Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

1/15
Thaïs (du grec : ruban). Sainte Thaïs vivait au VIème siècle en Egypte, et était une des courtisanes les plus riches et les plus recherchées par les hommes. Elle fut convertie par un ermite, saint Paphnuce, et fut placée dans un couvent. Après trois années de pénitence, elle intégra la communauté des religieuses que l’ermite dirigeait. Elle y mourut quelques années plus tard en odeur de sainteté.
2/15
Jacinthe (du grec huakintos, nom d’une pierre précieuse). Jacinta Marto, petite bergère de Fatima, au Portugal, était une des 3 enfants à qui la Vierge est apparue à 6 reprises en 1917 et 1918. Son unique préoccupation était de convertir les pécheurs et de préserver les âmes de l’enfer. Nouvellement sainte, elle a été canonisée le 13 mai 2017 par le Pape François. Elle mourut le 20 février 1920, à l’âge de 9 ans, de la grippe espagnole. Avec son frère Francisco, ils sont les premiers enfants frère et sœur non martyrs à devenir saints ensemble.
3/15
Joséphine (de l’hébreu : Dieu ajoutera). Sainte Joséphine Bakhita, la Petite Mère Noire, comme l'appelaient affectueusement les gens qui la connaissaient, est née au Soudan dans la région du Darfour en 1869. Elle fut enlevée par des trafiquants d’esclaves à l’âge de 9 ans, vendue plusieurs fois à des marchands africains et subit une cruelle servitude. Rachetée par un consul italien qui l’emmena avec lui à Venise, elle rencontra des religieuses canossiennes et demanda, à 24 ans, à devenir religieuse chez les Filles de la Charité. Elle passa le reste de sa vie à Schio, en subvenant aux besoins de tous, et mourut en 1947. Elle a été déclarée sainte le 1er octobre 2000 par le Pape Jean-Paul II.
4/15
Zélie (du latin : solennelle). Saints Louis Martin et Marie Azélie Guérin, parents de sainte Thérèse de Lisieux, ont vécu le service chrétien dans la famille, construisant jour après jour une atmosphère pleine de foi et d’amour. C'est grâce à ce climat qu'ont germé les vocations de leurs 5 filles, parmi lesquelles sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Thérèse fut profondément marquée par leur foi profonde et la ferveur religieuse de sa famille. Elle écrivit : «Le Bon Dieu m'a donné un père et une mère plus dignes du Ciel que de la terre.». Ils furent canonisés le 18 octobre 2015 par le Pape François.
5/15
Zita (du grec zêta, sixième lettre de l'alphabet grec). Sainte Zita est née près de Lucques, en Toscane, vers 1218, dans une famille de pauvres laboureurs. A 12 ans, elle fut placée comme servante dans la riche famille des Fatinelli, à Lucques, et resta à leur service jusqu'à sa mort, à 60 ans. Très pieuse, Zita se levait plus tôt afin d'aller à la messe chaque jour. Elle est connue pour avoir fait preuve d’une grande charité envers les plus pauvres.
6/15
Hélène (du grec : éclat du soleil). Sainte Hélène, mère de l’empereur Constantin, était servante d’auberge lorsqu’elle rencontra son père, qui la répudia 20 ans plus tard. Une fois empereur, Constantin fit venir sa mère à Rome, lui construisit un palais magnifique, et lui conféra des monnaies frappées à son effigie. Elle se convertit au christianisme et entreprit un pèlerinage à Jérusalem en 326. Elle fut à l’origine de la première restauration des lieux saints, et lança la construction de trois basiliques. Elle découvrit les reliques de la Passion du Christ, et donna une impulsion importante aux pèlerinages en Terre sainte.
7/15
Thérèse (du grec Therasia, nom d’une île grecque). Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus était la cinquième fille d'une famille catholique où elle grandit "entourée d'amour". A 4 ans, au décès de sa mère, son père s'installa à Lisieux. Puis ses sœurs Pauline et Marie entrèrent au Carmel. A 15 ans, dans "une course de géant" vers le Dieu-Amour, elle se rendit à Rome où elle se jeta aux pieds du Pape et obtint d’entrer au Carmel à son tour malgré son jeune âge. Avec fidélité, elle y poursuivit sa route vers la sainteté. Elle mourut en 1897, à 24 ans, promettant de faire tomber sur la terre « une pluie de roses » et de passer son ciel à faire du bien sur la terre.
