Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/10

Joseph, l’artisan de Nazareth

« Saint Joseph, votre travail tient du divin, tant il manifeste le Père toujours à l’œuvre. Nous sommes inquiétés par les inévitables délais, les contraintes du métier et la nécessité de gagner assez. Vous nous apprenez à travailler comme des serviteurs inutiles. À quoi bon construire si le Seigneur n’édifie (cf. Ps 126,1) ? »
2/10

Joseph le silencieux

« On se demande pourquoi saint Joseph ne dit rien dans l’Évangile. On pourrait au contraire s’interroger sur notre besoin de parler en toutes circonstances. Quelle parole authentique ne naît pas du silence ? Notre monde bruyant et verbeux nous presse de parler, de prendre position, d’affirmer nos solidarités avec l’émotion du moment. Saint Joseph enseigne à pratiquer la charité par la maîtrise de soi, à mettre la Parole en pratique. On découvre alors qu’un acte de charité est la plus belle parole d’amour. »
3/10

La sagesse de Joseph

« Parce que Jésus est Dieu, Joseph a renoncé à être un grand homme (cf. Jn 3,30) ; parce que Jésus est sage, Joseph s’est mis à son école (cf. Pr 8,14). La grandeur de saint Joseph est de s’accorder à la petitesse de Dieu. »
4/10

L’humilité de Joseph

« Joseph se savait moindre que Jésus et Marie, mais il a accepté d’être pour eux père et époux ; c’est dire combien l’humilité, en dévoilant notre petitesse, révèle notre grandeur. Seuls les humbles ont l’audace d’être saints : ils voient qu’ils ne sont rien et que Dieu leur demande tout. »
5/10

Joseph, père de Jésus

« Quel bienfait pour l’enfant Jésus que saint Joseph fût roi, véritablement, de dynastie et de cœur ! Le petit Prince de la paix apprit ainsi qu’il n’est de royauté qu’en référence au Père, qu’il n’est de puissance royale que celle de l’amour. La royauté de Joseph conduit son fils à être pleinement et librement lui-même. »
6/10

Joseph, époux de Marie

« Témoin et gardien de sa virginité, il est avant tout l’époux, la personne la plus intime, puisqu’il participe à l’éminente sainteté de l’Immaculée par la vertu de leur mariage. C’est pourquoi il est préférable de voir en saint Joseph, plutôt qu’un compagnon effacé et protecteur, le nouvel Adam dont Dieu a dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » (Gn 2,18) et à qui le Seigneur a présenté une aide qui lui corresponde, Marie, son épouse. »
7/10

Le beau cœur de Joseph

« Mars, renouveau printanier. Mars, mois de saint Joseph. L’association de ces deux jeunesses échappe-t-elle à la Providence ? Le cœur de Joseph, vibrant de sourires simples et de joies vraies, vivant de l’amitié lumineuse qui dilate l’espace de la rencontre, s’émerveille de tout. Le cœur tendre de Joseph, toujours heureux de ce que Dieu donne, veille sur la Vierge qui mûrit en silence le fruit à cueillir au mois de mai. Le beau cœur de Joseph, toujours enthousiasmé par sa mission de gardien, voit déjà monter le règne estival du Christ dans l’éclat de la Transfiguration. Cœur de Joseph, bourgeon du Royaume. Mars, mois de saint Joseph, père aussi jeune que son fils. »
8/10

Joseph, maître de la petite voie

« Frappé par la prophétie de Siméon, Joseph de Nazareth entendit ainsi l’invitation à goûter la douleur du Père éternel. En fils accompli, il prononça son « Voici je viens » (Ps 39,8) et devint, pour les pécheurs qui auraient l’audace de le lui demander, l’initiateur à la souffrance de Dieu qu’on appelle béatitude. Par cette initiation, il devint le gardien des chemins de conversion. »
9/10

Joseph éducateur en sainteté

« La poétique désigne le travail des artisans, des poètes et des pères. Elle consiste en la manifestation discrète et silencieuse de ce qui n’était pas ou de ce qu’on ne voyait pas. L’artisan est visionnaire des puissances intimes de la matière qu’il travaille. Le sculpteur dégage l’ange dissimulé dans le marbre. Le poète porte dans le verbe le langage secret des choses muettes. Le père libère le fils et révèle l’homme qu’il sera. Saint Joseph est ainsi artisan de la conscience messianique du Christ, grammairien du Verbe incarné, libérateur du Rédempteur. Joseph, maître en humanité, soyez notre éducateur en sainteté ! »
10/10

Joseph, patron de la bonne mort

« La mort de saint Joseph ne fut pas une épreuve particulière, mais elle révéla la forme de toute sa vie. Elle fut une extase, au sens de saint Thomas d’Aquin : une douce absence de volonté propre. »