Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/10

Être à l'écoute.

« Écoute, mon fils». C'est le premier mot de la Règle. Pour écouter, il faut d'abord faire silence. Du temps de Saint-Benoît, parler pour ne rien dire était même puni... Le silence permet de se recentrer sur soi, il nous rend également plus attentifs aux autres. Il aide à gagner en sérénité. Et avant tout, il nous met en présence de Dieu. Se détacher de soi pour être à l'écoute de Dieu — et donc de l'autre — c’est pour saint Benoît le moyen le plus simple de se laisser transformer et de s'engager sur le chemin de l'Évangile. En ayant toujours la même attitude devant Dieu comme devant les hommes. C’est ce que le moine appelle aussi l'humilité.
2/10

Enretenir la santé de l'esprit par le travail.

"Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus", avertit Benoît, citant saint Paul. Le travail est l'obéissance aux réalités du corps tel que Dieu l'a créé. Pour le moine bénédictin, la santé de l'esprit s'entretient aussi par le travail car « la paresse est l'ennemie de l'âme ».
3/10

Transformer chaque tâche en prière.

Pour saint Benoît, chaque tâche participe à l'œuvre créatrice de Dieu et aux souffrances du Christ, qu’elle soit banale ou extraordinaire. Par la grâce du Saint-Esprit, elle est transformée en "prière des mains". Concrètement, ce travail doit donc être considéré comme le service envers les autres. Comme dans une communauté monastique où les frères ou les sœurs se rendent service mutuellement : en cuisine, en infirmerie ou dans les travaux de ménage.
4/10

Rythmer ses journées.

Chez les moines, la règle impose un temps pour tout. Temps pour la prière, temps pour le travail, temps pour soi... Ces principes du premier millénaire n'ont rien à envier aux règles de gestion du temps enseignées de nos jours dès l'école jusqu'à l'entreprise : planifier ses tâches, fixer une limite de durée, et surtout la respecter. Il manque juste la cloche qui sonne pour signaler l'arrêt de l'activité en cours afin de passer à la suivante.
5/10

Être attentif aux autres.

Pour saint Benoît, ce qui détermine notre relation aux personnes est le respect. Reconnaître les besoins et les imperfections, ceux des autres comme les siennes, c’est la clé de la vie communautaire. « Tous ceux qui surviennent seront reçus comme le Christ » dit le moine, en pensant à chaque nouveau membre de sa communauté. Il voit la responsabilité de l'abbé comme celle du berger, en référence à l'image biblique reprise par l'Évangile. Soucieux de chaque personne « l'abbé tient la place du Christ » pour le bien de la communauté, et pour que chacun de ses membres s'approche davantage de Dieu.
6/10

Pratiquer la discipline.

Il ne vient à aucun moine l'idée de continuer son activité et d'arriver en retard à l'office en s'excusant auprès du père supérieur. Ce n'est tout simplement pas envisageable. Pour saint Benoît, il est essentiel de maîtriser le temps en consacrant un moment précis au travail domestique, un autre aux devoirs avec les enfants, encore un autre aux réunions de travail. Sans interférer. Subir le temps rend esclave. En revanche, accepter, comme les moines, le temps réglé de façon rigoureuse procure finalement une plus grande liberté.
7/10

Se ressourcer régulièrement.

Chaque personne a besoin d'espace et de temps pour se retrouver, se ressourcer et avancer dans la vie. Pour saint Benoît, c'est dans la lecture de la Bible et des maîtres spirituels (Lectio divina), qu'on peut trouver un moyen étonnamment efficace pour le réaliser.
8/10

Distinguer l'essentiel et l'urgent.

Pour les moines, leur raison d'être, c'est s'approcher de Dieu grâce à la prière. Tout est organisé autour de cette priorité absolue. Si définir des priorités dans la vie n'est pas le plus difficile, les respecter et s'organiser en conséquence est un véritable défi. Toutes les perturbations et les sollicitations imprévues du quotidien donnent du pouvoir à la dictature de l'urgence. Bien sûr, il est difficile d'imaginer de ne pas réagir dans la journée au mail d'un client important. Mais parfois, se donner du temps pour bien réfléchir à la réponse peut permettre d'être beaucoup plus créatif… donc efficace ! Selon le moine bénédictin, plus la question est importante, moins le temps l'est.
9/10

Se remettre en paix avant d'aller se coucher.

Ce principe se résume en un seul mot : l'accueil. Le moine bénédictin l'appelle "l'obéissance mutuelle". Tout d'abord il faut s'interdire de parler en mal des autres. En cas de conflit avec quelqu'un, il faut respecter cette règle de « se remettre en paix avant le coucher du soleil quand on a eu un désaccord ». En offrant et en recevant le pardon, on s'établit dans la vérité. S'ouvrir au-delà de soi permet d'apprendre à aimer et à être aimé.
10/10

Vivre chaque jour comme si c'était le dernier.

« Vivez tous les jours comme si vous aviez la mort devant les yeux, et un jour vous aurez raison ». La Règle de saint Benoît apprend à ne pas s'éparpiller, à ne pas tomber dans le piège des urgences ou dans l'autre excès, celui de la procrastination. Au contraire, pour atteindre une vie heureuse, il faut veiller à conduire sa vie de la manière centrée sur l'essentiel. Pour entrer dans la vie qui vient de l'au-delà, comme le moine l'a écrit dans son prologue « Le Seigneur dit : qui désire la Vie ? Qui désire le bonheur ? Si tu l'appelles, réponds : moi… ». Ainsi, il convient de vivre chaque jour comme si c'était le dernier. Pour saint Benoît, dont la règle reflète tout simplement sa vie, il faut se rappeler à tout moment que la grâce est donnée à chacun. Et lorsqu'elle est donnée, elle conduit la personne « avec un cœur dilaté, dans l'indicible douceur de l'amour ».« Et tu parviendras », conclut la Règle...