Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
1/10

N°10 - La Grande Chartreuse (Auvergne-Rhône-Alpes)

Le monastère de la Grande Chartreuse, situé dans un environnement magnifique, à la fois calme, paisible et préservé est le premier monastère des moines-ermites de l'ordre des Chartreux, fondé par saint Bruno en 1084. Possédant un très grand cloître de 216 mètres sur 23 mètres, la partie nord est la plus ancienne avec un cloître gothique datant du XIVe siècle. La partie sud, plus tardive, date du XVIe siècle. Toujours habité par les chartreux, le monastère ne se visite pas. Il est d'ailleurs demandé aux promeneurs de faire silence aux abords du bâtiment pour préserver le silence. Les plus curieux pourront se rendre à la Correrie, située à 2 kilomètres environ, ou un musée raconte la vie des chartreux et ou des reconstitutions de cellules monastiques permettent de comprendre leur quotidien.
2/10

N°9 - L'abbaye de Cadouin (Nouvelle-Aquitaine)

L’abbaye cistercienne de Cadouin est enfouie dans un vallon de la forêt de la Bessède entre la rivière Dordogne et la Couze. Elle a été fondée en 1115 par Géraud de Salles. En 1119, elle a été la première abbaye à être affiliée à l’ordre cistercien qui ne comptait alors que quelques filles de l’abbaye de Cîteaux. Au XIIIe siècle, elle entre en possession du "Suaire du Christ" connu sous le nom de "Suaire de Cadouin". Cette relique insigne vaut à l’abbaye de Cadouin de devenir un lieu de pèlerinage important, sur le chemin de Compostelle. Jusqu’au départ des derniers moines en 1791, l’abbaye de Cadouin connaîtra un destin exceptionnel. Son cloître vaut le détour : un chef-d’œuvre de l’art gothique flamboyant de la fin du XVe siècle.
3/10

N°8 - L'abbaye de Noirlac (Centre-Val-de-Loire)

Construite à partir de 1150 par un petit groupe de moines venus de Clairvaux, l’abbaye de Noirlac est le parfait reflet de l’ascétisme monacal de l’ordre cistercien. À partir du XVIe siècle jusqu’à la révolution française, les quelques moines qui y résident se consacrent autant à la gestion des biens de la communauté qu’à la vie spirituelle. En 1791, l’abbaye est confisquée au titre des biens nationaux. Rachetée par le département du Cher, elle entre dans les voies de la modernité en passant commande de nouveaux vitraux contemporains à Jean-Pierre Raynaud. Son cloître, qui mêle le style roman et gothique, est tout en simplicité. Quelques feuillages viennent agrémenter les chapiteaux.
4/10

N°7 - L'abbaye de Nieul-sur-l'Autise (Pays-de-Loire)

À la lisière du Marais Poitevin, l'abbaye de Nieul-sur-l'Autise a été construite au XIe siècle grâce aux dons des ducs d'Aquitaine. Confiée à des chanoines de Saint-Augustin, elle accueille en 1141 la belle Aliénor d'Aquitaine, reine de France puis d'Angleterre. Grâce à elle, l'abbaye se voit accorder le statut d'abbaye royale. Durant les Guerres de religion, le domaine souffre beaucoup et de nombreuses parties de l'abbaye sont détruites. Les moines finiront par partir au XVIIe siècle. Aujourd'hui, elle appartient au département de la Vendée qui en assure l'animation. Le cloître roman est resté pratiquement intact depuis sa construction. Un bel exemple du style roman "poitevin".
5/10

N°6 - La cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier (Bretagne)

À Tréguier, il ne s'agit pas d'un cloître d'abbaye mais bien d'une cathédrale. Saint-Tugdual était la cathédrale de l'ancien évêché de Tréguier (un des neuf évêchés de la Bretagne historique jusqu’en 1790). Construite entre 1340 et 1460, c'est l'une des plus belles de Bretagne. À l'intérieur, elle conserve les statues de deux saints aux vies éloignées de sept siècles : Tugdual et Yves. C'est en effet dans cette cathédrale que saint Yves fut enterré. Dans la sacristie, les fidèles peuvent se recueillir devant le reliquaire où est déposé le « chef » (crâne) de saint Yves, porté en procession à chaque pardon. À Tréguier, les fidèles peuvent également se promener dans l'un des rares cloîtres de cathédrale en France, le seul en Bretagne qui ait subsisté. Il accueillait des processions lors de certaines cérémonies religieuses.
6/10

