Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/5

Caravage, entre 1600 et 1604, église Santa Maria del Popolo, Rome (Italie)

La toile de Caravage, conservée dans la petite chapelle de l’église Santa Maria de Popolo, frappe par le calme et la douceur de son iconographie qui tranche avec la violence du sujet. Paul est à terre, surpris par la voix de Dieu, sous le regard de son cheval et d’un palefrenier. Bien que l'événement paraisse intime par la réduction du nombre de personnages, celui-ci n’en est pas moins retentissant. Avec cette lumière qui se jette sur Paul, Caravage a porté toute son attention sur la réception du message divin. L’homme autrefois ignorant, enfermé dans les ténèbres, est désormais éclairé malgré son aveuglement, baigné dans une lumière divine. Une métaphore finement représentée par le jeu du clair/obscur si cher à Caravage.
2/5

Bertholet I Flemalle, 1626-1650, Musée des Augustins, Toulouse (France)

Loin de l’intimité du tableau précédent, le peintre, dans une construction verticale, montre cette fois-ci l’intégralité des protagonistes. Paul, en bas du tableau, vient de tomber de son cheval mais semble presque serein à l’écoute du message de Dieu. Les soldats qui l’entourent sont, quant à eux, totalement apeurés. L’un d’eux pointe d’ailleurs son glaive vers le ciel pour combattre ce "mal" qui vient d’en haut. C’est le Christ que l’on aperçoit au dessus, vêtu de rouge. Il est entouré d'un cortège d’anges dont certains, par leurs trompettes, introduisent avec triomphe le message divin.
3/5

Karel Dujardin, 1662, National Gallery, Londres (Angleterre)

Rarement rencontré dans la peinture hollandaise, le thème de la conversion de saint Paul n’est, pour autant, pas unique aux Pays-Bas. Pour ce tableau, le peintre Karel Dujardin s’est appuyé sur une gravure d'Antonio Tempesta dont le travail avait été largement diffusé en Hollande et qui avait influencé un certain nombre d'artistes néerlandais. L’iconographie est relativement inhabituelle. Saint Paul, relégué en bas du tableau et dénué de cuirasse, pourrait être facilement confondu avec le soldat du premier plan. Et pourtant, c’est bien lui qu’on aperçoit de dos, illuminé par le rayon divin qui est en train de l’aveugler. Son coéquipier, effrayé, se retourne avec stupeur, le grand drapé de son manteau s’envolant dans les airs.

 
4/5

Bruce Denny, 2013, Covent garden, Londres (Angleterre)

Cette sculpture a été conçue à la demande du doyen de la cathédrale Saint-Paul pour faire partie d’une exposition célébrant le 300e anniversaire du bâtiment Sir Christopher Wren, baptisé ainsi en hommage à l’architecte de la cathédrale. Exposée trois mois devant la cathédrale, elle a ensuite été installée devant l'église Saint-Paul dans le quartier de Covent Garden à Londres. Dénuée de toute fioritures, l’artiste a insisté sur l’instant précis où Paul est aveuglé par la lumière éclatante qui le fait soudain basculer de son cheval. Une représentation sobre mais merveilleusement rehaussée par le cabré du cheval.
5/5

Brueghel l'Ancien, 1567, Kunsthistorisches Museum, Vienne (Autriche)

Comme à son habitude, Brueghel l’Ancien se détache des conventions iconographiques. Car en regardant le tableau d’un premier œil, le sujet du tableau ne saute pas aux yeux. Une troupe de soldats dans les montagnes avec au centre, l’un d’eux à terre — qu’on peine d’ailleurs à distinguer — laisse imaginer un simple accident. C’est là toute la force de Brueghel qui, avec brio, sait transposer les épisodes bibliques dans un cadre familier. Seul le faible rayon de soleil qui transperce les nuages, à gauche, laisse deviner l'intervention divine.