Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/10
Église de Crusnes (Moselle).
Cette église en fer, des années 30, a été montée sans aucun boulon ! La famille de Wendel souhaitait offrir un lieu de culte à ses ouvriers sidérurgistes polonais et italiens, tout en testant un modèle d’église préfabriquée pour les pays de mission. Évidemment, l’église Sainte-Barbe de Crusnes a rouillé avec le temps ! En 2006, après un lourd traitement anti-corrosion, elle a retrouvé son allure Art déco. Elle vient d’être rachetée par le mannequin Léonor Scherrer, fille du grand couturier Jean-Louis Scherrer. Pour rester un top model ?
2/10
Église d’Asfeld (Ardennes).
Vue du ciel de la Champagne ardennaise, cette église baroque a la forme d’une viole. Sa construction débute en 1680 en même temps que celle du château de Versailles. L’édifice est en briques. Il ne comporte pas une seule ligne droite. Il est tout en colonnades, portiques et dômes. À l’intérieur, de petits passages appelés « tournelles » permettent de faire le tour de l’église sans la traverser. Un Festival de viole de gambe a lieu tous les deux ans, dans l’église Saint-Didier d’Asfeld, en juin.
3/10
Église de Soulac (Gironde).
L’église romane Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres, à la pointe du Médoc, a progressivement été ensevelie sous le sable. Au XVIIIe siècle, seul le clocher affleurait. Elle a été dégagée au milieu du XIXe siècle lors d’un chantier mémorable et a retrouvé sa place sur les chemins de Saint-Jacques. Malgré tout, la porte d’entrée se trouve encore en-dessous du niveau de la place…
4/10
Église-péniche à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).
Bienvenue à bord du bateau-chapelle « Je sers » amarré sur les bords de Seine depuis 1936. Cette paroisse fluviale est tenue par des Assomptionnistes. On y dit la messe tous les jours. La péniche sert aussi de bouée pour les réfugiés accueillis par l’association d’entraide « la Pierre Blanche ». Avec ses hublots-vitraux et son plafond en bois, cette chapelle sur l’eau est dédiée à saint Nicolas, patron des bateliers.
5/10
Église Saint-Nicaize à Reims (Marne).
Un petit bijou Art déco se cache au cœur de la cité-jardin du Chemin Vert à Reims : l’église Saint-Nicaise, construite à partir de 1923, en béton. Toute la décoration intérieure a été confiée à des artistes contemporains Ainsi, les verrières en pâte de verre (une superbe série d’anges debout ou à genoux, d’un jaune très lumineux) sont de René Lalique. Les peintures sont signées Maurice Denis. Et ainsi de suite !
6/10
Chapelle Notre-Dame du Rugby à Larrivière-Saint-Savin (Landes).
Cette petite chapelle domine la vallée de l’Adour. L’abbé Devert, rugbyman à l’accent rocailleux, eut l’idée de la rénover pour la dédier à tous les rugbymen de la terre. Notre-Dame-du-Rugby a été inaugurée en 1967. Elle possède des vitraux sportifs comme la Vierge à la mêlée ou la Vierge à la touche. L’Enfant Jésus a le ballon. Des crampons terreux, des maillots de grands joueurs et d’amateurs ont été offerts à Notre-Dame-du-Rugby. L’unique messe de l’année a lieu le lundi de Pentecôte en présence d’anciens internationaux français. Et la terre devient ovale…
7/10
Chapelle Notre-Dame de Consolation à Pierrelongue (Drôme).
On ne peut pas la manquer. Elle est juchée sur un rocher de 25 m de haut, au beau milieu du village. C’est un curé, Jules Pascaly, qui la fit construire de 1894 à 1906. Une statue de la Vierge réalisée et donnée par la duchesse d'Uzès n’est pas la seule récompense après avoir gravi les 75 marches.
8/10
Église de Ménil-Gondouin (Orne).
Il était une fois un curé qui peignait sur les murs de son église tout ce qui lui passait par la tête. De 1873 à 1921, l’abbé Paysant fit de son église à Ménil-Gondouin, près de Putanges en Normandie, une église « vivante et parlante ». À sa mort tout fut gommé, badigeonné. Mais de 2004 à 2006, de rusés défenseurs de l’œuvre de l’abbé Paysant entreprirent de recréer les décors peints, à partir de cartes postales de l’époque et des souvenirs de la centenaire du village.
9/10
Église du Banlay à Nevers (Nièvre).
1966 : en pleine guerre froide, l’église Sainte-Bernadette du Banlay, conçue par Claude Parent et Paul Virilio, témoigne des drames contemporains avec son allure de bunker du mur de l’Atlantique. Elle est aussi le fruit d’une recherche esthétique sur les formes inclinées. Avec une ouverture minimale sur l’extérieur elle symbolise enfin la grotte de Lourdes où la Vierge apparut à sainte Bernadette qui se réfugia à Nevers ensuite.
10/10
Chapelle du phare de Cordouan (Gironde).
Une chapelle dans un phare ? Oui, Sire, et une chapelle royale ! La chapelle du « Versailles des mers » a fière allure, avec son sol en marbre noir et gris et son plafond à caissons taillés directement dans la pierre. Elle rend gloire à la monarchie, notamment à Henri III et à Henri IV, bâtisseurs de ce phare majestueux qui veille sur l’estuaire de la Gironde, face à l’Atlantique. Et elle rend grâce à Dieu.