Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 octobre |
Bienheureuse Emeline
Aleteia logo
home iconAu quotidien
line break icon

Ce qu’il y a de fabuleux dans le sacrement de mariage

WEDDING, RINGS

Stepova Oksana | Shutterstock

Edifa - Publié le 18/01/21

"Par le sacrement de mariage l'amour des époux est élevé au rang d'amour divin" affirme le concile Vatican II. Et, ajoute le Rituel du mariage : "les époux deviennent l'un pour l'autre sacrement de la présence du Christ". Comment vivre son mariage pour que ces magnifiques promesses ne restent pas lettres mortes ?

« Qu’est-ce que ça veut dire, s’appuyer sur le sacrement de mariage ? », m’a demandé un jour un couple chrétien. Le mot « s’appuyer » ne m’enchante pas. J’aurais peur que le sacrement de mariage soit perçu comme une béquille pour l’amour, une « assurance tous risques » contre les aléas de la vie. Ceci dit, le sacrement de mariage est un sacrement fabuleux : bien compris, il est un apport considérable pour l’amour. Pourquoi ? Dans un mariage religieux, le Christ est invité aux noces comme Il le fut à Cana. Il est présent au cœur de la relation des époux. Il est partie prenante de leur consentement ; la parole sacramentelle n’est pas celle du prêtre, mais celle des époux. Leur « oui » fragile et faillible est en même temps le « oui » du Christ qui s’engage à être présent derrière chaque geste d’amour envers le conjoint.

« Laissez le Christ aimer en vous »

L’amour d’un conjoint pour sa moitié est plus que le signe de la tendresse de Dieu, il est la Tendresse même de Dieu. Chacun peut dire à l’autre : « Plus je t’aime (d’un amour oblatif), et plus je te donne Dieu ». Or quand Dieu nous aime, Il nous transforme. De même qu’à Cana, Il a changé l’eau en vin millésimé, dans le sacrement Il transforme l’amour débutant en amour adulte généreux et fécond. Aux couples mariés, je dis : « Laissez donc le Christ aimer en vous : son Esprit d’amour vous apprend à aimer comme Lui d’un amour qui tend à la gratuité, qui – le premier – demande pardon, qui ne se reprend jamais ».

Le mariage à l’Église n’est donc pas une petite bénédiction pour se protéger. C’est une participation au grand mystère de l’amour divin, qui aime avant d’être aimé, sans reprise, jusqu’au bout.

Dans le sacrement, le couple est plongé dans la fournaise de l’Amour du Christ pour son Église : chaque conjoint est traversé par cet Amour fou et aussi par l’amour reconnaissant de l’Église pour son Époux, le Christ. Le mariage à l’Église n’est donc pas une petite bénédiction pour se protéger. C’est une participation au grand mystère de l’amour divin, qui aime avant d’être aimé, sans reprise, jusqu’au bout.

Dans le sacrement, les époux qui le vivent pleinement deviennent les signes des épousailles que le Christ a scellées sur la croix avec l’humanité. Elles se célébreront magistralement dans l’au-delà, dans les Noces éternelles. Dieu donne aux époux cette capacité d’être signes : ces grâces de fidélité sur lesquelles ils sont en droit de compter (je préfère ce mot à celui de « s’appuyer sur »), ces grâces qui peuvent donner « la capacité de l’impossible ».

Denis Sonet




Lire aussi :
Le sacrement du mariage change-t-il vraiment le couple ?

Tags:
CoupleMariagesacrements
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
2
BENEDICT XVI
Marzena Devoud
« L’art de bien mourir » selon Benoît XVI
3
Maria Paola Daud
Pourquoi Michel-Ange n’a-t-il jamais terminé cette Pietà ?
4
I.Media
Le pape François révèle les pays qu’il visitera dans les prochain...
5
SANDRA SABATTINI
Mathilde de Robien
Les magnifiques intuitions de la nouvelle bienheureuse Sandra Sab...
6
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
7
FELIX AND ELISABETH LESEUR
Theresa Civantos Barber
Ce couple est la preuve qu’un mariage sans enfants peut être fruc...
Afficher La Suite