Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Couple : cette parole du Christ qui invite à s’aimer au-delà des différences

COUPLE, LOVE. SMILE
Oleggg | Shutterstock
Partager

Si les opposés s’attirent, ils ont aussi parfois du mal à bien s’entendre car trop différents. Conseils pour accepter les différences de son conjoint.

Vivre en couple avec son alter ego – l’exacte réplique de ce que l’on est et de ce que l’on pense – n’est sans doute pas souhaitable, mais vivre avec quelqu’un de très différent peut se révéler douloureux si l’on n’a pas pris le temps de se connaître et d’appréhender ce qui nous distingue. Comment faire pour que les différences enrichissent plus qu’elles ne séparent ?

Et si l’attitude différente du conjoint était très intéressante ?

Ainsi Léa, malgré des points d’ancrage forts de leur couple, est déçue de découvrir l’ampleur de leurs divergences. Mariée depuis cinq ans et mère de deux garçons de 4 ans et 2 ans, elle fait le compte de tout ce qui la sépare de son époux alors même qu’elle aurait souhaité vivre et parler d’un seul cœur et d’une même voix ! Elle énumère aujourd’hui quelques irritations de la vie quotidienne qui reviennent de manière incessante et lui pèsent. En voici, en vrac, la liste – non exhaustive, précise-t-elle ! Nonchalance face à la gestion de l’argent, indifférence au désordre, attitude laxiste face à l’éducation des enfants…

Son époux répond qu’il a du mal avec le côté superéconome de son épouse. Que, selon lui, une maison qui vit est toujours un peu en désordre. Qu’en matière d’éducation des enfants, sa référence est ce qu’il a vécu avec ses parents. Il conclut que tout cela demanderait sans doute à être revisité ensemble.

Oui, la communication est indispensable pour lever les incompréhensions, interprétations et blocages divers qui stérilisent la vie à deux. Pour y parvenir, on peut essayer de porter sur les différences de son conjoint un regard bienveillant : « En quoi son attitude pourrait-elle être intéressante, voire tout à fait acceptable, si je change de point de vue ? » Cela aidera à trouver un juste équilibre entre les façons de faire et de penser.

Règle d’or et points communs

Autre attitude à adopter : renoncer à vouloir le (la) changer ! Si changement il faut, commençons par nous-même en nous aidant des remarques les plus ajustées et bienveillantes possible de notre époux(se) ! Nos opinions diffèrent sur certains points ? Avec respect, on mettra en œuvre cette règle d’or : « Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi. » (Mt 7, 12-14).

Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi. 

Il est enfin quelque chose de plus fondamental que ces désaccords qui déçoivent : ce sont les points d’ancrage que signale Léa. S’il n’est pas nécessaire que toutes les valeurs soient partagées, il faut que les plus fondamentales pour chacun soient communes. C’est dans ces valeurs profondes que s’enracine la solidité de la relation.

Marie-Noël Florant