3 / 7
Frère Michel
« Martyr, c’est un mot tellement ambigu ici... S’il nous arrive quelque chose – je ne le souhaite pas – nous voulons le vivre ici en solidarité avec tous ces algériens (algériennes) qui ont déjà payé de leur vie, seulement solidaires de tous ces inconnus, innocents... Il me semble que celui qui nous aide aujourd’hui à tenir, c’est celui qui nous a appelés... J’en reste profondément émerveillé : Celui qui nous affermit avec vous (peuple algérien) en Christ et qui nous donne l’onction : c’est Dieu. (Mai 1994, Lettre à un moine)
+

©Association des Écrits des Sept de l'Atlas