Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/14
AU MOYEN ÂGE. Dans les familles paysannes, la plupart du temps la jeune fille porte sa tenue habituelle pour aller à la messe du dimanche.
2/14
AU MOYEN ÂGE. Pour les mariages princiers comme celui de Charles IV, en 1322, la femme porte une robe de couleur avec des bordures en fourrure d'hermine blanche, animal de compagnie à l'époque.
3/14
À LA RENAISSANCE. Au cours de la Renaissance, la robe de mariée s'inspire de la mode de l'époque. La traîne disparaît. Les robes sont coupées dans des étoffes lourdes comme du velours ou du brocart, souvent brodés de fils d'or et d'argent. Les femmes portent un vertugadin : une jupe de gros canevas, pour faire bouffer la robe autour des hanches. La coiffe est réservée aux femmes modestes. En revanche, les femmes issues de la noblesse portent des résilles et des perles pour maintenir les cheveux.
4/14
AU GRAND SIÈCLE. Les femmes qui sont à la cour de Versailles se marient dans de belles toilettes. Elles portent de longues robes claires, en dentelle et en tissu léger, vaporeux, aérien. Lors d'un mariage royal, la mariée peut mettre une cape pour couvrir ses épaules, de couleur bleue, emblème de la royauté. Comme pour le mariage de Louis de France et de Marie-Adelaïde de Savoie en 1697.
5/14
SOUS LE PREMIER EMPIRE. La robe de mariée à cette époque est très marquée par la mode : les lignes sont épurées, la coupe est fluide, resserrée sous la poitrine, souvent avec des manches ballons, un diadème et une longue traîne.
6/14
SOUS LE PREMIER EMPIRE. La robe de mariée empire est accessoirisée souvent avec des motifs dorés, d'un collier et d'un diadème comme élément essentiel de la coiffure.
7/14
AU XIXe. À partir de 1840, la robe de mariée prend une nouvelle importance. À la manière des célébrités actuelles, celle de la reine Victoria devient un grand classique qu'on appelle toujours "robe d'inspiration victorienne". Le mariage de la reine Victoria, célébré en grande pompe, influence encore les mariages d’aujourd'hui. Sa robe est longue, en forme "princesse" (cintrée à la taille, très évasée en bas), dotée d'une longue traîne, aux épaules dénudées et richement décorée avec des broderies, de la dentelle et des bijoux.
8/14
AU XIXe. Sissi dans sa robe de fiançailles, d'esprit "victorien" : la robe est blanche avec les épaules dénudées, en forme dite "princesse", accompagnée de broderies. La coiffure est ornée d'étoiles en diamants.
9/14
FIN DU XIXe. La comtesse de Paris, Marie-Isabelle d'Orléans, en 1864. Les robes deviennent plus sobres. La crinoline disparaît. Les futures mariées portent le voile, une couronne de fleurs naturelles dans les cheveux, de la dentelle. La couleur blanche devient définitivement institutionnelle. Cette apparition du blanc est liée aux prémisses de la sécularisation et la distinction plus grande entre mariage civil et religieux. La robe de mariée blanche devient le symbole de la virginité et de la pureté.
10/14
LES ANNÉES 1920. Mariage de M. James de Rotschild avec Mlle Claude Dupont. La robe de mariée des années folles est blanche, aux ourlets raccourcis avec de la dentelle et de la broderie. Mais c'est la coupe qui change radicalement : elle devient androgyne. Ample, évasée, fluide, elle ne marque pas la taille mais les hanches. Les motifs sont souvent graphiques, inspirés de l'Art Déco. Avec des accessoires bijoux pour les cheveux : des bandeaux, diadèmes, plumes et des peignes, très caractéristiques pour l'époque.
11/14
PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE. La robe de mariée est minimaliste compte tenu de la pénurie de tissu. Les femmes achètent souvent un tailleur, qu’elles pourront réutiliser au quotidien. La robe courte est donc plébiscitée.
12/14
DANS LES ANNÉES 1950. Le mariage de Grace Kelly avec le prince Rainier de Monaco devient mythique. Dire que c’est « la plus belle robe de mariée de tous les temps » n’est en rien exagéré. Il aura fallu 36 couturières durant plusieurs semaines pour venir à bout de cette œuvre d’art de la mode. L’élégance de la robe en tulle de soie, en forme de tulipe, garnie de dentelles, n’a jamais été égalée de 1956 à nos jours. Tous les détails : les cheveux lisses, la tiare et les fines boucles d’oreille brillantes font désormais partie des canons de la mode nuptiale.
13/14
DANS LES ANNÉES 1950. La robe de mariée d'Audrey Hepburn, devenue légendaire, prouve que les robes courtes ne représentent pas toujours l’avant-garde et le refus de la tradition. Signée par la maison de couture française Balmain, elle est réalisée à partir d’organdi blanc. Elle rappelle la robe de mariée qu’elle portait dans le film « Funny face ».
14/14
DEPUIS LES ANNÉES 1980. Après les années 1960 et 1970 marquées par la mode hippie, la robe de mariée retrouve sa splendeur et son élégance à partir des années 1980. Et trente ans plus tard, Kate Middleton, Duchesse de Cambridge éblouit ses futurs sujets avec une robe de mariage tout en dentelle et aux manches longues. D’une subtile élégance, elle consacre le style classique empruntant au meilleur de la tradition.