Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/7

L'Eglise doit proclamer la “joie” de l'annonce du salut et non des “sermons”, a demandé le pape François le 28 octobre 2018, lors de la messe célébrée dans la basilique Saint-Pierre à l'occasion de la clôture du synode sur 'les jeunes, la foi et le discernement vocationnel'.


2/7

Au cours de son homélie, le chef de l'Eglise catholique a dressé le parallèle entre l'expérience synodale et l'Evangile du jour, celui de la rencontre entre Jésus et l'aveugle Bartimée (Mc 10, 46-52).


3/7

Celui-ci, a relevé le pontife, a “seulement demandé pitié”. Tel est le “commencement” de la foi, la “voie directe” pour parvenir au Christ. Ce ne sont pas les “idées claires sur Dieu” de Bartimée qui l'ont sauvé, mais sa “volonté” de trouver le Seigneur.


4/7

L'Eglise, a demandé le successeur de Pierre, ne doit donc pas offrir des “sermons” à ceux qui cherchent le Seigneur, mais le “témoignage”, le “message libérateur du salut”.


5/7

Ainsi, si l'annonce de la foi se “concentre uniquement” sur les aspects doctrinaux, elle ne peut toucher le cœur. La foi risque alors d'être un “moralisme” et l'Eglise une “ONG”. Les chrétiens sont alors des “doctrinaires ou des activistes” mais pas “la communauté des sauvés qui vivent la joie du Seigneur”, a dénoncé le pape.


6/7

A rebours de ces attitudes, a-t-il plaidé, il faut se “salir les mains” pour les autres. Ce qui demande avant “d'écouter avec amour”, de vivre un véritable “apostolat de la prière”.


7/7

Le pape s'est en particulier adressé aux jeunes présents : “excusez-nous si, souvent, nous ne vous avons pas écoutés ; si, au lieu de vous ouvrir notre cœur, nous vous avons rempli les oreilles”. Cette écoute, a poursuivi le chef de l'Eglise catholique, doit déboucher sur la proximité envers le prochain. A l'image de Dieu, il faut donc un véritable “amour de prédilection pour chacun“.