Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/6

Notre-Dame du Rosaire, à Fatima, au Portugal

Les trois petits bergers à qui est apparue la Vierge Marie à Fatima le 13 mai 1917, ont rapporté qu’elle était tout de blanc vêtue, entourée de lumière avec un chapelet autour du bras. « Je viens vous demander de venir ici, six mois de suite, à cette même heure, le 13 de chaque mois », dit-elle. Puis elle leur demande encore d’offrir des sacrifices pour la conversion des pêcheurs et de dire leur chapelet chaque jour pour la paix dans le monde. A l’occasion du centenaire des apparitions de la Vierge, en 2017, le sanctuaire de Fatima a accueilli 9,4 millions de visiteurs, soit le double par rapport aux années précédentes.
2/6

Notre-Dame d’Aparecida, au Brésil

À l’origine, elle ne mesure que 40 centimètres et est une simple statue en terre cuite. Pourtant, plus de huit millions de pèlerins se rendent chaque année à ses pieds dans le sanctuaire d’Aparecida, situé dans l’état de San Paolo, à une centaine de kilomètres de Rio de Janeiro. Son histoire commence le 12 octobre 1717 lorsque des pêcheurs, cherchant à honorer la visite du gouverneur de la province de Sao Paulo par une pêche conséquente, lancent leurs filets dans le rio Paraiba. Après plusieurs tentatives infructueuses jusqu’à Porto Itaguaraçu, ils pêchent une statue sans tête, avec les mains jointes, de la Vierge Marie. Quelques minutes plus tard, ils prennent dans leurs filets son visage souriant, avec de beaux cheveux mêlés de fleurs. L’un des pêcheurs ramène la statuette chez lui, et les gens du voisinage viennent la prier. Au vu des grâces qu’elle répand, sa renommée se répand dans toute la région, puis dans tout le Brésil, dont elle devient la sainte patronne. La simplicité de cette Vierge sauvée des eaux fait dire au recteur du sanctuaire que « les plus déshérités se sentent ici chez eux ».

 
3/6

Notre-Dame de Guadalupe, au Mexique

Elle est apparue vêtue d’une robe rose, ornée de motifs indigènes, et d’une cape bleue étoilée, à un jeune indien prénommé Juan Diego le 9 décembre 1531, en se présentant comme « la parfaite et toujours Vierge Marie, Mère du vrai Dieu ». Elle chargea Juan Diego de demander à l’évêque de faire construire une église sur le lieu de son apparition. Envoyé par cette « dame éblouissante de lumière » cueillir des roses, en pleine saison sèche, au sommet de la colline Tepeyac afin de donner à l’évêque un signe de crédibilité, il redescendra avec sur sa tilma (cape) une image imprimée de la Vierge vêtue de sa robe rose et de sa cape bleue étoilée. Le sanctuaire de Mexico accueille 20 millions de visiteurs par an, dont certains font un voyage de plusieurs jours à pieds pour invoquer l’intercession de la Sainte Vierge. La tilma de Juan Diego est miraculeusement conservée depuis presque 500 ans, avec cette image de Notre-Dame de Guadalupe, « fleuve de lumière ». Elle est la sainte patronne du Mexique et de tout le continent américain.
4/6

Notre-Dame de Lourdes

Si l’on devait citer l’apparition de la Vierge la plus connue en France, ce serait sans doute celle de Notre-Dame de Lourdes, apparue à dix-huit reprises à Bernadette Soubirous entre le 11 février et le 16 juillet 1858. Bernadette, alors âgée de quatorze ans, rapporte sa vision d’une dame souriante, vêtue de blanc, au creux d’un rocher, égrenant un chapelet. Quelques jours plus tard, la dame lui dit : « Je ne vous promets pas d’être heureuse en ce monde mais dans l’autre ». Elle insiste sur la pénitence, la prière pour les pêcheurs. Elle demande une chapelle et des processions.  Le 25 mars, lorsque Bernadette lui demande son nom, elle répond gravement : « Je suis l’Immaculée Conception », quatre ans après la proclamation du dogme par le pape Pie IX. Aujourd’hui, le sanctuaire de Lourdes accueille chaque année environ six millions de personnes venues du monde entier.
5/6

La Vierge noire de Częstochowa, en Pologne

Le sanctuaire de Częstochowa, non loin de Cracovie, abrite une icône miraculeuse, qui, selon la tradition, serait l’œuvre de l’évangéliste saint Luc peinte sur la plaque de la table de la Sainte Famille. Son histoire débute en 1382, lorsque l’ordre des Paulins s’installe à Czestochowa, sur la butte de Jasna Gora, « la montagne claire », à la demande de Louis d’Anjou, roi de Pologne et de Hongrie, et de son cousin le duc d’Opole, Ladislas Jagellon. C’est ce dernier qui offre aux moines une icône de la Vierge qui, très vite, va faire la renommée du lieu. Les pèlerins, et les pillards, affluent de toutes parts. C’est ainsi qu’en 1430, les hussites endommagent le tableau, dont la balafre est encore visible aujourd’hui malgré la restauration sur ordre du roi. Quant à son teint sombre, la Madone noire le doit aux millions de bougies brûlées par les fidèles. En 1656, la Vierge Noire est déclarée « Reine de Pologne ». Le sanctuaire accueille chaque année 4 millions de visiteurs. Depuis le 1er décembre, il est possible de prier la Vierge noire polonaise en plein cœur de Paris puisqu’elle dispose désormais d’une chapelle dédiée à Notre-Dame.
6/6

Notre-Dame de la Médaille miraculeuse, à Paris

Là encore, la Vierge apparaît dans une robe blanche, dont Catherine Labouré racontera qu’elle a d’abord entendu le froufrou, et un manteau bleu le 18 juillet 1830 dans la chapelle de la rue du Bac. Marie s’assoit sur le fauteuil juste à côté de la religieuse. La Sainte Vierge désigne de la main l’autel où repose le tabernacle et dit: « Venez au pied de cet autel. Là, les grâces seront répandues sur toutes les personnes qui les demanderont avec confiance et ferveur. » Quatre mois plus tard, la Vierge apparaît à nouveau à Sœur Catherine, debout, les pieds posés sur un globe représentant le monde entier. Elle écarte les mains et se doigts étincellent de mille feux, symboles des grâces qu’elle répand. Les pierreries qui ne brillent pas « figurent les grâces que l’on oublie de demander ». Cette vision s’inscrit dans un ovale, avec l’invocation : « O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous », modèle de médaille que la Vierge demande de faire frapper. Chaque année, ce sont près de deux millions de visiteurs qui franchissent les portes de la chapelle de la rue du Bac, où le fauteuil dans lequel s’est assise la sainte Vierge est toujours visible, à droite de l’autel.