Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 23 avril |
Saint Georges
home iconSpiritualité
line break icon

Le mot « conversion » a-t-il un sens quand on est déjà baptisé ?

HOPE

Shutterstock

Edifa - Publié le 27/02/21

Notre première conversion découle du baptême. La seconde consiste à vivre de cette vie nouvelle qui est la vie de la grâce. Mais pourquoi faut-il sans cesse se convertir et comment réussir cette conversion ?

Un évêque, ancien collaborateur à la curie romaine, rencontrait Jean-Paul II après avoir été nommé à la tête d’un diocèse. Le pape l’interroge : « Quel est le plus grand problème dans votre diocèse ? – Oh, Saint-Père, il y en a plusieurs, mais le plus grand, c’est tout de même la conversion de l’évêque ! » Et le pape de répliquer, avec un sourire complice : « Mais alors, c’est comme à Rome ! » Cette anecdote – authentique – répond déjà à la question. Reste à savoir pourquoi il faut sans cesse se convertir.

Se convertir comme baptisé, c’est s’immerger toujours plus dans l’amour divin

Notre première conversion découle du baptême. C’est le don de la vie divine, le don de la communion d’amour avec le Père par Jésus dans l’Esprit. Notre vie de « créature nouvelle » commence donc par le salut offert gratuitement par Dieu.

La seconde conversion, permanente celle-ci, consiste à vivre de cette vie nouvelle qui est la vie de la grâce. Au cœur de cette démarche : l’amour. Pas n’importe quel amour. Pas une émotion. Non : l’amour ferme et résolu qui est prêt à donner sa vie pour Dieu et pour les autres. Cet amour que la Bible appelle agapè : la charité de Dieu répandue en nos cœurs par l’Esprit Saint.

Se convertir comme baptisé, c’est s’immerger toujours plus dans cet amour divin. C’est recueillir les fruits intérieurs de cet amour qui sont la paix et la joie. C’est incarner, dans nos relations avec les autres, une miséricorde active. Saint Thomas définit le péché de la façon suivante : se détourner (aversio) de Dieu et se tourner (conversio) vers les créatures. La vraie conversion consiste donc à se retourner constamment vers Dieu et à aimer les créatures en Lui.

La conversion exige d’abord de renouveler notre intelligence

Le mot grec pour exprimer la conversion est metanoia. Ce mot signifie « repenser », « remettre en question son propre mode de vie », « laisser entrer Dieu dans les critères de sa propre vie », précisait Benoît XVI. Et d’ajouter : « La “conversion” (metanoia) signifie : sortir de l’autosuffisance, ­découvrir et accepter son indigence – une indigence des autres et de l’Autre, de son pardon, de son ­amitié. La vie non convertie est autojustification (je ne suis pas pire que les autres) ; la conversion est l’humilité de s’en remettre à l’amour de l’Autre, un amour qui devient mesure et critère de ma propre vie ».

Celui qui n’entre pas dans la metanoia vit alors dans la paranoia.

Les Pères du désert ont montré que celui qui n’entre pas dans la metanoia vit alors dans la paranoia : un centrement mortifère sur soi. Du point de vue médical, la paranoïa est caractérisée par la surestimation de soi, la méfiance, la psychorigidité, l’insociabilité.

La conversion exige d’abord de renouveler notre intelligence : « Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour discerner quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait » (Rm 12, 2). Il convient ensuite de vouloir vivre cette vie nouvelle jusqu’à avoir en soi les mêmes sentiments que ceux du Christ (Ph 2, 5) ; jusqu’à atteindre la pleine stature du Christ (Ép 4, 13).

Père Nicolas Buttet


NAWRÓCENIE ŚWIĘTEGO PAWŁA W SZTUCE

Lire aussi :
La conversion de saint Paul nous apprend à devenir des créatures nouvelles

Tags:
conversion
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Marzena Devoud
Prendre soin de son âme, les conseils de trois vieux moines
2
POPE FRANCIS
I.Media
Le pape François lance un marathon de prière pour en finir avec l...
3
WEB2-SINAI-EGYPT-shutterstock_565478749.jpg
Agnès Pinard Legry
Égypte : un chrétien exécuté par l’État islamique dans le nord du...
4
Adalbert d'Esztergom
Caroline Becker
Une capsule temporelle retrouvée au sommet d’une cathédrale
5
Agnès Pinard Legry
Exacerbé par le Covid-19, l’inquiétant recul de la liberté ...
6
Funeral of Prince Philip
Marzena Devoud
L’adieu de la reine Elizabeth à son époux
7
WEB2-DOSES-VACCIN-AFP-080_HL_FSCHEIBER_1387543.jpg
Jesús Colina
L’Église boycotte-t-elle vraiment les campagnes de vaccination ?
Afficher La Suite