédigée au VIème siècle pour sa communauté du Mont-Cassin en Italie, et qui est toujours en vigueur aujourd’hui. Pour le moine bénédictin, il ne s’agit pas d’opposer les deux attitudes mais de les associer. L’écoute de la Parole du Seigneur va ainsi de pair avec le service auprès du prochain. La sagesse du cœur consiste justement à les réunir dans une harmonie profonde. « L'oisiveté est ennemie de l'âme, c'est pourquoi, à certaines heures, les frères doivent s'occuper au travail des mains et à certaines autres à la lectio divina. », écrit-il. La prière doit garder toutefois la première place. Car c'est de la contemplation que naît la capacité de vivre pleinement. Faire une pause dans la journée pour rester un peu "à l'écart" avec Lui permet de revenir ensuite avec plus de sérénité et d'efficacité, aux choses du quotidien.
9/10

Être solidaire

"Le vrai bonheur (...) ne consiste pas dans les plaisirs du monde ou dans les choses terrestres, mais dans la paix de la conscience, que nous ne pouvons obtenir que si nous sommes purs de cœur et d'esprit", a écrit le bienheureux Pier Giorgio Frassati, dans une lettre adressés aux jeunes catholiques italiens. La véritable charité vient du cœur. Sans juger, sans calculer, sans compter. Elle est totalement gratuite. Comme l'acte de solidarité de Dieu dans le sacrifice de son Fils. La sagesse du cœur répond par un amour solidaire aux épreuves de la vie qui touchent nos proches. Et cette réponse est "imprimée pour toujours dans le corps du Christ ressuscité, dans ses plaies glorieuses, qui sont un scandale pour la foi mais sont également preuve de la foi", comme l'a expliqué le pape François dans son homélie, le jour de la canonisation des papes Jean XXIII et Jean Paul II.

 
10/10

S'abandonner à Dieu pour mieux agir

À la dernière page de son carnet, on peut lire cette note de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus : « N’est-ce point dans l’oraison que les saints Paul, Augustin, Jean de la Croix, Thomas d’Aquin, François, Dominique et tant d’autres illustres amis de Dieu, ont puisé cette science divine qui ravit les plus grands génies ? Le Tout-Puissant a donné pour point d’appui Lui-même et Lui seul. Pour levier : l’oraison qui embrase d’amour, et c’est ainsi qu’ils ont soulevé le monde ». La prière contemplative nous rappelle que tout est entre les mains de Dieu. La sagesse du cœur, c'est savoir qu'Il ne veut rien faire sans nous, et que nous ne pouvons rien faire sans Lui. C'est Lui confier nos engagements en sachant qu'ils seront féconds d’une façon ou d’une autre. Voilà la source de notre paix intérieure. Le bon choix n’est pas d’hésiter entre la prière et l’action. Il est celui de prier pour mieux agir.