Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
1/10

Le 21 mars 2014, à Rome, en l’église San Gregorio VII, lors d’une veillée de prière en présence de plusieurs centaines de proches de victimes du crime organisé :

« Convertissez-vous, il est encore temps pour ne pas finir en enfer. C'est ce qui vous attend si vous continuez sur cette voie. […] Vous avez eu un papa, une maman, pensez à eux, pleurez un peu et convertissez-vous ».

2/10

Lors de cette même veillée de prière :

« Cette vie que vous menez à présent ne vous donnera pas de plaisir, ni de joie. Elle ne vous donnera pas le bonheur. Le pouvoir et l'argent que vous avez maintenant à travers tant d'affaires sales, tant de crimes mafieux, c'est de l'argent ensanglanté, du pouvoir ensanglanté : vous ne pourrez l'emporter avec vous dans l'autre vie ».

3/10

Le 21 mars 2015, en visite dans l’un des quartiers les plus populaires de Naples où sévit la Camorra :

« Tous, nous avons la possibilité d'être corrompus et de glisser vers la délinquance. Ceux qui prennent la voie du mal volent un morceau d'espérance à eux-mêmes, à la société, à tant de gens honnêtes, à la bonne réputation de la ville, à son économie. […] Comme un animal mort pue, la corruption pue et une société qui est corrompue empeste ».

4/10

En juin 2014, à Naples :

« La Ndrangheta, c’est l’adoration du mal et le mépris du bien commun. Ce mal doit être combattu, chassé ». La Ndrangheta, la mafia calabraise, est l’une des plus puissantes organisations criminelles d’Europe.

5/10

Le même jour :

« Ceux qui, dans leur vie, ont choisi cette voie du mal, comme les mafieux, ne sont pas en communion avec Dieu, ils sont excommuniés ».

6/10

Au stade Kasarani de Nairobi, le 27 novembre 2015 :

« La corruption est quelque chose qui rentre à l’intérieur de nous-mêmes. Elle est comme le sucre : il est doux, il plaît, il est facile, et après on finit mal. Avec beaucoup de sucre facile, on finit diabétique et notre pays aussi devient diabétique ».

7/10

Lors de ce même discours :

« Chaque fois que nous acceptons un pot-de-vin et que nous le mettons dans notre poche, nous détruisons notre cœur, notre personnalité et notre pays. S’il vous plaît, ne prenez pas goût à cette chose sucrée qui a pour nom la corruption ».

8/10

Lors de ce même discours :

« Jeunes, la corruption n’est pas un chemin de vie : elle est un chemin de mort ! ».

9/10

Dans Corrosion. Vaincre la corruption dans l’Église et dans la société, le Pape affirme à propos de la corruption :

« Nous devons tous travailler ensemble, chrétiens, non-chrétiens, gens de toutes fois et non-croyants, à combattre cette forme de blasphème, ce cancer qui consume nos vies ».

10/10

Le 9 novembre 2013, lors de la messe à Sainte-Marthe, le Pape fustige les administrateurs corrompus « dévots de la déesse pot-de-vin » qui commettent « un grave péché contre la dignité » et donnent à manger « du pain sale » à leurs propres enfants.