Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/7

Réaliser que l’homme a vocation à vivre en paix avec ses semblables

"Seul l'homme, pour qui la paix semble le plus approprié, vit dans l'inimitié de ses semblables et se livre à une haine implacable. Tous les animaux naissent avec des armes pour se battre. Le taureau porte des cornes ; le sanglier est muni de défenses ; l'oiseau a un bec et des griffes ; l'abeille peut piquer ; et même la plus petite mouche ou d’autres insectes ont la possibilité de mordre. Mais l'homme, qui a vocation à vivre en paix avec ses semblables, vient au monde nu et sans armes. Réfléchissez alors à quel point il est contraire à notre nature de chercher à nous venger de nos semblables, de rendre le mal pour le mal, notamment en utilisant des armes que la nature nous a refusées."
2/7

Considérer la souffrance que Dieu a enduré pour nous

"S'il est difficile de maîtriser notre colère, attisée par une blessure que nous aura infligée notre semblable, considérons la souffrance que Dieu a portée pour nous et tout ce qu’il a enduré pour nous. N’étions-nous pas son ennemi quand il a versé la dernière goutte de son sang pour toi ? Voyons avec quelle douceur et quelle patience il traite nos offenses quotidiennes contre lui, et avec quelle miséricorde et quelle tendresse il nous reçoit quand nous revenons à Lui."
3/7

Se demander si nous méritons le pardon de Dieu

"Si la colère nous amène à croire que notre ennemi ne mérite pas notre pardon, demandons-nous combien nous avons mérité le pardon de Dieu. Nous voulons que Dieu ne soit que miséricorde envers nous, alors que nous entretenons une haine féroce envers votre prochain ? Et s’il était vrai que notre ennemi ne mérite pas notre pardon, nous ne méritons pas plus le pardon de Dieu. Rappelons-nous que le pardon que l'homme n'a pas mérité pour lui-même, le Christ l'a mérité pour lui en surabondance. Par amour pour Lui, pardonnons donc à tous ceux qui nous ont offensé."
4/7

Donner du sens à ses offrandes

"De plus, sachez que tant que la haine règnera dans notre cœur, aucune offrande que nous pourrons présenter à Dieu ne pourra lui plaire, car Il a déclaré : “Lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.” (Rm 12,21)"
5/7

Vaincre le mal… par le bien

"Saint Paul apôtre nous enseigne une vengeance bien plus noble lorsqu'il affirme : “Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais sois vainqueur du mal par le bien” (Rm 12,21). Il nous conseille donc de vaincre les vices de nos frères par nos propres vertus. Quand on cherche à se venger, on est souvent déçu et terrassé par la colère. Mais si l’on parvient à surmonter notre passion, on remporte une victoire plus grande encore que la conquête d’une ville. Nous remportons notre plus noble triomphe, en nous soumettant nous-mêmes et en soumettant nos passions à l'empire de la raison."
6/7

Éradiquer notre amour propre

"Le remède le plus efficace contre ce vice est d’éradiquer de notre cœur toute forme d’amour propre. Autrement, la moindre parole ou action prise contre nous ou contre nos intérêts nous poussera à la colère. Plus nous sommes enclin à ce vice plus nous devrions être persévérant dans la pratique de la patience. Prenons l’habitude, dans la mesure du possible, d’affronter calmement les contradictions et les déceptions que nous rencontrons, et leur effet sur nous en sera grandement diminué."
7/7

Ne pas agir ou parler sous le coup de la colère

"Prenons la ferme résolution de ne jamais parler ou agir sous l’influence de la colère, de ne pas écouter les suggestions, aussi crédibles soient-elles, que notre cœur nous dictera dans de pareils moments. N'agissons jamais avant que notre colère ne se soit apaisée ou avant d’avoir récité un ou deux Notre Père ou une autre prière. Le philosophe Plutarque raconte l'histoire d'un homme sage qui, prenant congé d'un monarque, lui conseilla de ne jamais parler ou d'agir sous la colère, sans attendre et prendre le temps de réciter toutes les lettres de l'alphabet. Apprenons de cette leçon et évitons-nous les conséquences néfastes d’un action entreprise sous l’impulsion de la colère."