Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 02 décembre |
Sainte Bibiane
home iconFor Her
line break icon

Conjoint, enfants, boulot, hobby… À qui donner la priorité ?

Busy - Mom - Mother - Baby - Work

© goodluz

Edifa - Publié le 13/11/20

Il n’est pas rare qu’une femme se sente tiraillée, voire écartelée, entre sa vie conjugale, sa mission maternelle et ses engagements extérieurs. Quelle part accorder à chacun ?

Quelle femme ne s’est jamais sentie coupable de ne pas en faire assez ? De ne pas consacrer suffisamment de temps à ses enfants et à son époux, de ne pas être disponible pour donner un coup de main à l’école ou aller voir une amie malade, de ne pas tenir sa maison ou dans son travail… on pourrait allonger la liste à l’infini ! À qui donner la priorité ?

Se mettre à l’écoute de Dieu pour discerner les choix à opérer

« Quand je suis au bureau, soupire Sophie, mère de trois garçons, je me reproche de ne pas être avec mes enfants ; et quand je suis avec eux, je pense à tout ce que je n’ai pas fait au bureau. » Dorothée, dont les cinq enfants ont entre 5 et 12 ans, déplore que sa maternité s’exerce aux dépens de son couple : « Nous n’avons presque plus de moments en tête-à-tête. Quand mon conjoint rentre le soir, je suis tellement fatiguée que je n’ai qu’une envie : dormir ! »

« Nous voulons trop en faire, alors que le Seigneur nous demande seulement ce que nous pouvons accomplir paisiblement chaque jour. »

Il est clair qu’aucune femme ne peut être disponible à tous vingt-quatre heures sur vingt-quatre. D’ailleurs, le Seigneur n’en demande pas tant ! Il n’exige jamais de nous des choses impossibles. Quand nous avons l’impression de devoir exécuter mille tâches à la fois, c’est parce que nous en rajoutons : en plus de la volonté de Dieu, nous tenons à réaliser nos propres projets. Nous voulons trop en faire, alors que le Seigneur nous demande seulement ce que nous pouvons accomplir paisiblement chaque jour. Pour discerner les choix que nous devons opérer, mettons-nous à l’écoute de Dieu : Il nous parle dans le silence de la prière (quotidienne), dans sa Parole (à déguster sans modération), et à travers nos frères (notamment notre époux et notre éventuel père spirituel).

L’amour conjugal passe en premier

Les moments que nous passons entre conjoints ne sont pas volés à nos enfants, qui en sont, au contraire, les premiers bénéficiaires. Ce dont ils ont le plus besoin, c’est de parents qui s’aiment. Or, l’amour n’est pas donné une fois pour toutes, le jour du mariage, comme une belle maison livrée clés en mains. On se marie pour s’aimer : tout est à faire ! Bâtir l’amour, jour après jour, requiert du temps et de la disponibilité. Pour commencer, il est essentiel que des règles simples délimitent clairement l’espace des parents à la maison. Ils ont le droit de dîner en tête-à-tête sans être dérangés toutes les cinq minutes ; on n’entre pas dans leur chambre sans frapper ; et leur lit n’est pas celui des enfants, même en cas de maladie ou de cauchemar.

Les enfants nous accaparent ? Cherchons le moyen de respirer, de nous retrouver en amoureux. Ce n’est pas toujours facile, mais c’est possible dans l’immense majorité des cas. Encore faut-il le vouloir vraiment : combien de mères, qui rêvent d’un week-end avec leur époux, trouvent mille prétextes pour ne pas réaliser ce projet ! Pas assez d’argent, les enfants trop petits, trop nombreux, les grands-parents trop éloignés, etc. Organisons-nous entre familles pour garder nos progénitures respectives. Il n’est pas nécessaire de partir au loin pour profiter de ce temps de tête-à-tête : même en restant à la maison, on peut tout simplement goûter la joie de discuter sans être interrompus, d’aller à la messe dans un monastère voisin, de pique-niquer en forêt ou de dîner aux chandelles. Bref : sortir de la routine.


MOTHER CHILD

Lire aussi :
Culpabilité des mères : sept clés pour s’en libérer

Pour se donner, il faut avoir quelque chose à donner

Emportées par leur générosité, trop de femmes ne savent plus prendre soin d’elles-mêmes : dès qu’elles s’accordent une plage de « vacances » – sans enfants, sans mari -, le démon de la culpabilité vient les torturer. Stop ! Faisons taire ce démon-là, non pour nous comporter en affreuses égoïstes, mais pour exercer à l’égard de nous-mêmes la plus élémentaire charité, qui veut que nous sachions recharger nos batteries.

À chacune de voir ce dont elle a besoin : la prière, bien sûr, et un minimum de silence et de solitude. Mais aussi la lecture ou le dessin, le karaté, la natation, les visites de musées, ou les balades en forêt. Ces quelques heures de retrouvailles avec nous-mêmes permettent, ensuite, d’être de meilleures épouses et mères. N’oublions pas le conseil de saint Bernard : « On ne donne que son trop-plein : faites-vous réservoir avant d’être canal ».

Christine Ponsard




Lire aussi :
Concilier un travail très prenant et sa vie de parent, une équation impossible ?

Tags:
conjointCoupleEnfantsmèretravail
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Mgr Marc Aillet
Reprise des messes : César n’est pas Dieu
Soizic et Marin de Vasselot
Claire de Campeau
Le Fournil Bethléem : la reconversion d'un co...
Afficher La Suite