N°5 - L'abbaye de Fontenay (Bourgogne-Franche-Comté)

Située au nord de la Bourgogne, l’abbaye de Fontenay a été fondée en 1118 par saint Bernard de Clairvaux. Elle est aujourd’hui la seule abbaye fondée par le saint qui soit demeurée intacte à travers les siècles, faisant d'elle un témoignage unique de la vie monastique. Depuis 1820, l'abbaye est une propriété privée et appartient à la même famille qui poursuit la conservation de ce site exceptionnel. Elle fait partie des abbayes cisterciennes les plus anciennes de France comme en témoigne son cloître roman, très bien conservé, typique de l'architecture cistercienne.
7/10

N°4 - La cathédrale Saint-Trophime à Arles (Provence-Alpes-Côtes-d'Azur)

La communauté chrétienne d’Arles est l’une des premières de la Gaule, avec la présence d’un évêque attestée dès 254. Pendant longtemps, la cathédrale obtiendra le rang de primatiale des Gaules, et demeurera siège de l'archevêché jusqu’à la Révolution. Aujourd’hui, elle n'est plus qu'une simple église paroissiale. Constitué de galeries romanes et gothiques, le cloître de la cathédrale Saint-Trophime a été construit aux alentours de 1150. Sa particularité ? Ses piliers intermédiaires et ses angles agrémentés de belles statues évoquant la vie du Christ, des grands saints de l'église mais aussi des saints patrons locaux comme saint Étienne et saint Trophime. Sur les chapiteaux se déroule une iconographie savante autour des thèmes de l'Ancien et du Nouveau Testament.
8/10

N°3 - L'abbaye du Mont Saint-Michel (Normandie)

En 1966, quelques bénédictins sont revenus s’installer dans l’abbaye pour y assurer une présence chrétienne et une vie de prière. En 2000, les Fraternités de Jérusalem venues de l’église Saint-Gervais à Paris les ont remplacés. Ainsi, chaque jour, la communauté se retrouve pour les offices dans l’abbatiale, rendant ainsi à l’édifice sa destination originelle. Les moines sont les locataires du Centre des monuments nationaux et n’interviennent pas dans la gestion de l’abbaye. Joyau du XIIIe siècle, le cloître de l'abbaye du Mont Saint-Michel est certainement l'un des plus visités de France. En 2017, les sculptures qui ornent les murs, les fines colonnettes de marbre et la pierre de Caen ont retrouvé leur splendeur d’origine après plusieurs mois de restauration.
9/10

N°2 - L'abbaye de Moissac (Occitanie)

L'abbaye, fondée au VIIe siècle, fut rattachée en 1047 à la puissante abbaye de Cluny et devint, dès le XIIe siècle, le plus éminent centre monastique du sud-ouest de la France. Le XIIe siècle est le plus prospère pour l'abbaye, qui contrôle alors des terres, des prieurés jusque dans le Périgord, le Roussillon, la Catalogne. Dans la hiérarchie de Cluny, l'abbé de Moissac vient en second. En 1625, l'abbaye est sécularisée, ce qui marque en grande partie son abandon. Le cloître de l'abbaye de Moissac est exceptionnel et sans doute l'un des plus beaux de France. Achevé en 1100, il s'agit du cloître historié le plus ancien du monde. Il possède 76 chapiteaux dont 46 racontent des scènes de la Bible.
10/10

N°1 - L'abbaye de Fonfroide (Occitanie)

Et le grand gagnant est l'abbaye de Fontfroide ! L’abbaye voit le jour en 1093, sur les terres données à quelques moines bénédictins. L’abbaye tire son nom de la source se trouvant à proximité, la Fons Frigidus, la Fontaine Froide. Fontfroide ne se développe réellement qu’après 1145 et son rattachement à l’Ordre de Cîteaux. Les moines cisterciens, sous la direction de saint Bernard de Clairvaux, souhaitent revenir à la pureté de la règle de saint Benoît, prônant pauvreté, austérité et sobriété architecturale. La communauté de l’abbaye sera constituée de 80 moines et environ 250 frères convers. Grâce aux nombreuses donations et rachat de terres, l’abbaye deviendra une des plus riches en Chrétienté. Un premier cloître, bâti de la fin du XIIe fut élevé selon les règles de l’art roman : la double procession de colonnettes et leurs chapiteaux à décor de feuillages appartient à cette époque. À la période gothique, ces colonnettes sont surmontées d'un arc en plein cintre percé d'oculi.