9 / 10
S’il ne professe pas un goût particulier pour l’encens et les goupillons, Jean-Luc Mélenchon est paradoxalement le seul candidat à pouvoir compter sur l’intercession de deux saints patrons. Et pas des moindres : deux évangélistes. Saint Luc, à la différence de saint Jean, ne fut pas un apôtre : médecin grec ou juif hellénisé, païen, il fut converti par saint Paul et en devint le compagnon fidèle. Outre l'Évangile qui porte son nom, il serait aussi l’auteur des Actes des apôtres. Saint patron des peintres et des médecins, il est souvent symbolisé par un taureau. Sa fête a lieu le 18 octobre. Détail d'une fresque représentant les quatre évangélistes dans l'abbaye de Chiaravalle (Italie). © Philippe Lissac/Godong
+