8/15
Claire (du latin : claire, brillante). Sainte Claire d’Assise est née en 1193, au sein d’une riche et noble famille, qu’elle quitta à 18 ans pour adopter le mode de vie proposé par Saint François qu’elle avait rencontré à Assise. Elle renonça à épouser l’homme que ses parents lui destinaient, et se consacra à Dieu. Elle fonda un monastère et rédigea une règle qui prône une pauvreté radicale, une profonde humilité et une confiance totale en Dieu. En 1252, le pape Innocent IV accepta leur Règle de vie et la bulle d'approbation fut promulguée le 9 août 1253.
9/15
Eugénie (du grec : bien née). Sainte Eugénie de Rome était la fille d'un gouverneur. Un jour, alors qu’elle se promenait, elle entendit une prédication et des chants qui la ravirent. Elle décida de rejoindre les chanteurs, qui étaient des moines, et de mener leur vie. Elle se fit passer pour un homme, et acquit une grande renommée au sein du monastère, notamment par son pouvoir de guérir les malades. Mais l'empereur Valérien reprit les persécutions contre les chrétiens, et Eugénie fut condamnée à mort et décapitée vers 257.
10/15
Colette vient du grec « niké et laos » signifiant « victoire et peuple ». Colette de Corbie est une sainte du XVe siècle. Elle doit son nom à saint Nicolas de Myre. Après plusieurs tentatives chez les bénédictines puis chez les clarisses, où elle juge la vie trop douce, pas assez austère pour elle, Colette choisit l'état de recluse et se fait emmurée dans une cellule contre la collégiale Saint-Étienne. Mais trois ans plus tard — « trois ans de pur bonheur » dira-t-elle — une voix du ciel lui dit de réformer l’ordre des clarisses. Les fondations se multiplieront rapidement : en France, en Savoie, en Espagne et en Flandre, à Gand où elle rend son âme à Dieu le 6 mars 1447. Canonisée en 1807, ses reliques sont vénérées au couvent des clarisses de Poligny, dans le Jura. On dit des Colette qu’elles sont volontaires et vaillantes.
11/15
Eulalie (du grec : qui parle bien). Sainte Eulalie de Mérida était issue d’une riche famille de Mérida, en Espagne, et refusa, à 13 ans, de renier sa foi chrétienne au cours de la persécution des Chrétiens ordonnée par Dioclétien. Elle subit son martyre avec un courage extrême, et mourut en 304. Au moment où Eulalie expira, on vit une colombe blanche sortir de la bouche de celle-ci et s’élever vers le ciel. Son âge en fait une des martyres les plus vénérées de la tradition espagnole.
12/15
Marguerite (du perse : perle). Sainte Marguerite d’Écosse est la petite-fille du roi d'Angleterre, mariée au roi d’Écosse Malcolm III, à qui elle donna huit enfants. Elle s’intéressa de près à la gestion du royaume et de l’Église, et tenta de mettre les pratiques religieuses écossaises en conformité avec les rites de l’Eglise. Elle fit preuve d’une grande piété et de générosité envers les pauvres, donnant ainsi un exemple excellent d’épouse, de mère et de reine. Elle mourut en 1093 à Édimbourg. C’est la sainte patronne de l'Écosse.
13/15
Cécile (du latin : aveugle). Sainte Cécile de Rome est née vers 200, dans une riche famille romaine. Chrétienne, elle fit de nombreux dons aux premiers papes. Selon la Légende dorée de Jacques de Voragine, elle fut fiancée à un jeune païen prénommé Valérien, qu’elle convertit au christianisme. Ils évangélisèrent tous deux un grand nombre de romains. Dénoncés pour leur foi, et ayant refusé d’honorer les divinités romaines, ils furent tous deux décapités.
14/15
Marthe (de l’hébreu : maîtresse de maison). Sainte Marthe vivait à Béthanie au temps de Jésus, elle était la sœur de Marie et de Lazare, celui-là même qui a été ressuscité par le Christ. Marthe offrit l’hospitalité à Jésus (Luc, 10-38), le servit avec bonté, tout en critiquant sa sœur Marie qui ne l’aidait pas pour le service. Sainte Thérèse d’Avila dira : « Que les sœurs se rappellent qu’il doit y avoir parmi elles quelque autres qui préparent le repas du Seigneur. Qu’elles s’estiment heureuses de le servir comme Marthe. »
15/15
Agathe (du grec : la bonté). Sainte Agathe de Catane est née au IIIème siècle, en Sicile, dans une famille noble, et était d’une grande beauté. Quintien, proconsul de Sicile, souhaitait l’épouser afin de jouir de sa beauté et de sa fortune. Mais Agathe, qui avait voué sa vie à Dieu, refusa ses avances, et fut torturée. Sa fidélité au Christ lui confère sa place dans le canon romain de la Prière Eucharistique avec sainte Lucie, sainte Agnès et sainte Cécile.