2 / 7
Se faire aider
Si nous sommes rongés par une culpabilité qui sabote notre estime de soi, le père Joël Pralong conseille de « se faire accompagner. Un psychologue va chercher dans le passé ce qui a coincé. Le prêtre va aider à s’ouvrir à un sens transcendant de sa souffrance. Il va aider à s’accrocher à Jésus, à ne plus être seul ». Maline, qui est aujourd’hui grand-mère, a longtemps culpabilisé après la mort de son bébé : « Le corps médical m’avait expliqué qu’il y avait eu une souffrance fœtale. J’ai cru en être responsable. Je me disais : “Comment moi qui suis faite pour donner la vie, ai-je pu donner la mort ?” Je n’ai été libérée que lorsqu’une psychologue m’a dit : “Madame, vous avez fait tout ce qu’il fallait faire pour votre enfant.” »
+

© Pascal DELOCHE / GODONG