Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/10
« Malheureusement, le harcèlement est dans l’air que nos enfants respirent souvent. Le remède est de faire en sorte que nous puissions respirer un air différent, plus sain, plus humain. Dans ce but, l’alliance des enseignants avec les parents est très importante. »

Discours du pape François à l’Association italienne des instituteurs catholiques, le 5 janvier, 2018.
2/10
« L’alliance avec les parents est très importante (…). Nous avons besoin d’une complicité nouvelle entre enseignants et parents. Oui, je parle bien de “complicité”. (…) Nous avons besoin de renouveler notre engagement à travailler ensemble pour le bien des enfants et des jeunes gens (...) Il faut favoriser une nouvelle complicité entre enseignants et parents. »

Discours du pape François à l’Association italienne des instituteurs catholiques, le 5 janvier, 2018.
3/10
« Nous devons cesser de penser à nous-mêmes comme si nous étions sur des rives opposées, en s’accusant les uns les autres. Au contraire, il faut que nous mettions nos pieds dans les chaussures des autres, en comprenant les difficultés objectives auxquelles chaque partie fait face dans l’éducation d’aujourd’hui, et ainsi en créant une solidarité plus grande : la complicité dans la solidarité. »

Discours du pape François à l’Association italienne des instituteurs catholiques, le 5 janvier, 2018.
4/10
« L’idée, elle est de travailler ensemble en vue de former des enfants à l’esprit ouvert, des enfants libérés de préjugés très répandus qui prétendent qu’il faut être compétitif, agressif et dur envers les autres pour valoir quelque chose, particulièrement vis à-vis de ceux qui sont différents, étrangers, ou de ceux qui d’une certaine manière semblent faire obstacle à l’affirmation de soi-même. »

Discours du pape François à l’Association italienne des instituteurs catholiques, le 5 janvier, 2018.
5/10
« Dans ce défi culturel (celui de lutter contre le harcèlement), les fondements essentiels sont construits au cours des premières années de l’éducation scolaire élémentaire. »

Discours du pape François à l’Association italienne des instituteurs catholiques, le 5 janvier, 2018.
6/10
« Aujourd’hui, nous assistons sans cesse au phénomène du harcèlement dans les écoles, de ceux qui agressent les faibles : “parce que tu es gros” ou “parce que tu es comme ci, ou parce que tu es étranger, ou noir, ou parce que tu es comme ça…” Agressions, agressions… D’enfants, de petits enfants… qui agressent des enfants. Cela veut dire qu’il y a quelque chose en nous qui les pousse à le faire. À se montrer agressif envers le faible. Et je pense que nous avons ici l’une des tâches du péché originel. C’est l’œuvre de Satan. »

Homélie à Sainte-Marthe, le 8 janvier 2018.
7/10
« C’est ainsi : Dès que nous ressentons le désir de faire quelque chose de bien, comme une œuvre de charité, nous nous disons “c’est l’Esprit saint qui me l’inspire”, dès que nous ressentons le besoin en nous d’attaquer le faible, il n’y a aucun doute : c’est le diable. Parce que c’est l’action du diable d’attaquer le faible. »

Homélie à Sainte-Marthe, le 8 janvier 2018.
8/10
« Un langage de gestes, qui se réduit souvent à une gifle, un sourire. (…) Un sourire qui donne l’espoir, un regard dans les yeux, un geste d’approbation, de tolérance. Laisser l’agression, le harcèlement de côté, — c’est autre chose. Le harcèlement est une forme d’agression qui cache une profonde cruauté, et le monde est cruel. Le monde est cruel. »

Audience pour les participants du Congrès mondial de la Fondation pontificale des Scholas Occurrentes, le 29 mai 2016.
9/10
« Notre monde a besoin d’un niveau d’agression plus bas. Il a besoin de tendresse, il a besoin de douceur, il a besoin d’écouter, que l’on marche ensemble. »

Audience pour les participants du Congrès mondial de la Fondation pontificale des Scholas Occurrentes, le 29 mai 2016.
10/10
« Il y a un phénomène qui se manifeste en ce moment et qui m’inquiète. C’est le harcèlement. Soyez très vigilants (…) Ne faites jamais cela (du harcèlement) et surtout ne permettez jamais que cela soit fait. Promettez-le ! (…) Dans votre école ou votre voisinage, y a t’il une personne qui est insultée ou moquée parce qu’elle est grosse ou maigre, ou parce qu’elle a un défaut ? Est-ce que cela vous amuse de l’embarrasser ou de la frapper à cause de cela ? Pensez-y. »

Confirmation des jeunes, stade de San-Siro, Milan, le 25 mars 2018.