Aleteia
Dimanche 25 octobre |
Saints Crépin et Crépinien

S'occuper de l'avenir, oui, mais s'en préoccuper, ce n'est pas nécessaire

SUNSET, GIRL, GRASS

Jan Faukner | Shutterstock

Edifa - Publié le 24/09/20

La peur et l’angoisse pour le lendemain peuvent parfois empêcher de vivre le moment présent… et même détourner de Dieu.

Souvent, la peur du lendemain nous empêche de goûter les joies du jour présent, surtout si quelque menace concrète se profile à l’horizon. Inquiétude justifiée ou angoisse irraisonnée, cette peur du lendemain accapare notre attention, en la détournant de ce qui est pour l’orienter vers ce qui n’est pas encore. Au lieu de profiter de ce qui nous est donné aujourd’hui, nous allons au-devant des difficultés futures. Bien sûr, certains caractères sont plus disposés que d’autres à ce genre de projection dans l’avenir. Mais c’est une tentation qui nous guette tous.

L’avenir appartient à la Providence

Dieu se donne à nous aujourd’hui : le présent est le moment de la rencontre avec Dieu. Si nous demandons à la Sainte Vierge de « prier pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort », c’est bien parce que ces deux moments sont ceux où Dieu vient à notre rencontre pour nous combler de sa joie. Ne pas vivre « maintenant », c’est rater le rendez-vous que Dieu nous donne ! Le Malin cherche bien sûr à nous faire manquer ce rendez-vous… et donc à nous détourner de l’aujourd’hui de Dieu, en nous laissant croire qu’il est plus important de se préoccuper de ce qui arrivera demain.


HOPE

Lire aussi :
Dans le doute, prenez par la main la petite fille Espérance

Pourtant, il faut bien prévoir, organiser : un père, une mère de famille ne peuvent pas se permettre de vivre au jour le jour, sans poser de jalons pour l’avenir. Il est vrai que les parents n’attendent pas la rentrée pour inscrire leurs enfants à l’école. De même ils apprécient de pouvoir disposer des listes de fournitures, afin de tout préparer à l’avance, sans précipitation. Dans un autre domaine, n’importe quel commerçant ou chef d’entreprise sait qu’on ne peut pas gérer une affaire sans tenir compte de l’avenir. Bâtir des plans, faire des économies ou souscrire des assurances est légitime, voire impératif. Nous occuper de l’avenir, mais ne pas nous en préoccuper : voilà ce que le Seigneur nous demande. Il ne cesse de nous répéter : « N’ayez pas peur, ne craignez pas pour votre avenir ». Car l’avenir appartient à la Providence.

Mode d’emploi pour accueillir pleinement l’aujourd’hui de Dieu

Nous n’avons donc pas à faire comme si nous en étions les maîtres, comme si nous savions mieux que Dieu Lui-même ce dont nous avons besoin. Dieu est un Père dont les bras sont chargés de cadeaux. Mais au lieu de regarder ces cadeaux, d’en profiter, ses enfants jugent plus urgent d’imaginer ce qui se produirait si ces cadeaux venaient à manquer… et finalement, ce sont eux qui manquent toutes les joies dont ces présents (au double sens du terme !) sont porteurs.

Nous sommes ces enfants étourdis et inquiets chaque fois que nous nous laissons accaparer par la peur de l’avenir : nous passons à côté des joies d’aujourd’hui, en leur préférant les épreuves de demain. Comment accueillir pleinement l’aujourd’hui de Dieu ? Nous savons tous en effet que nous avons beau décider de vivre dans la confiance et l’abandon, nous ne sommes pas maîtres de l’angoisse qui nous tord le cœur. Impossible de faire comme si… comme si l’époux gravement malade n’allait pas mourir… comme si le plan de licenciement n’était qu’un mauvais rêve… comme si des millions tombés du ciel allaient empêcher la vente de la maison ou la fermeture de l’entreprise… comme si le fils prisonnier de la drogue allait retrouver sa liberté du jour au lendemain. Tant de soucis graves peuvent peser sur nos épaules !




Lire aussi :
Voici comment rendre Dieu présent dans chaque pièce de la maison

Dieu le sait et Il ne nous demande pas de faire comme si toute cette souffrance n’existait pas. Il nous demande simplement de ne pas nous laisser aveugler par elle. Il nous appelle à croire, c’est-à-dire à voir, au cœur même des ténèbres, la lumière de sa Présence. Il nous demande de ne pas laisser de côté les petites joies sous prétexte qu’il y a de grandes inquiétudes, parce que ces joies, même petites, sont déjà le signe de la victoire, le signe de la Résurrection.

Christine Ponsard

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
Dieupresentprovidence
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
pope francis with a mask
I.Media
Ce que le pape François a vraiment dit sur l'...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Domitille Farret d'Astiès
"La France a un incroyable talent" : une fami...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Freira renova votos religiosos de manhã e morre à noite
La rédaction d'Aleteia
Kenya : sœur Caroline renouvelle ses vœux le ...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Afficher La Suite