Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/10

Saman Kunan, aventurier jusqu’aux tréfonds

Cet ancien membre des forces spéciales de la marine thaïlandaise avait un sens du service exceptionnel. Le 23 juin 2018, alors que douze adolescents et leur entraîneur sont piégés au fond des grottes de Tham Luang (Thaïlande), Saman Kunan se porte volontaire pour leur porter assistance. Il trouve la mort dans les opérations de secours. « Nous ramènerons les enfants à la maison », avait-il lancé avant de s’engager dans l’aventure. Selon son épouse, « il aimait aider les autres et s’investissait dans des œuvres charitables ».
2/10

Anthonius Gunawan Agung, fidèle au poste

Durant la nuit du 28 septembre 2018, un fort séisme puis un tsunami ont secoué l’Indonésie. Alors que les sirènes d’évacuation retentissaient, ce jeune contrôleur aérien travaillant à l’aéroport de Palu est resté à son poste afin de guider le dernier avion en phase de décollage, préservant ainsi les personnes à son bord, mais ne pouvant se sauver lui-même. Le pilote du vol 6231 de Batik Air a salué celui qu’il a nommé son « ange gardien » : « Merci d’être resté en contact avec moi et de m’avoir préservé jusqu’à ce que nous soyons tous en sécurité dans les airs ».
3/10

Les pompiers morts au feu

Au service de la population, les sapeurs-pompiers de France affrontent l'adversité. Le film de Frédéric Tellier, Sauver ou périr, rend hommage à ces soldats du feu au courage louable. Cette année, 11 parmi eux ont trouvé la mort, que ce soit en exercice ou lors d'une intervention.
4/10

Père Mark Ventura, une vie donnée pour les indigènes

Le père Mark Ventura, curé de la ville de Gattaran, dans le nord des Philippines, a été abattu le 29 avril dernier, alors qu’il venait de célébrer la messe dominicale. Ordonné prêtre en 2011, il était connu pour sa lutte contre l’exploitation minière et pour le soutien qu’il apportait aux populations indigènes. Il avait demandé à être envoyé dans l’une des paroisses les plus reculées de cette région, choisissant de vivre à l’écart, en particulier auprès des paysans pauvres et des populations tribales.
5/10

Nadia Murad, ambassadrice de bonne volonté

Cette Irakienne yézidie a reçu le prix Nobel de la paix le 10 décembre dernier en compagnie de Denis Mukwege. Esclave sexuelle de l’État islamique à Mossoul, insultée, humiliée, violée, elle a pu s’échapper et n’a eu depuis de cesse d’alerter la communauté internationale sur les crimes de l’EI, devenant ambassadrice de bonne volonté des Nations unies pour la dignité des victimes du trafic d'êtres humains. « Ce prix Nobel ne fera pas disparaître les violences, ni les attaques sur les femmes, les femmes enceintes, les enfants, les bébés », a-t-elle déclaré la veille de la cérémonie, ajoutant que l’objectif était qu’il « ouvre des portes ».
6/10

Arnaud Beltrame, un militaire héroïque

Alors qu’il se portait volontaire pour prendre la place d’une femme lors d’une prise d’otage à Trèbes (Aude) le 23 mars 2018, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame a posé un acte héroïque mêlant sa foi chrétienne et son désir de servir son pays. « Arnaud n’aura jamais d’enfants charnels. Mais son héroïsme saisissant va susciter, je le crois, de nombreux imitateurs, prêts au don d’eux-mêmes », a confié le père Jean-Baptiste, chanoine de l’abbaye de Lagrasse (Aude) qui le préparait au mariage et lui a donné le sacrement des malades.
7/10

Mamadou Gassama, le « Spiderman parisien »

Ce jeune Malien sans-papiers a sauvé un enfant de 4 ans suspendu dans le vide le 26 mai dernier en escaladant la façade d’un immeuble parisien. Reçu à l’Élysée par Emmanuel Macron qui a permis que sa situation soit régularisée, le jeune homme a été décoré de la médaille Grand Vermeil de la Ville de Paris, la plus haute distinction de la capitale, pour son « courage » et son « acte héroïque ».
8/10

Père Matthieu Dauchez, dans la misère de Manille

Il a créé la fondation Anak, qui recueille les enfants abandonnés, il y a tout juste vingt ans. Missionnaire convaincu, le père Matthieu Dauchez partage l'existence des enfants des rues des bidonvilles de Manille (Philippines) et côtoie quotidiennement la prostitution, la drogue, la mort… Malgré les situations sordides qu’il a rencontrées, il a choisi de rester en mission là-bas « grâce à la force surnaturelle de ces enfants, qui sont capable de joie et de pardon, contre toute attente et toute logique ».
9/10

Sœur Monique, l’ange gardien des prisonniers

Chaque semaine, sœur Monique Lorrain, religieuse xavière, rend visite aux prisonniers de la prison de Korhogo, (Côte d’Ivoire), qui accueille quelque 450 prisonniers. S’ils sont là pour des motifs variés, du vol d’un téléphone à l’abus de confiance financier en passant par le viol ou le meurtre, rien n’arrête la religieuse qui croit dur comme fer en la miséricorde de Dieu. « Ici, je suis témoin de son œuvre. Rien ne peut nous séparer de son amour, pas même la prison », affirme-t-elle avec conviction.
10/10

Père Antonio Aurelio Fernández, missionnaire auprès des captifs

Ce prêtre trinitaire espagnol est président du SIT (Solidarité Internationale Trinitaire), qui œuvre pour la libération des captifs aux quatre coins du globe : enfants esclaves dans les plantations de thé à Assam (Inde), élèves chrétiens à Alep (Syrie), familles déplacées de Maiduguri (Nigeria)… Aujourd’hui, le religieux sillonne le globe et récolte de l’argent pour mener son combat. « Ce dont nous avons le plus besoin, confie-t-il avec conviction, c’est d’écoles pour enlever les enfants du monde de la rue ». Pour lui, c’est clair : foi rime avec liberté et il se battra jusqu’au bout pour cela.