5 / 6
Daniel Cordier. Né le 10 août 1920 à Bordeaux (Gironde) dans une famille de négociants, il n’a pas encore 20 ans lorsqu’il décide de continuer la lutte et atterrit en Angleterre. À l’été 1941, il est affecté au service "Action" du Bureau central de Renseignements et d'Action (BCRA), c'est-à-dire les services secrets de la France libre à Londres. Pendant un an, il suit un entraînement spécial dans les écoles de l'Intelligence Service. Sous le nom de code de Bip W, il est parachuté en France près de Montluçon le 26 juillet 1942. Le 1er août il rencontre pour la première fois à Lyon Rex, alias Jean Moulin, qui l’engage pour organiser son secrétariat à Lyon, puis à Paris pour la zone nord en mars 1943. De retour en Angleterre fin mai 1944, il est nommé chef de la section des parachutages d'agents du BCRA. Après la guerre, Daniel Cordier consacre sa vie à la peinture et commence une collection d'art contemporain. En 1956, il ouvre une galerie d'art à Paris et à New-York.
+

© Musée de l'Ordre de la LIbération