Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 18 avril |
Saint Parfait de Cordoue
home iconFor Her
line break icon

Reconnaître qu’on n’est pas une super­woman, premier pas vers une vie moins stressante

WOMAN STOP

WAYHOME studio - Shutterstock

Edifa - Publié le 29/11/20

Être une bonne mère, épouse, employée, amie… Vous consacrez beaucoup d’efforts à être sur tous les fronts ? Gare à l’épuisement et au burn-out ! Apprenez à reconnaître vos limites et à dire non aux autres mais aussi à vous-mêmes.

C’est une véritable gageure, particulièrement pour les femmes, de mener de front vie familiale, vie professionnelle et vie conjugale. Cette situation n’est pas entièrement nouvelle car les femmes travaillent depuis longtemps. Mais l’environnement était quelque peu différent. Aujourd’hui, leur accession à la vie professionnelle choisie a été largement facilitée par la possibilité qu’elles ont de faire des études au même titre que les hommes. Et c’est super  ! Quasiment en même temps, la vie conjugale s’est vu attribuer une place prépondérante dans un idéal de vie réussie. Mais en regardant de près les fonctionnements de ces couples avides de réussite dans tous les domaines, qu’observe-t-on ?

Léa, mariée depuis treize ans à Marc, occupe un poste à responsabilités au sein d’une grande entreprise. Ils ont quatre enfants de 2 à 12 ans, et elle se trouve au bord du burn-out : « Je suis toujours fatiguée physiquement et d’une réactivité émotionnelle que je ne contrôle plus. J’ai l’impression de tout faire à moitié. Je sens bien que mon patron me souhaiterait plus disponible, que mon mari a le sentiment d’être marié à un courant d’air, et que mes enfants ne trouvent pas toujours leur maman à l’écoute. Je ne me sens pas à la hauteur de toutes ces attentes ». En effet, être disponible pour chacun, totalement et tout le temps, dans un perpétuel souci de perfection, relève de l’équilibrisme. Comment ces mamans peuvent-elles faire face à ce stress quotidien ? Comment être capable de mener à bien toutes ces missions à haut niveau de responsabilité ?


FEMME AU FOYER OU CARRIERE

Lire aussi :
Travailler ou être mère au foyer : comment choisir librement ?

Oser prendre un peu de temps pour décompresser

Savoir dire non est sans doute une première décision à prendre. Ce qui va nécessiter d’abandonner son penchant perfectionniste et oser reconnaître ses limites : « Non, je ne suis pas une super­woman ! »

Il s’agira aussi de mettre en place, quand c’est possible, le partage des tâches dans tous les secteurs d’activité. Avec son conjoint et les grands-parents pour la vie familiale – heureuse famille qui vit près de chez la grand-mère ! – et avec ses collègues pour la vie professionnelle.

Enfin, oser prendre un peu de temps pour décompresser : promenade, lecture, écoute d’une musique appréciée… Ce lâcher-prise, dans cette course qui parfois s’affole, aidera à remettre chaque chose à sa place, et la vie conjugale s’en trouvera de facto amplifiée. Pour le bien-être de chacun. « Il y a un temps pour tout, un temps pour chaque chose sous le ciel » (Qo 1).

Marie-Noël Florant


SAD WOMAN,

Lire aussi :
Accepter sa fatigue n’est pas un acte de faiblesse, mais un acte de foi

Tags:
fatiguelimitepsychologie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
3
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
4
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
5
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
6
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
7
POmpier Notre Dame de Paris
Timothée Dhellemmes
« D’en haut, on entend les chants » : des pompiers raconten...
Afficher La Suite