Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/8
Cette représentation de la Vierge à l'Enfant est la plus ancienne connue à ce jour. Cette fresque se trouve dans les catacombes de Priscille à Rome (construites au IIe siècle), qui servaient à la fois de cimetières et refuges aux premiers chrétiens. Sur une des parois de la "chapelle grecque" on distingue la Vierge Marie portant l'Enfant-Jésus sur ses genoux. À gauche, un prophète montre du doigt une étoile placée au dessus de l'Enfant. Cette fresque daterait du début du IIIe siècle.
2/8
Une plaque de pierre, conservée au musée paléochrétien du Vatican, représente l'adoration des rois mages. Cette plaque date du IIIe siècle. À droite, la Vierge Marie, assise, porte sur ses genoux l'Enfant-Jésus. Derrière elle est représenté saint Joseph. Face à elle, les trois rois mages s'avancent pour offrir leurs présents à l'Enfant. On distingue, au dessus de la tête de la Vierge, l'étoile du berger qui a guidé les rois mages jusqu'à la crèche.
3/8
Connue sous le nom de "Salus populi romani" (La protectrice du peuple romain), cette icône connait une dévotion populaire importante depuis le XIIIe siècle. Elle est conservée dans la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome. La légende raconte que c'est l'une des icônes peintes par saint Luc, bien que les historiens la datent du Ve siècle.
4/8
Cette fresque, conservée au monastère orthodoxe Sainte-Catherine du Sinaï (Égypte), date du VIe siècle. Elle représente la Vierge au centre, assise, portant l'Enfant-Jésus sur ses genoux. Derrière elle, on distingue deux anges. De part et d'autre sont représentés saint Georges et saint Théodore d'Amassée.

5/8
Le monastère Sainte-Catherine du Sinaï conserve également une icône de la nativité datée entre le VIe et le IXe siècles. Au centre, la Vierge Marie est représentée dans une position allongée, à proximité de la mangeoire dans laquelle est placé Jésus. À droite, les rois mages s'avancent pour offrir leurs présents. On distingue l'étoile qui les a guidés, au dessus de la tête de l'Enfant. À gauche, la tête reposant dans sa main, on reconnaît Joseph. En bas, des femmes sont en train de laver l'Enfant et juste derrière, on distingue les bergers venus l'adorer. Dans la partie supérieure, des anges assistent à la scène.
6/8
Cette représentation, connue sous la terme "Agiosoritissa" (La mère de Dieu) représente la Vierge Marie seule, sans enfant. Dans ce type d'iconographie, la Vierge est généralement représentée légèrement de côté, les mains en prière. Originaire de Constantinople, cette représentation date du VIIe et se trouve désormais conservée à Sainte-Marie du Rosaire à Monte Mario, près de Rome.
7/8
Cette plaque d'ivoire servait de couverture pour protéger l'évangéliaire de Lorsch (Allemagne), réalisé entre 778 et 820 sous le règne de Charlemagne. La couverture est conservée aujourd'hui au Victoria and Albert Museum à Londres. Elle représente, au centre, la Vierge Marie avec l'Enfant-Jésus. Autour d'elle sont représentés des personnages bibliques. Dans la partie inférieure, on reconnaît la Nativité. Dans la partie supérieure, le Christ, dans un cadre circulaire, est soutenu par deux anges.

8/8
Cette icône du IXe siècle, représente la Vierge Marie accompagnée de l'Enfant-Jésus. Deux anges encadrent la scène centrale. Quant à l'icône, elle est entourée de plaques métalliques où sont représentés différents personnages bibliques. Cette œuvre provient du monastère de Tsilkani en Géorgie. Elle est aujourd'hui conservée au musée national géorgien.