Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 23 octobre |
Saint Jean de Capistran
Aleteia logo
home iconAu quotidien
line break icon

Comment apprendre aux tout-petits les premières règles de politesse ?

CHILDREN

Yuganov Konstantin - Shutterstock

Edifa - Publié le 02/01/21

Dire bonjour, merci, au revoir, c’est le B.A BA de la politesse. Quelques conseils pour enseigner ces mots de courtoisie dès le plus jeune âge de ses enfants.

Parfois, quand il nous arrive de croiser un enfant très poli, on se dit que ses parents ont une chance incroyable, comme si la politesse tenait de la chance. Pourtant, la politesse n’est pas le fruit du hasard. Elle n’apparaît pas brusquement avec la majorité, mais peut, oserais-je dire doit, s’acquérir. Elle est le fruit du travail patient et constant de parents soucieux du bien de l’enfant. La politesse rend le quotidien infiniment plus agréable à vivre, les rapports humains tellement plus faciles. Elle est comme l’huile dans les rouages. La politesse est agréable à celui qui en bénéficie, mais d’abord à celui qui la possède. Regardons en effet combien l’enfant qui sait dire bonjour se sent à l’aise avec l’adulte. De la même façon, celui qui remercie se sait avoir été l’objet de l’attention de l’autre. Il est donc urgent d’apprendre à nos enfants, dès leur plus jeune âge, ces règles de politesse.

La répétition porte du fruit

Voilà ce qui sans doute a gêné la transmission de cet art de vivre : la politesse est apparue comme une série de règles, de conventions sociales dont il faudrait s’affranchir. Fini le temps ou les parents se tenaient à distance de leur enfant, ils sont devenus copains. Pourtant l’exercice de la politesse nécessite un rapport de supérieur à inférieur, de donneur à receveur, d’enseignant à enseigné. Cette distance est celle qui permet la reconnaissance.

Très tôt (car tout est plus facile quand on s’y prend tôt), il nous faut nous atteler à l’acquisition de la politesse pour le bien de nos enfants et le nôtre. Dès l’âge de 18 mois, il peut dire merci. Il ne parle pas encore, peu importe, il va imiter le geste de sa mère qui lui donne un biscuit en ouvrant et fermant sa main : premier geste de reconnaissance qui dit merci. Rapidement, on pourra le faire reculer pour qu’il laisse passer l’adulte, lui faire répéter « Pardon Madame » ou « Pardon Monsieur » lorsqu’il croise une personne et la bouscule un peu. On n’oubliera pas d’exiger un « Bonjour Madame » ou un « Bonjour Monsieur » et non simplement un « Dis : bonjour » tout en continuant sa conversation.




Lire aussi :
Mon enfant dit des gros mots, comment réagir ?

S’atteler signifie que rien ne se fait du premier coup, mais que seule la constance, c’est-à-dire la répétition, porte du fruit. Cette constance ne sera efficace que si elle est cohérente, c’est-à-dire si l’enfant subit les conséquences de son impolitesse. Tu ne veux pas dire bonjour ? On rentre à la maison. Tu n’as pas tenu la porte à la dame ? Tu vas t’en excuser. Mon petit n’a pas dit merci ? Je lui enlève son gâteau de la main, le cœur gros, mais certaine qu’ainsi je l’aime en lui voulant du bien.

Inès de Franclieu


JEUNE FEMME RECONNAISSANTE

Lire aussi :
La politesse : l’importance des « mots magiques » à tout âge !

Tags:
ÉducationEnfants
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
2
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
3
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
4
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
5
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
6
WEB2-MISSEL-FORMATION-ABBENICO.jpg
Agnès Pinard Legry
Les prêtres se préparent à un grand changement
7
La rédaction d'Aleteia
[VIDEO] Un jeune enfant handicapé monte au côté du Pape au début ...
Afficher La Suite