Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/16
L’icône Agiosoritissa, Mère de Dieu, Anonyme, VIIe siècle.

Les icônes sont les fenêtres du ciel. Elles nous rappellent que ceux qui sont morts sont toujours avec nous. Cette belle icône, peinte au VIIe siècle, est l’une des plus anciennes consacrée à Marie que l’on connaisse. Très peu d’icônes de cette période ayant survécu, celle-ci est un vrai trésor.

2/16
L’Annonciation, Fra Angelico, 1431-1433, Musée du Prado, Madrid.

Marie – peinte ici par Fra Angelico, un moine du XVe siècle – est souvent représentée avec une Bible dans les mains, depuis que Jésus a été appelé « le Verbe ». On peut dire qu’en lisant les Écritures, Marie connaissait et aimait son Fils avant même de lui donner naissance.

3/16
Notre Dame de Guadalupe, 1531, Basilique de Notre Dame de Guadalupe, Mexico City, Mexique.

Cette fameuse image historique de Marie ne cesse d’étonner, en particulier ceux qui admirent l’original à Mexico City. Apparue miraculeusement sur le manteau d’un paysan nommé Juan Diego, en 1531, cette image est devenue depuis le symbole de l’amour de Marie pour l’humanité.
4/16
Madone à l’enfant avec deux anges, Filippo Lippi, 1406-1469, Gallerie Uffizi, Florence, Italie. Luisa Ricciarini/Leemage

Les Écritures rapportent que Marie portait les paroles et les actes du Christ dans son cœur. Qu’elle les comprenne ou pas, Marie priait toujours dans la paix, en considérant que Dieu était à l’œuvre dans sa vie comme dans le monde.
5/16
La Madone et l’Enfant avec Sainte Barbara et Sainte Catherine, artiste inconnu, approx. 1525, Musée RISD, Providence, USA.

Parmi les nombreuses œuvres qui représentent Marie donnant le sein à Jésus, celle-ci traduit la beauté du corps humain et la proximité entre la mère et l’enfant dans une relation très simple et très humaine.
6/16
Madone africaine, artiste inconnu

Dans ce magnifique tableau d’une Madone africaine, des couleurs vibrantes et des gestes stylisés sont la réminiscence de l’art de l’icône, tout en exprimant la tendre protection d’une mère pour son enfant.
7/16
La Tête de la Vierge aux Trois-Quarts, Léonard de Vinci, 1508-12, The Metropolitan Museum of Arts, New-York City, USA.

Cette image, une ébauche dessinée pour un futur tableau, montre la puissance de l’art de Léonard de Vinci. Le profil de la Vierge est serein. Il est difficile de ne pas remarquer l’amour dans ses yeux.

8/16
Madone africaine, Hennie Niemann Jnr, 2006, Johans Borman Fine Art.

Peinte par l’artiste sud-africain Hennie Niemann Jnr, la créativité et l’usage des couleurs révèlent Marie telle qu’elle n’a jamais été vue. Sereine et belle, elle semble sans âge.
9/16
Vierge Marie, Francesco Francia, approx. 1450, Musée d’Art de Caroline du Nord, Raleigh, USA.

Francia a peint la Vierge avec tant de délicatesse qu’il est dit que les habitants de Venise, lorsque l’œuvre fut exposée, coururent pour venir la voir, en proclamant qu’on ne pourrait plus jamais faire tableau meilleur que celui-ci.
10/16
Vierge Marie, détail de l’Autel de Gand, Hubert van Eyck, 1432, Cathédrale St Bavo, Gand, Belgique.

Cette image est un des éléments d’une grande collection de peintures créées pour orner l’autel d’une église. Au cours de la seconde guerre mondiale, le tableau fut volé et retrouvé plus tard par les Monuments Men. Van Eyck, l’artiste, a travaillé sur un nouveau type de peinture en utilisant des huiles dont il obtenait une saturation de couleurs sans égale.


11/16
Couronnement de la Vierge, Le Greco, 1591, Musée Santa Cruz, Tolède, Espagne.

La luminosité particulière du Greco éclaire toute cette scène de couronnement. En bas du tableau, les disciples rassemblés lèvent des yeux émerveillés vers une scène paradisiaque : la Vierge Marie couronnée Reine du Ciel par la Trinité.


12/16
Theotokos, Ann Marie Campbell, 2010.

Theotokos signifie « porteur de Dieu », titre qui fut donné à Marie, celle qui a porté le fils de Dieu. L’artiste Ann Marie Campbell a peint en utilisant les jaunes d’œufs et des poudres de pigments venus du monde entier. Elle a ajouté des feuilles d’or de 23 carats et des cristaux Swarovski pour cette icône magnifique, dont elle dit qu’elle compte parmi ses préférées.

13/16
La Vierge à l’enfant, Luis de Morales, approx. 1565, Musée du Prado, Madrid.

Dans ce portrait intime du peintre espagnol du XVIe siècle connu comme « El Divino », l’Enfant-Jésus tire sur le voile de sa mère et saisit sa poitrine. Ce tableau évoque la maternité de Marie. Comme chaque enfant, Jésus est totalement dépendant de sa mère.

14/16
La Madone du Magnificat, Sandro Boticelli, 1483, Gallerie Uffizi, Florence, Italie.

Le titre de ce tableau de Boticelli évoque le Magnificat, une prière d’action de grâce de Marie à Dieu. La Mère Bénie est peinte ici au cours de son couronnement d’étoiles d’or.


15/16
Vierge Marie, Le Greco, 1585, Musée des Arts, Strasbourg, France.

Le Greco peint ici Marie d’une telle manière que son âme irradie toute l’œuvre. Les couleurs sont subtiles et lumineuses, et même si Marie semble craintive, elle est rayonnante.

16/16
Notre Dame du Perpétuel Secours, Icône Byzantine, XIIIème ou XIVème siècle.

Cette icône est au cœur d’une légende : elle serait la copie d’un original perdu, qui aurait été peint par saint Luc lui-même. Selon la tradition, cette scène décrit Jésus à la suite d’un mauvais rêve, consolé par Marie. Pendant des siècles, les chrétiens se sont tournés vers Notre-Dame du Perpétuel Secours pour implorer l’intercession de Marie.